Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

Eric Pelet - LyonMag

Henry Chabert, un gentilhomme lyonnais

Eric Pelet - LyonMag

L’annonce brutale du décès d’Henry Chabert marque la disparition d’un authentique gentilhomme lyonnais.

Gentilhomme car Henry Chabert affichait en toutes circonstances une élégance d’âme et de comportement qui suscitait de l’admiration chez ceux qui l’approchaient ou le côtoyaient mais sans les mettre mal à l’aise. L’homme avait un charisme indéniable, un talent d’orateur et une grosse capacité de travail mais aussi cette faculté  de créer du lien et d’échanger avec tout un chacun, sans l’affectation habituelle des politiques. Chabert aimait les gens, était curieux des gens et c’est cette empathie naturelle qui l’avait fait quitter le monde de l’entreprise où il réussissait, pour celui de la défense de l’intérêt général et du service de ses concitoyens.

 

Gentilhomme car Henry Chabert était aussi un homme d’honneur. Ceux qui ont travaillé pour lui ou milité à ses côtés savent que sa parole était tenue. Contrairement à d’autres politiques dont c’est souvent le levier principal, Chabert ne faisait pas de fausses promesses. Il évaluait ses collaborateurs et ses soutiens sur la distance et les récompensait au mérite. Il était de nature loyale, sa solidarité affichée à Michel Noir durant des années très difficiles le démontre aisément, et détestait les injustices et les faux semblants.

 

Gentilhomme car sa vision de la politique était noble. Henry Chabert était un bâtisseur doublé d’un visionnaire. Son bilan d’adjoint à l’urbanisme durant deux mandats est éloquent. Nous lui devons parmi les plus belles réalisations et les plus belles rénovations urbanistiques de ces trente dernières années. Pour lui, être élu ce n’était pas se comporter comme un boutiquier mais pouvoir changer les choses, imaginer la ville voire la rêver puis agir. Passionné de culture, humaniste social guidé par ses racines gaullistes, Chabert aura nourri sa carrière politique de sa curiosité et de son ouverture d’esprit.

 

Si des officines des bas fond de de la droite lyonnaise, commanditées par ses rivaux, ne s’étaient pas acharnées à freiner son ascension, utilisant les moyens les plus honteux pour permettre aux socialistes qui étaient au pouvoir à l’époque d’instrumenter la justice à leur profit, il est tout à fait réaliste de penser qu’Henry Chabert aurait pu être maire de Lyon en lieu et place du maire actuel car son arc politique allait de la droite républicaine au centre gauche. C’est un regret ancré dans le cœur de nombreux Lyonnais car Chabert avait toutes les qualités pour transformer notre ville en une grande cité internationale.

 

Le gentilhomme qu’il était n’a jamais souhaité régler ses comptes en public ou en privé, il ne s’est pas réfugié dans l’aigreur ou l’amertume. Chabert, sans être dupe, a poursuivi sa route effectuant de nombreuses missions à l’étranger, mettant à profit son expérience et ses idées au service d’autres villes. Au final une magnifique carrière de parlementaire, d’élu local et de chef d’entreprise. Il aura, à son image, affronté la maladie avec courage et dignité.

 

Henry Chabert était une belle personne. Il manquera à tous ses proches mais aussi aux Lyonnais et à sa ville.

 

Eric Pelet



Tags : pelet | chabert |

Commentaires 0

Pas de commentaire pour le moment.

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.