Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

DR

L’affaire Global Cash de nouveau devant les assises

DR

Le procès en appel du spectaculaire braquage du bureau de change de la rue de la République en septembre 2010 se tient devant la cour d’assises d’appel à partir de ce jeudi.

L’affaire Global Cash va se jouer à nouveau devant la cour d’assises. En appel cette fois. Dix huit mois après le procès de première instance, ce nouveau procès s’ouvre dans un tout autre contexte.

 

Les cinq accusés et leur complice avaient écopé de peines allant de 5 à 20 ans de réclusion criminelle. Cette fois-ci, la défense aura sans doute moins en tête de mettre à mal le système de la police judiciaire de l’époque, symbolisé par les méthodes de l’ancien commissaire Neyret. Contrairement aux débats de première instance, il n’a d’ailleurs pas été cité comme témoin.

 

L’enjeu de ce nouveau procès consistera pour les avocats à réduire les peines infligées à aux accusés ayant fait appel de la décision de première instance. Le temps a passé et la période n’est plus, sans doute, à marquer les esprits à tout prix du côté du ministère public qui n’avait pas hésité à comparer les accusés en première instance de "terroristes".

 

Les non-dits

Mais si le contexte a changé, si l'hystérie médiatique autour de cette affaire est retombée, il n’en demeure pas moins primordial de briser les non-dits et les silences qui entourent ce dossier.

 

L’ombre d’un indic pèse sur ce dossier. Les accusés n’en disent rien par peur des représailles. Pourtant, ils ont reconnu le nom de celui qui a fourni les armes et les plans pour braquer Global Cash sur les PV de l’affaire Neyret qui ont circulé dans les prisons lyonnaises et sur lesquels les noms des indicateurs de l’ancien divisionnaire étaient inscrits.

 

L’autre enjeu de ce nouveau procès, c’est Samir Belghazi, le seul accusé qui nie depuis toujours avoir participé à ce vol à main armée. Pourtant, il est celui qui a le rôle le plus lourd. Il est accusé d’avoir pris un homme en otage, d’avoir brandi sa kalachnikov sur le toit de la Mercedes pour tenir la foule en respect, tel un excité. Enfin, il est celui qui est accusé d’avoir tiré des rafales de kalachnikov lors de la fuite des malfaiteurs dans la Mercedes. Un automobiliste avait alors été blessé.

 

L’enjeu

Belghazi parle peu, s’explique mal. Pudique sur son enfance difficile et taiseux sur ses moyens de défense, comme résigné. Pourtant, cet indic dont personne ne souhaite parler serait le cinquième homme. Du coup, Belghazi, dont ni l’ADN, ni les empreintes, dont pas même une identification visuelle claire ne sont au dossier d’instruction, pourrait être disculpé. La défense plaidera l'acquittement de celui qui a été condamné à la peine la plus lourde : 20 ans de réclusion criminelle.

 

Le ministère public ne croit pas à ce cinquième homme. “Une trouvaille formidable rien que pour vous, mesdames et messieurs les jurés”, avait protesté Fabienne Goget, l’avocate générale : “On n’en a jamais parlé pendant l’enquête. Ce cinquième homme va permettre de minimiser leur responsabilité. Cet homme, qui leur a apporté Global Cash sur un plateau, disculpe Samir Belghazi parce qu’il vient prendre sa place. C’est une histoire à dormir debout !".

 

Samir Belghazi, défavorablement connu des services de police comme on dit, reste à coup sûr le dernier enjeu de ce nouveau procès. Ce qui suppose de parler de ce que les accusés ne veulent précisément pas parler.

 

Slim Mazni



Tags : global cash | michel neyret |

Commentaires 0

Pas de commentaire pour le moment.

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.