Médecins à Lyon : le numerus clausus passe à 527 places

Médecins à Lyon : le numerus clausus passe à 527 places
Photo d'illustration - DR

Un arrêté a confirmé une hausse du numerus clausus, permettant d’atténuer la pénurie de médecins dans les déserts médicaux.

L’annonce de cette hausse avait déjà été faite en novembre dernier. Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé, et Thierry Mandon, secrétaire d’État chargé de l’Enseignement supérieur et de la Recherche viennent de prendre un arrêté. Publié le 10 janvier, il implique une hausse du numerus clausus pour la deuxième année de médecine dans certaines universités. Ainsi, à Lyon, 527 places seront ouvertes à l’université Lyon 1.

En France, cette évolution du numerus clausus représentera en tout 8124 places ouvertes en 2017. Cette augmentation s’effectuera sur un total de 26 facultés situées « dans des régions déficitaires », selon l’arrêté.

10 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
orthographe le 13/01/2017 à 22:05

@JMS 69 Toi commence par apprendre à écrire sans fautes avant de débiter tes commentaires.

Signaler Répondre

avatar
bye! le 13/01/2017 à 15:39
FAN CLUB a écrit le 13/01/2017 à 13h48

"Il est temps de passer à la suite, un monde post-monétaire :o)"

Oh oui post il est temps de passer à un n monde post-monétaire, mais vite car la catastrophe se fait de + en + imminente ! o:)
Il est temps, mais ce temps est maintenant compté !!! o:)

je me disais aussi que la catastrophe était imminente puis je suis tombé sur votre commentaire

heureuse coincidence

Signaler Répondre

avatar
FAN CLUB le 13/01/2017 à 13:48
Post monétaire a écrit le 12/01/2017 à 12h34

Les "politiques" ferment des lits parce que les gens ne veulent plus payer d'impôts et parce que de toutes manières, le seul mot qui règne de manière absolue sur ce monde c'est :

"rentabilité"

Le "numerus clausus " n'est pas la pour promouvoir la qualité, mais pour protéger le chiffre d'affaire de ceux qui sont déjà en place.

Ce monde est en faillite parce qu'il arrive en bout de chemin, tout est "optimisé", sur la corde raide.
Il est temps de passer à la suite, un monde post-monétaire :o)

"Il est temps de passer à la suite, un monde post-monétaire :o)"

Oh oui post il est temps de passer à un n monde post-monétaire, mais vite car la catastrophe se fait de + en + imminente ! o:)
Il est temps, mais ce temps est maintenant compté !!! o:)

Signaler Répondre

avatar
Post monétaire le 12/01/2017 à 12:34
Lyonnais. a écrit le 11/01/2017 à 18h30

Et bien, il était temps, mais comme il faut en moyenne 10 ans pour former les futurs médecins, alors on se prépare une belle décennie de souffrance, pour un pays dit développé !!
A cause des politiques qui ont fermés et ferment sans cesse des lits d’hôpitaux et des hôpitaux eux-mêmes, voilà le dernier scandale à venir sur Lyon
https://www.lyoncapitale.fr/Journal/Lyon/Actualite/Actualites/Sante/Fermeture-d-Henry-Gabrielle-l-heure-de-la-restructuration-aux-HCL

Alors stop à ce démantèlement, que Desgenettes reste Desgenettes, et ne soit pas absorbé par Édouard Herriot, on manque déjà de lits et d'hôpitaux.

Les "politiques" ferment des lits parce que les gens ne veulent plus payer d'impôts et parce que de toutes manières, le seul mot qui règne de manière absolue sur ce monde c'est :

"rentabilité"

Le "numerus clausus " n'est pas la pour promouvoir la qualité, mais pour protéger le chiffre d'affaire de ceux qui sont déjà en place.

Ce monde est en faillite parce qu'il arrive en bout de chemin, tout est "optimisé", sur la corde raide.
Il est temps de passer à la suite, un monde post-monétaire :o)

Signaler Répondre

avatar
doc le 12/01/2017 à 12:30
Dur, dur, le concours! a écrit le 12/01/2017 à 08h19

Ah bon!
Les 90% de candidats qui échouent au concours ne vous disent pas merci.
Commentaire idiot, pour avoir une bonne chance de réussir en France (et à Lyon en particulier), il faut avoir une mention très bien au bac (scientifique)...ou alors vous allez dans un pays étranger puis vous revenez en France...et c'est cela le problème!

c est très bien cette augmentation , mais faudrait il déjà leur imposer le poste en zone rurale selon le classement du concours et des vœux proposés par le candidat...sinon tous en ville ou sur la cote dazur

Signaler Répondre

avatar
Dur, dur, le concours! le 12/01/2017 à 08:19
major a écrit le 12/01/2017 à 08h00

On devrait plutôt le réduire. Bcp trop de Cancres réussissent.

Ah bon!
Les 90% de candidats qui échouent au concours ne vous disent pas merci.
Commentaire idiot, pour avoir une bonne chance de réussir en France (et à Lyon en particulier), il faut avoir une mention très bien au bac (scientifique)...ou alors vous allez dans un pays étranger puis vous revenez en France...et c'est cela le problème!

Signaler Répondre

avatar
major le 12/01/2017 à 08:00

On devrait plutôt le réduire. Bcp trop de Cancres réussissent.

Signaler Répondre

avatar
jms 69 le 11/01/2017 à 22:54

Je dirais plutot qu ils n avait pas le choix, plus de medecin qui sortent des ecoles t de l autre cote on laisse entrer utant de medecin qui viennent de toutes l europe et sans numerus closus de quoi on as l air 4mois pour un rdv chz un dermato 6mois chez un ophtalmo et quand vous enmenager dans une commune le medecin vous repond qu il ne prend pas de noiveaux patients etc etc degradation de ce metier c est ce que nous pensons nous les patients

Signaler Répondre

avatar
Jeansais le 11/01/2017 à 20:44

Les jeunes médecins ne veulent plus s'installer comme generaliste..ils préfèrent faire une spécialité plus lucrative avec souvent moins de contraintes et parfois aussi moins de responsabilités

Signaler Répondre

avatar
Lyonnais. le 11/01/2017 à 18:30

Et bien, il était temps, mais comme il faut en moyenne 10 ans pour former les futurs médecins, alors on se prépare une belle décennie de souffrance, pour un pays dit développé !!
A cause des politiques qui ont fermés et ferment sans cesse des lits d’hôpitaux et des hôpitaux eux-mêmes, voilà le dernier scandale à venir sur Lyon
https://www.lyoncapitale.fr/Journal/Lyon/Actualite/Actualites/Sante/Fermeture-d-Henry-Gabrielle-l-heure-de-la-restructuration-aux-HCL

Alors stop à ce démantèlement, que Desgenettes reste Desgenettes, et ne soit pas absorbé par Édouard Herriot, on manque déjà de lits et d'hôpitaux.

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.