Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

FN : Gollnisch ne renonce pas

Alors que Jean-Marie Le Pen vient de prendre partie pour sa fille dans la perspective de sa succession à la tête du Front national, Bruno Gollnisch réplique.

L'université d'été du Front national, qui commence vendredi, s'annonce chaude. Puisque la guerre pour la succession de Jean-Marie Le Pen à la tête du parti se précise. C'est d'ailleurs le président-fondateur du FN qui a allumé la mêche, dans une interview au magazine "Valeurs actuelles", en estimant : "Marine n’est pas populaire que sur son nom. Il y a sa personnalité, son charisme. Elle est sympathique et passe très bien dans les médias." Et Le Pen poursuit en critiquant l'âge de Bruno Gollnisch, le leader du FN lyonnais : "Si la prochaine élection présidentielle a lieu en son temps, Marine aura 43 ans, Bruno 62 ans et moi 83 ans". Tout en soulignant la personnalité plus effacée du numéro 3 du FN, qui est resté dans son ombre pendant plus de 20 ans.

Bref, à deux ans du congrès du FN qui devrait désigner son successeur, Jean-Marie Le Pen a pratiquement adoubé sa fille. Alors que dans une interview à Lyon Mag, Bruno Gollnisch déclarait ne pas "penser à Marine en me rasant", il va devoir désormais se jeter dans la bataille. Dans Le Parisien, il n'a pas tardé à répliquer : "J’aurais préféré que Jean-Marie Le Pen eût une position plus arbitrale, au-dessus de la mêlée. Mais je ne vais pas l’empêcher de donner son point de vue. A plusieurs reprises, il avait donné sa préférence pour ma candidature, s’il a changé d’avis, c’est son droit".



Tags : gollnisch |

Commentaires 0

Pas de commentaire pour le moment.

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.