Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

Le cardinal Barbarin - LyonMag.com

Abus sexuels présumés de prêtres : le cardinal Barbarin a-t-il couvert cinq cas ?

Le cardinal Barbarin - LyonMag.com

Mediapart a recensé 339 victimes présumées d’abus sexuels par des prêtres.

Selon une enquête dévoilée ce lundi par le site d’investigation Mediapart, 25 évêques, dont le Cardinal Barbarin, ont couvert pendant plusieurs années 32 prêtres auteurs d’abus sexuels.

 

L’archevêque de Lyon aurait eu connaissance de cinq cas de prêtres accusés d’abus sexuels. Pour rappel, il avait déjà été visé par une enquête qui avait finalement été classée sans suite en 2016 à Lyon.

 

Pour permettre à ces prêtres d’éviter les ennuis avec la justice, l’Eglise aurait en fait, selon Mediapart , organisé la mutation de 90 prêtres en France.

 

Mardi soir sur France 2, l’épisode de Cash Investigation sera consacré à cette nouvelle affaire qui pourrait égratigner l’Eglise.



Tags : cardinal barbarin | mediapart | Lyon | Abus sexuel | eglise |

Commentaires 59

Déposé le 22/03/2017 à 15h46  
Par mdr Citer

Le bilan a écrit le 22/03/2017 à 12h26

Elise Lucet a interpelé le pape lui qui soutien Barbarin :

http://www.huffingtonpost.fr/2017/03/22/pour-cash-investigation-lise-lucet-a-carrement-interpelle-le_a_21905100/

18 prêtres condamnés pour agressions sexuelles sur mineurs ou viols en France sont toujours en activité au sein de l'institution catholique

18 prêtres condamnés pour agressions sexuelles sur mineurs ou viols en France sont toujours en activité au sein de l'institution catholique

Et l'église nous dit avoir changé

Déposé le 22/03/2017 à 12h26  
Par Le bilan Citer

Elise Lucet a interpelé le pape lui qui soutien Barbarin :

http://www.huffingtonpost.fr/2017/03/22/pour-cash-investigation-lise-lucet-a-carrement-interpelle-le_a_21905100/

18 prêtres condamnés pour agressions sexuelles sur mineurs ou viols en France sont toujours en activité au sein de l'institution catholique

Déposé le 22/03/2017 à 10h08  
Par Anne Lise Citer

Merci à France 2 et Médiapart pour cette enquête étayée qui montre à quel point l’œuf est pourri, et comment l'autorité religieuse balaye les faits.

On aimerait une réaction digne et constructive des catholiques face à ce fléau.

Post monétaire Déposé le 21/03/2017 à 18h44  
Par Post monétaire Citer

http://www.francetvinfo.fr/replay-magazine/france-2/cash-investigation/cash-investigation-du-mardi-21-mars-2017_2097133.html


"Cash Investigation". Pédophilie dans l'Eglise : le poids du silence.

(mais bon, ce n'est pas pour faire un concours avec les problèmes dans l'enseignement et ailleurs, car au final, il faudrait pouvoir anticiper les problèmes de comportements sexuels, et ça... qui le met en place quelque part ? Les cours d'éducation sexuels actuels ne sont pas efficaces, les cours de psycho n'existent pas, l'accès au soin pour les personnes fragiles n'est pas non plus efficace... parce que tout cela coûte cher.)

Déposé le 21/03/2017 à 18h21  
Par Bernard Citer

La Vérité vous rendra libres! a écrit le 21/03/2017 à 17h09

Bravo pour cette mise au point, n'espérez pas les convaincre... ce sont des anticatholiques enragés!

Cependant il faut fournir aux internautes les références qui mettent en lumière leur partialité!

Ce n'est pas la vérité qui les intéresse mais de pouvoir baver et lyncher!

En cette période de carême, comme dans tout autre période, les chrétiens ont le devoir de prier pour eux, même et surtout parce qu'ils sont leurs ennemis!

Est ce que le classement "sans suite" supprime le fait que barbare 1 était au courant et qu'il n'a rien fait?

Déposé le 21/03/2017 à 17h45  
Par A vomir Citer

La Vérité vous rendra libres! a écrit le 21/03/2017 à 17h09

Bravo pour cette mise au point, n'espérez pas les convaincre... ce sont des anticatholiques enragés!

Cependant il faut fournir aux internautes les références qui mettent en lumière leur partialité!

Ce n'est pas la vérité qui les intéresse mais de pouvoir baver et lyncher!

En cette période de carême, comme dans tout autre période, les chrétiens ont le devoir de prier pour eux, même et surtout parce qu'ils sont leurs ennemis!

Surprenante diatribe d'un catholique, qui parle de prières, de devoir, de lynchage mais qui défilait certainement en tête de la manip fourre tous pour hurler son homophobie et qui reste totalement aveugle et sourd quand des actes immondes sont commis par des prêtres de son église.

On l'entendrait plus facilement si les pédophiles étaient musulmans.

Déposé le 21/03/2017 à 17h09  
Par La Vérité vous rendra libres! Citer

ALEX69100 a écrit le 21/03/2017 à 16h00

Le fait est, dans l"'affaire Barbarin", que le parquet dans son jugement rendu le 01/08/2016 a classé l'affaire sans suite estimant que l'infraction n'était pas constituée :
"le délit de « non-dénonciation » – rangé au chapitre des « entraves à la saisine de la justice » du code pénal – n’est pas suffisamment caractérisé. Pour prolonger les poursuites, il aurait fallu qu’il y ait « la volonté », « du moins la conscience d’entraver l’action de la justice en ne permettant pas la saisine de celle-ci ».

Pour cette affaire, contrairement à ce qui est colporté un peu partout, ce n'est pas la prescription qui "l'a sauvé" mais une décision de justice estimant que l'infraction n'était pas constituée.

Pour pouvez être anti-curé, c'est votre droit, d'autres peuvent être pro-curés, c'est le leur, mais même s'il s'agit d'un forum anonyme il faut quand même dire la vérité lorsque on exprime son point de vue.

Bravo pour cette mise au point, n'espérez pas les convaincre... ce sont des anticatholiques enragés!

Cependant il faut fournir aux internautes les références qui mettent en lumière leur partialité!

Ce n'est pas la vérité qui les intéresse mais de pouvoir baver et lyncher!

En cette période de carême, comme dans tout autre période, les chrétiens ont le devoir de prier pour eux, même et surtout parce qu'ils sont leurs ennemis!

Déposé le 21/03/2017 à 16h15  
Par Touche le fond mais continu de creuser Citer

Encore un professeur! a écrit le 21/03/2017 à 15h49

"Par Jean-Christophe Pain
Publié le 21/03/2017 à 13:07 Mis à jour le 21/03/2017 à 13:08


Le professeur de violon avait été condamné en appel correctionnel en 2008 à 12 mois de prison avec sursis pour attouchements sexuels sur de jeunes élèves. Depuis, d'autres victimes se sont manifestées. Cette fois il est jugé pour viol.


La Cour de Cassation avait confirmé le 24 juin 2014 son renvoi devant la Cour d'Assises. Elle justifie notamment sa décision par une accusation constante, précise et circonstanciée.

Le témoin principal "a décrit précisément comment son professeur de violon, homme respecté pour ses compétences professionnelles tant par ses parents que par l'ensemble du milieu de la musique, qu'il connaissait depuis ses douze ans, avait peu à peu étendu son influence sur lui, procédé aux premiers attouchements en les justifiant par une méthodologie d'apprentissage, jusqu'à exercer sur lui une emprise psychique si complète qu'il n'avait pu se soustraire ni aux agressions sexuelles pendant sa minorité, ni aux viols commis après sa majorité".

Le professeur de violon "nie tout abus de nature sexuelle (...), il évoque des relations sexuelles parfaitement consenties qu'ils auraient eues alors que ce dernier était majeur, et ce alors même qu'il n'aurait jamais auparavant éprouvé d'attirance envers le jeune homme".


http://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/isere/grenoble/grenoble-professeur-violon-suspecte-pedophilie-devant-assises-1218685.html

Vos recherches sont partielles:

23 février 2017:
http://www.ouest-france.fr/region-la-reunion/pedophilie-un-pretre-mis-en-examen-et-place-en-detention-4819844

23 février 2017:
http://www.linfo.re/la-reunion/faits-divers/712595-la-reunion-4-pretres-condamnes-en-5-ans-pour-pedophilie

22 février 2017:
https://lemuslimpost.com/pedophilie-gangrene-toujours-eglise.html

16 février 2017:
http://www.lejournaldelbeuf.fr/2017/02/24/un-cure-de-73-ans-a-ete-mis-en-examen-a-rouen-jeudi-dernier-le-pretre-soupconne-de-pedophilie-avait-ete-en-poste-a-elbeuf/

.......

Déposé le 21/03/2017 à 16h00  
Par ALEX69100 Citer

j'suis mort de rire a écrit le 21/03/2017 à 15h05

"......un classement sans suite!"

La prescription l'a sauvé, merci son "dieu"

Le fait est, dans l"'affaire Barbarin", que le parquet dans son jugement rendu le 01/08/2016 a classé l'affaire sans suite estimant que l'infraction n'était pas constituée :
"le délit de « non-dénonciation » – rangé au chapitre des « entraves à la saisine de la justice » du code pénal – n’est pas suffisamment caractérisé. Pour prolonger les poursuites, il aurait fallu qu’il y ait « la volonté », « du moins la conscience d’entraver l’action de la justice en ne permettant pas la saisine de celle-ci ».

Pour cette affaire, contrairement à ce qui est colporté un peu partout, ce n'est pas la prescription qui "l'a sauvé" mais une décision de justice estimant que l'infraction n'était pas constituée.

Pour pouvez être anti-curé, c'est votre droit, d'autres peuvent être pro-curés, c'est le leur, mais même s'il s'agit d'un forum anonyme il faut quand même dire la vérité lorsque on exprime son point de vue.

Déposé le 21/03/2017 à 15h51  
Par Il n'y a jamais de fumé sans feu Citer

Stop au lynchage! a écrit le 21/03/2017 à 13h38

La Justice toute la Justice rien que la Justice! ...pas le lynchage, l'acharnement des medias et du Pouvoir! On a vu sur quoi a déboucher le précédent lynchage auquel vous avez participé...un classement sans suite!

Les lyncheurs ne veulent pas la justice ils veulent faire craquer ceux qu'ils harcèlent...pas de chance pour eux ni Mgr BARBARIN, ni François FILLON ne leur fait ce plaisir...

En relançant le "débat" il est évident qu'ils veulent d'une pierre deux ou trois coups : Mgr Barbarin, Françaois Fillon, Sens Commun... les victimes ont bon dos...elles ne sont qu'un prétexte pour attaquer tout ce qui osent se reconnaître comme catholique en France.

Seuls les naïfs manipulés par les medias et le pouvoir n'y verront que du feu!

Rhoo la fameuse "théorie" du complot qui explique tout et surtout rien:

- Barbarin était-il informé d'actes pédophiles répétés dans son diocèse: OUI

-Fillon a t-il grassement employé son épouse et ses enfants sans pouvoir justifier du travail effectué pendant ses années: OUI

- Sens commun (la manip pour tous) se positionne t-elle régulièrement pour imposer sa morale sur la sexualité en fermant systématiquement les yeux sur les dérives avéré de l'église catholique sur ce sujet: OUI

Déposé le 21/03/2017 à 15h49  
Par Encore un professeur! Citer

Vous avez di "bizarre"? a écrit le 21/03/2017 à 11h33

Bizarre que Medaipart et France TV "remettent"le couvert sur l'Eglise Catholique en ce temps de campagne électorale...probablement pour soutenir FILLON! En revanche pas la moindre campagne pour s'interroger sur les faits anciens de pédophilie dans l'Education Natioale entre les mains de qui passent TOUS les enfants! Combien de "semaine du goût" ou de "cours particuliers"?

"Par Jean-Christophe Pain
Publié le 21/03/2017 à 13:07 Mis à jour le 21/03/2017 à 13:08


Le professeur de violon avait été condamné en appel correctionnel en 2008 à 12 mois de prison avec sursis pour attouchements sexuels sur de jeunes élèves. Depuis, d'autres victimes se sont manifestées. Cette fois il est jugé pour viol.


La Cour de Cassation avait confirmé le 24 juin 2014 son renvoi devant la Cour d'Assises. Elle justifie notamment sa décision par une accusation constante, précise et circonstanciée.

Le témoin principal "a décrit précisément comment son professeur de violon, homme respecté pour ses compétences professionnelles tant par ses parents que par l'ensemble du milieu de la musique, qu'il connaissait depuis ses douze ans, avait peu à peu étendu son influence sur lui, procédé aux premiers attouchements en les justifiant par une méthodologie d'apprentissage, jusqu'à exercer sur lui une emprise psychique si complète qu'il n'avait pu se soustraire ni aux agressions sexuelles pendant sa minorité, ni aux viols commis après sa majorité".

Le professeur de violon "nie tout abus de nature sexuelle (...), il évoque des relations sexuelles parfaitement consenties qu'ils auraient eues alors que ce dernier était majeur, et ce alors même qu'il n'aurait jamais auparavant éprouvé d'attirance envers le jeune homme".


http://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/isere/grenoble/grenoble-professeur-violon-suspecte-pedophilie-devant-assises-1218685.html

Déposé le 21/03/2017 à 15h05  
Par j'suis mort de rire Citer

Stop au lynchage! a écrit le 21/03/2017 à 13h38

La Justice toute la Justice rien que la Justice! ...pas le lynchage, l'acharnement des medias et du Pouvoir! On a vu sur quoi a déboucher le précédent lynchage auquel vous avez participé...un classement sans suite!

Les lyncheurs ne veulent pas la justice ils veulent faire craquer ceux qu'ils harcèlent...pas de chance pour eux ni Mgr BARBARIN, ni François FILLON ne leur fait ce plaisir...

En relançant le "débat" il est évident qu'ils veulent d'une pierre deux ou trois coups : Mgr Barbarin, Françaois Fillon, Sens Commun... les victimes ont bon dos...elles ne sont qu'un prétexte pour attaquer tout ce qui osent se reconnaître comme catholique en France.

Seuls les naïfs manipulés par les medias et le pouvoir n'y verront que du feu!

"......un classement sans suite!"

La prescription l'a sauvé, merci son "dieu"

Déposé le 21/03/2017 à 15h03  
Par CQFD. Citer

Mais "LOL" a écrit le 21/03/2017 à 13h43

Aller, pour la "blague" (et comme ça a souvent été vu ici même) :

"Moi, j'attends à ce que les catholiques descendent dans la rue pour se désolidariser de ces pédophiles !! Ah mais non, ça risque pas, c'est tous les mêmes"

; )

Une grosse manif de la manip fourre tous avec Anne Lorne en chef de file pour étayer tout ça?

A ben non j'suis bête, on peut pas s'en prendre à la sainte église

Déposé le 21/03/2017 à 13h44  
Par Mais "LOL" Citer

MAJ : "Une affaire de prêtre pédophile rattrape le pape François en Argentine

En 2010, alors qu’il était archevêque de Buenos Aires, le pape François a commandé une contre-enquête pour innocenter un célèbre prêtre argentin condamné pour pédophilie. Pour la première fois, un juge argentin confirme à Mediapart et Cash Investigation avoir fait l’objet d’une tentative d’influence de la part de l’Église."

Déposé le 21/03/2017 à 13h43  
Par Mais "LOL" Citer

Aller, pour la "blague" (et comme ça a souvent été vu ici même) :

"Moi, j'attends à ce que les catholiques descendent dans la rue pour se désolidariser de ces pédophiles !! Ah mais non, ça risque pas, c'est tous les mêmes"

; )

Déposé le 21/03/2017 à 13h38  
Par Stop au lynchage! Citer

Complice vous aussi? a écrit le 21/03/2017 à 13h08

En quoi ces affaires de 1977 dédouanent t-elle l'église de responsabilité en 2017?

Pourquoi ne vous lit on pas réclamer justice vis à vis des prêtres pédophile?

Pourquoi défendez vous une institution englué depuis des décennies dans le silence qui entoure ces récurrentes et mondiales affaires de viols sur mineur?

La Justice toute la Justice rien que la Justice! ...pas le lynchage, l'acharnement des medias et du Pouvoir! On a vu sur quoi a déboucher le précédent lynchage auquel vous avez participé...un classement sans suite!

Les lyncheurs ne veulent pas la justice ils veulent faire craquer ceux qu'ils harcèlent...pas de chance pour eux ni Mgr BARBARIN, ni François FILLON ne leur fait ce plaisir...

En relançant le "débat" il est évident qu'ils veulent d'une pierre deux ou trois coups : Mgr Barbarin, Françaois Fillon, Sens Commun... les victimes ont bon dos...elles ne sont qu'un prétexte pour attaquer tout ce qui osent se reconnaître comme catholique en France.

Seuls les naïfs manipulés par les medias et le pouvoir n'y verront que du feu!

Déposé le 21/03/2017 à 13h08  
Par Complice vous aussi? Citer

Selon que vous serez socialistes ou pas les jugements de Cour vous feront blancs ou noirs" a écrit le 21/03/2017 à 11h48

Ceux qui défendent ou ont défendu l'indéfendable s'appellent par exemple Cohn-Bendit...grand soutien de MACRON!... et ceux qui partageaient ses idées en 1977, c'est à dire Louis Aragon, Francis Ponge, Roland Barthes, Simone de Beauvoir, Judith Belladona docteur Michel Bon, psychosociologue Bertrand Boulin, Jean-Louis Bory, François Chatelet, Patrice Chéreau, Jean-Pierre Colin, Copi, Michel Cressole, Gilles et Fanny Deleuze, ... toutes les idoles du Gauchisme culturel!

"Le Monde du 26 janvier 1977 :

Nous avons reçu le communiqué suivant : Les 27, 28 et 29 janvier, devant la cour d’assises des Yvelines vont comparaître pour attentat à la pudeur sans violence sur des mineurs de quinze ans, Bernard Dejager, Jean-Claude Gallien et Jean Burckardt, qui arrêtés à l’automne 1973 sont déjà restés plus de trois ans en détention provisoire. Seul Bernard Dejager a récemment bénéficié du principe de liberté des inculpés. Une si longue détention préventive pour instruire une simple affaire de mœurs » où les enfants n’ont pas été victimes de la moindre violence, mais, au contraire, ont précisé aux juges d’instruction qu’ils étaient consentants (quoique la justice leur dénie actuellement tout droit au consentement), une si longue détention préventive nous paraît déjà scandaleuse. Aujourd’hui, ils risquent d’être condamnés à une grave peine de réclusion criminelle soit pour avoir eu des relations sexuelles avec ces mineurs, garçons et filles, soit pour avoir favorisé et photographié leurs jeux sexuels.

Nous considérons qu’il y a une disproportion manifeste d’une part, entre la qualification de » crime » qui justifie une telle sévérité, et la nature des faits reprochés ; d’autre part, entre la caractère désuet de la loi et la réalité quotidienne d’une société qui tend à reconnaître chez les enfants et les adolescents l’existence d’une vie sexuelle (si une fille de treize ans a droit à la pilule, c’est pour quoi faire ?)La loi française se contredit lorsqu’elle reconnaît une capacité de discernement à un mineur de treize ou quatorze ans qu’elle peut juger et condamner, alors qu’elle lui refuse cette capacité quand il s’agit de sa Vie affective et sexuelle. Trois ans de prison pour des caresses et des baisers, cela suffit. Nous ne comprendrions pas que le 29 janvier Dejager, Gallien et Burckardt ne retrouvent pas la libérté. »

Ont signé ce communiqué : Louis Aragon, Francis Ponge, Roland Barthes, Simone de Beauvoir, Judith Belladona docteur Michel Bon, psychosociologue Bertrand Boulin, Jean-Louis Bory, François Chatelet, Patrice Chéreau, Jean-Pierre Colin, Copi, Michel Cressole, Gilles et Fanny Deleuze, Bernard Dort, Françoise d’Eaubonne, docteur Maurice Erne, psychiatre Jean-Pierre Faye, docteur Pierrette Garrou, psychiatre Philippe Gavi, docteur Pierre-Edmond Gay, psychanalyste docteur Claire Gellman, psychologue, docteur Robert Gellman, psychiatre André Glucksmann, Félix Guattari, Daniel Guérin, Pierre Guyotat, Pierre Hahn, Jean-Luc Henning, Christian Hennion, Jacques Henric, Guy Hocquenghem, docteur Bernard Kouchner, Françoise Laborie, Madeleine Laïk, Jack Lang, Georges Lapassade, Raymond Lepoutre, Michel Leyris, Jean-François Lyotard, Dionys Mascolo, Gabriel Matzneff, Catherine Millet, Vincent Montail, Docteur Bernard Muldworf, psychiatre Négrepont, Marc Pierret, Anne Querrien, Grisélédis Réal, François Régnault, Claude et Olivier Revault d’Allonnes, Christiane Rochefort, Gilles Sandier, Pierre Samuel, Jean-Paul Sartre, René Schérer, Philippe Sollers, Gérard Soulier, Victoria Therame, Marie Thonon, Catherine Valabrègue, docteur Gérard Vallès, psychiatre Hélène Védrines, Jean-Marie Vincent, Jean-Michel Wilheim, Danielle Sallenave, Alain Cuny.

En quoi ces affaires de 1977 dédouanent t-elle l'église de responsabilité en 2017?

Pourquoi ne vous lit on pas réclamer justice vis à vis des prêtres pédophile?

Pourquoi défendez vous une institution englué depuis des décennies dans le silence qui entoure ces récurrentes et mondiales affaires de viols sur mineur?

Déposé le 21/03/2017 à 12h51  
Par kestion Citer

Kouchner, Lang, Matzneff, Millet, Sollers, Sallenave... a écrit le 21/03/2017 à 12h31

"...docteur Bernard Kouchner, ..., Jack Lang, ..., Gabriel Matzneff, Catherine Millet, ..., Jean-Paul Sartre, ..., Philippe Sollers, ...Danielle Sallenave..."

https://fr.wikipedia.org/wiki/Bernard_Kouchner
https://fr.wikipedia.org/wiki/Jack_Lang
https://fr.wikipedia.org/wiki/Gabriel_Matzneff
https://fr.wikipedia.org/wiki/Catherine_Millet
https://fr.wikipedia.org/wiki/Philippe_Sollers
https://fr.wikipedia.org/wiki/Danièle_Sallenave (de l'Académie Française!)

Ils sont toujours vivants ceux que vous dites défendre l'indéfendable!

un lien vers le wikipedia de barbare 1 ?

Déposé le 21/03/2017 à 12h31  
Par Kouchner, Lang, Matzneff, Millet, Sollers, Sallenave... Citer

Selon que vous serez socialistes ou pas les jugements de Cour vous feront blancs ou noirs" a écrit le 21/03/2017 à 11h48

Ceux qui défendent ou ont défendu l'indéfendable s'appellent par exemple Cohn-Bendit...grand soutien de MACRON!... et ceux qui partageaient ses idées en 1977, c'est à dire Louis Aragon, Francis Ponge, Roland Barthes, Simone de Beauvoir, Judith Belladona docteur Michel Bon, psychosociologue Bertrand Boulin, Jean-Louis Bory, François Chatelet, Patrice Chéreau, Jean-Pierre Colin, Copi, Michel Cressole, Gilles et Fanny Deleuze, ... toutes les idoles du Gauchisme culturel!

"Le Monde du 26 janvier 1977 :

Nous avons reçu le communiqué suivant : Les 27, 28 et 29 janvier, devant la cour d’assises des Yvelines vont comparaître pour attentat à la pudeur sans violence sur des mineurs de quinze ans, Bernard Dejager, Jean-Claude Gallien et Jean Burckardt, qui arrêtés à l’automne 1973 sont déjà restés plus de trois ans en détention provisoire. Seul Bernard Dejager a récemment bénéficié du principe de liberté des inculpés. Une si longue détention préventive pour instruire une simple affaire de mœurs » où les enfants n’ont pas été victimes de la moindre violence, mais, au contraire, ont précisé aux juges d’instruction qu’ils étaient consentants (quoique la justice leur dénie actuellement tout droit au consentement), une si longue détention préventive nous paraît déjà scandaleuse. Aujourd’hui, ils risquent d’être condamnés à une grave peine de réclusion criminelle soit pour avoir eu des relations sexuelles avec ces mineurs, garçons et filles, soit pour avoir favorisé et photographié leurs jeux sexuels.

Nous considérons qu’il y a une disproportion manifeste d’une part, entre la qualification de » crime » qui justifie une telle sévérité, et la nature des faits reprochés ; d’autre part, entre la caractère désuet de la loi et la réalité quotidienne d’une société qui tend à reconnaître chez les enfants et les adolescents l’existence d’une vie sexuelle (si une fille de treize ans a droit à la pilule, c’est pour quoi faire ?)La loi française se contredit lorsqu’elle reconnaît une capacité de discernement à un mineur de treize ou quatorze ans qu’elle peut juger et condamner, alors qu’elle lui refuse cette capacité quand il s’agit de sa Vie affective et sexuelle. Trois ans de prison pour des caresses et des baisers, cela suffit. Nous ne comprendrions pas que le 29 janvier Dejager, Gallien et Burckardt ne retrouvent pas la libérté. »

Ont signé ce communiqué : Louis Aragon, Francis Ponge, Roland Barthes, Simone de Beauvoir, Judith Belladona docteur Michel Bon, psychosociologue Bertrand Boulin, Jean-Louis Bory, François Chatelet, Patrice Chéreau, Jean-Pierre Colin, Copi, Michel Cressole, Gilles et Fanny Deleuze, Bernard Dort, Françoise d’Eaubonne, docteur Maurice Erne, psychiatre Jean-Pierre Faye, docteur Pierrette Garrou, psychiatre Philippe Gavi, docteur Pierre-Edmond Gay, psychanalyste docteur Claire Gellman, psychologue, docteur Robert Gellman, psychiatre André Glucksmann, Félix Guattari, Daniel Guérin, Pierre Guyotat, Pierre Hahn, Jean-Luc Henning, Christian Hennion, Jacques Henric, Guy Hocquenghem, docteur Bernard Kouchner, Françoise Laborie, Madeleine Laïk, Jack Lang, Georges Lapassade, Raymond Lepoutre, Michel Leyris, Jean-François Lyotard, Dionys Mascolo, Gabriel Matzneff, Catherine Millet, Vincent Montail, Docteur Bernard Muldworf, psychiatre Négrepont, Marc Pierret, Anne Querrien, Grisélédis Réal, François Régnault, Claude et Olivier Revault d’Allonnes, Christiane Rochefort, Gilles Sandier, Pierre Samuel, Jean-Paul Sartre, René Schérer, Philippe Sollers, Gérard Soulier, Victoria Therame, Marie Thonon, Catherine Valabrègue, docteur Gérard Vallès, psychiatre Hélène Védrines, Jean-Marie Vincent, Jean-Michel Wilheim, Danielle Sallenave, Alain Cuny.

"...docteur Bernard Kouchner, ..., Jack Lang, ..., Gabriel Matzneff, Catherine Millet, ..., Jean-Paul Sartre, ..., Philippe Sollers, ...Danielle Sallenave..."

https://fr.wikipedia.org/wiki/Bernard_Kouchner
https://fr.wikipedia.org/wiki/Jack_Lang
https://fr.wikipedia.org/wiki/Gabriel_Matzneff
https://fr.wikipedia.org/wiki/Catherine_Millet
https://fr.wikipedia.org/wiki/Philippe_Sollers
https://fr.wikipedia.org/wiki/Danièle_Sallenave (de l'Académie Française!)

Ils sont toujours vivants ceux que vous dites défendre l'indéfendable!

Déposé le 21/03/2017 à 11h48  
Par Selon que vous serez socialistes ou pas les jugements de Cour vous feront blancs ou noirs" Citer

Mais "LOL" a écrit le 21/03/2017 à 11h19

C'est quand même fou qu'il y ai des "gens" pour défendre l'indéfendable, sous prétexte que c'est (encore) Mediapart qui sort cette enquête !
Revenons au sujet (cf la citation)

Ceux qui défendent ou ont défendu l'indéfendable s'appellent par exemple Cohn-Bendit...grand soutien de MACRON!... et ceux qui partageaient ses idées en 1977, c'est à dire Louis Aragon, Francis Ponge, Roland Barthes, Simone de Beauvoir, Judith Belladona docteur Michel Bon, psychosociologue Bertrand Boulin, Jean-Louis Bory, François Chatelet, Patrice Chéreau, Jean-Pierre Colin, Copi, Michel Cressole, Gilles et Fanny Deleuze, ... toutes les idoles du Gauchisme culturel!

"Le Monde du 26 janvier 1977 :

Nous avons reçu le communiqué suivant : Les 27, 28 et 29 janvier, devant la cour d’assises des Yvelines vont comparaître pour attentat à la pudeur sans violence sur des mineurs de quinze ans, Bernard Dejager, Jean-Claude Gallien et Jean Burckardt, qui arrêtés à l’automne 1973 sont déjà restés plus de trois ans en détention provisoire. Seul Bernard Dejager a récemment bénéficié du principe de liberté des inculpés. Une si longue détention préventive pour instruire une simple affaire de mœurs » où les enfants n’ont pas été victimes de la moindre violence, mais, au contraire, ont précisé aux juges d’instruction qu’ils étaient consentants (quoique la justice leur dénie actuellement tout droit au consentement), une si longue détention préventive nous paraît déjà scandaleuse. Aujourd’hui, ils risquent d’être condamnés à une grave peine de réclusion criminelle soit pour avoir eu des relations sexuelles avec ces mineurs, garçons et filles, soit pour avoir favorisé et photographié leurs jeux sexuels.

Nous considérons qu’il y a une disproportion manifeste d’une part, entre la qualification de » crime » qui justifie une telle sévérité, et la nature des faits reprochés ; d’autre part, entre la caractère désuet de la loi et la réalité quotidienne d’une société qui tend à reconnaître chez les enfants et les adolescents l’existence d’une vie sexuelle (si une fille de treize ans a droit à la pilule, c’est pour quoi faire ?)La loi française se contredit lorsqu’elle reconnaît une capacité de discernement à un mineur de treize ou quatorze ans qu’elle peut juger et condamner, alors qu’elle lui refuse cette capacité quand il s’agit de sa Vie affective et sexuelle. Trois ans de prison pour des caresses et des baisers, cela suffit. Nous ne comprendrions pas que le 29 janvier Dejager, Gallien et Burckardt ne retrouvent pas la libérté. »

Ont signé ce communiqué : Louis Aragon, Francis Ponge, Roland Barthes, Simone de Beauvoir, Judith Belladona docteur Michel Bon, psychosociologue Bertrand Boulin, Jean-Louis Bory, François Chatelet, Patrice Chéreau, Jean-Pierre Colin, Copi, Michel Cressole, Gilles et Fanny Deleuze, Bernard Dort, Françoise d’Eaubonne, docteur Maurice Erne, psychiatre Jean-Pierre Faye, docteur Pierrette Garrou, psychiatre Philippe Gavi, docteur Pierre-Edmond Gay, psychanalyste docteur Claire Gellman, psychologue, docteur Robert Gellman, psychiatre André Glucksmann, Félix Guattari, Daniel Guérin, Pierre Guyotat, Pierre Hahn, Jean-Luc Henning, Christian Hennion, Jacques Henric, Guy Hocquenghem, docteur Bernard Kouchner, Françoise Laborie, Madeleine Laïk, Jack Lang, Georges Lapassade, Raymond Lepoutre, Michel Leyris, Jean-François Lyotard, Dionys Mascolo, Gabriel Matzneff, Catherine Millet, Vincent Montail, Docteur Bernard Muldworf, psychiatre Négrepont, Marc Pierret, Anne Querrien, Grisélédis Réal, François Régnault, Claude et Olivier Revault d’Allonnes, Christiane Rochefort, Gilles Sandier, Pierre Samuel, Jean-Paul Sartre, René Schérer, Philippe Sollers, Gérard Soulier, Victoria Therame, Marie Thonon, Catherine Valabrègue, docteur Gérard Vallès, psychiatre Hélène Védrines, Jean-Marie Vincent, Jean-Michel Wilheim, Danielle Sallenave, Alain Cuny.

Déposé le 21/03/2017 à 11h41  
Par Mais "LOL" Citer

Mais "LOL" a écrit le 21/03/2017 à 10h59

"les pères Bernard Preynat, Jean-Marc Desperon, Guy Gérentet de Saluneaux, Philippe de Morand et Robert M. ont été couverts par le cardinal Barbarin, informé de faits pour lesquels il n’a pas saisi formellement la justice. Un sixième clerc, le père Jérôme Billioud, a été laissé en poste jusqu’en 2016, malgré une condamnation pour atteinte sexuelle en 1998 et l’alerte d’une victime présumée en 2009.

Par ailleurs, deux nouveaux prêtres du diocèse de Lyon complètent cette liste de négligences. Écartés en toute discrétion à la fin de l’été 2016, les pères Patrick L. et Didier B. ont été laissés en poste malgré des condamnations, respectivement pour détention d’images pédopornographiques et agressions sexuelles sur mineurs"

C'est quand même fou qu'il y ai des "gens" pour défendre l'indéfendable, sous prétexte que c'est (encore) Mediapart qui sort cette enquête !
Ou ici, pour tenter désespérément de faire porter le chapeau d'on ne sait quoi sur des gens soit disant de gauche
Revenons au sujet, n'en vous déplaise (cf la citation)

Déposé le 21/03/2017 à 11h37  
Par Ces Ministres complices auraient dû démissionner! BELKACEM est toujours en place et PEILLON a osé se présenter à la Primaire! Citer

Quand la LIGNE AZUR faisait l’éloge du sado-masochisme, de l’échangisme et du libertinage, ..et de la pédophilie! a écrit le 21/03/2017 à 11h27

Voilà ce qui les contenus étaient recommandées par PEILLON et BELKACEM! Et vous êtes obligés de confier vos enfants à ces gens-là!
C'est BELKACEM qui a succédé à PEILLON après l'interim de HAMON pendant les vacances scolaires!

Le Conseil d'ETAT a fermement condamné ces ministres!

"La ligne Azur gâtait particulièrement les filles grâce à l’onglet « Tombe la culotte » menant à un manuel de pratiques lesbiennes entièrement accompagné de photos de dames en posture, harnachées de cuir et latex, le mode d’emploi des godemichets et autres accessoires ainsi que le lexique étant gracieusement fournis.

Les garçons avaient le droit à plus de couleurs avec des dessins de BD façon estampes japonaises.

Le site définissait la pédophilie comme une simple « attirance sexuelle pour les enfants, quelle que soit l’orientation sexuelle de la personne », sans la condamner ni relever son caractère pénal et l’on pouvait même y lire le témoignage d’un jeune racontant plaisamment « s’être touché avec un des moniteurs » pendant une colonie de vacances.

Le site faisait aussi valoir avec insistance que l’usage de drogues présentées comme « festives » aide à faire tomber les inhibitions dans les pratiques homosexuelles.

Au vu de cette délicate littérature destinée à la jeunesse, la Confédération nationale des associations familiales catholiques a donc demandé au Conseil d’État l’annulation de la circulaire de Vincent Peillon qu’elle jugeait contraire au principe de neutralité scolaire et à la liberté de conscience.

“Le ministre a porté atteinte au principe de neutralité de l’enseignement et à la liberté de conscience des élèves et de leurs parents.”

On ne révélera aucun secret en affirmant que le Conseil d’État n’a pas vraiment la réputation d’être une institution homophobe, loin s’en faut.

L’on sait aussi la réserve dont il fait généralement preuve dans ses constatations. Pourtant, le rapporteur public Rémi Keller n’a manifestement pas pu cacher un haut-le-cœur en feuilletant le matériel pédagogique énergiquement suggéré à nos enfants par Vincent Peillon :

« La brochure fait l’éloge du sado-masochisme, de l’échangisme et du libertinage, et décrit en détail des pratiques sexuelles diverses, dans des termes crus que nous serions fort gênés de reprendre dans cette enceinte et qui sont manifestement inadaptés aux élèves – et pas seulement les plus jeunes ».

Il poursuit : « Le site internet critiqué prend position sur des questions de société, telles que la procréation médicalement assistée, qui font l’objet de débats et qui divisent la classe politique. La promotion de ce site par l’administration est donc contraire au principe de neutralité. Plus grave encore, le site encourage des pratiques interdites par la loi, et encourage à des comportements sexuels particuliers. Enfin, comment ne pas comprendre que des parents – et des enfants – soient choqués à la lecture des contenus que nous avons évoqués ? ».

Il conclut : « Le contenu du site internet est susceptible, aussi bien sur le fond qu’en raison des termes employés, de porter atteinte aux convictions morales ou religieuses des élèves, des parents et des enseignants. Et ce n’est pas faire preuve d’une pudibonderie excessive que de constater que la présentation quasiment pornographique de certaines activités sexuelles est manifestement inadaptée aux élèves et qu’elle n’a certainement pas sa place dans les établissements d’enseignement secondaire. On ne peut que s’étonner de la légèreté du ministre qui a encouragé des enfants – parfois âgés de dix ans à peine – à consulter ce site. L’administration se défend d’ailleurs particulièrement mal dans cette affaire. Nous vous proposons en conséquence de juger qu’en ordonnant aux recteurs de relayer « avec la plus grande énergie » la campagne de communication relative à la « ligne Azur », le ministre a porté atteinte au principe de neutralité de l’enseignement et à la liberté de conscience des élèves et de leurs parents ».

Le Conseil d’État a suivi son rapporteur et annulé la circulaire pour atteinte au principe de neutralité scolaire, dans une décision du 15 octobre 2014."

http://lesobservateurs.ch/2017/01/17/linsoutenable-legerete-de-vincent-peillon/

http://www.conseil-etat.fr/Actualites/Communiques/Ligne-azur

La dépravation et la corruption de mineurs encouragées au plus haut sommet de l'Etat! ...mais ça, ni Mediapart, ni FRance TV n'en ont cure!

Mais il y a quand même une Justice, PEILLON a été remplacé et BELKACEM grâce à son endoctrinement idéologique et sa promotion de la Ligne AZUR a fait perdre les banlieues à la Gauche!

Déposé le 21/03/2017 à 11h33  
Par Vous avez di "bizarre"? Citer

Le prochain numéro portera sur la pédophilie dans l'Education Nationale...ah non? Et pourquoi? a écrit le 21/03/2017 à 09h57

A quand une grande enquête de "Cash Investigation" et de Mediapart dans l'Education Nationale?

30 pour pédophilie dans l’éducation nationale en 2016
Combien de victimes totalisent ces 30 radiés? Chuuut!

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/societe/article/2017/02/23/trente-radiations-pour-pedophilie-dans-l-education-nationale_5083973_3224.html#L1EM5UzJErWfJLvO.99

61 victimes rien qu'à Villefontaine - 500000 photos, 11000 videos...

http://www.ladepeche.fr/article/2016/04/05/2318669-ecroue-pedophilie-ex-instituteur-villefontaine-est-suicide-prison.html

Chartres : un professeur mis en examen pour agression sexuelle sur un élève - L'enseignant du lycée Notre-Dame de Chartres avait déjà été condamné par le passé pour des faits similaires.

http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/chartres-un-professeur-mis-en-examen-pour-agression-sexuelle-sur-un-eleve-7786698336

Julien, ex-prof pédophile : "Je ne suis pas une bête"
Condamné pour détention d’images pédopornographiques, Julien a été révoqué de l’Éducation nationale. Après sept ans de thérapie, il ressent toujours une attirance pour les adolescents.
http://www.lejdd.fr/Societe/Faits-divers/Julien-ex-prof-pedophile-Je-ne-suis-pas-une-bete-779523


http://www.arpd-idf.org/2234+pedophilie-au-college-dorgeres-lex-compagne-de-lenseignant-avait-prevenu-leducation-nationale.html

etc..., etc...

Combien de victimes de professeurs (-seuses) depuis la Libération?

Peut-être faut-il se poser la question du mariage des enseignants...Ah ils peuvent se marier?!

Bizarre que Medaipart et France TV "remettent"le couvert sur l'Eglise Catholique en ce temps de campagne électorale...probablement pour soutenir FILLON! En revanche pas la moindre campagne pour s'interroger sur les faits anciens de pédophilie dans l'Education Natioale entre les mains de qui passent TOUS les enfants! Combien de "semaine du goût" ou de "cours particuliers"?

Déposé le 21/03/2017 à 11h27  
Par Quand la LIGNE AZUR faisait l’éloge du sado-masochisme, de l’échangisme et du libertinage, ..et de la pédophilie! Citer

Voilà ce qui les contenus étaient recommandées par PEILLON et BELKACEM! Et vous êtes obligés de confier vos enfants à ces gens-là!
C'est BELKACEM qui a succédé à PEILLON après l'interim de HAMON pendant les vacances scolaires!

Le Conseil d'ETAT a fermement condamné ces ministres!

"La ligne Azur gâtait particulièrement les filles grâce à l’onglet « Tombe la culotte » menant à un manuel de pratiques lesbiennes entièrement accompagné de photos de dames en posture, harnachées de cuir et latex, le mode d’emploi des godemichets et autres accessoires ainsi que le lexique étant gracieusement fournis.

Les garçons avaient le droit à plus de couleurs avec des dessins de BD façon estampes japonaises.

Le site définissait la pédophilie comme une simple « attirance sexuelle pour les enfants, quelle que soit l’orientation sexuelle de la personne », sans la condamner ni relever son caractère pénal et l’on pouvait même y lire le témoignage d’un jeune racontant plaisamment « s’être touché avec un des moniteurs » pendant une colonie de vacances.

Le site faisait aussi valoir avec insistance que l’usage de drogues présentées comme « festives » aide à faire tomber les inhibitions dans les pratiques homosexuelles.

Au vu de cette délicate littérature destinée à la jeunesse, la Confédération nationale des associations familiales catholiques a donc demandé au Conseil d’État l’annulation de la circulaire de Vincent Peillon qu’elle jugeait contraire au principe de neutralité scolaire et à la liberté de conscience.

“Le ministre a porté atteinte au principe de neutralité de l’enseignement et à la liberté de conscience des élèves et de leurs parents.”

On ne révélera aucun secret en affirmant que le Conseil d’État n’a pas vraiment la réputation d’être une institution homophobe, loin s’en faut.

L’on sait aussi la réserve dont il fait généralement preuve dans ses constatations. Pourtant, le rapporteur public Rémi Keller n’a manifestement pas pu cacher un haut-le-cœur en feuilletant le matériel pédagogique énergiquement suggéré à nos enfants par Vincent Peillon :

« La brochure fait l’éloge du sado-masochisme, de l’échangisme et du libertinage, et décrit en détail des pratiques sexuelles diverses, dans des termes crus que nous serions fort gênés de reprendre dans cette enceinte et qui sont manifestement inadaptés aux élèves – et pas seulement les plus jeunes ».

Il poursuit : « Le site internet critiqué prend position sur des questions de société, telles que la procréation médicalement assistée, qui font l’objet de débats et qui divisent la classe politique. La promotion de ce site par l’administration est donc contraire au principe de neutralité. Plus grave encore, le site encourage des pratiques interdites par la loi, et encourage à des comportements sexuels particuliers. Enfin, comment ne pas comprendre que des parents – et des enfants – soient choqués à la lecture des contenus que nous avons évoqués ? ».

Il conclut : « Le contenu du site internet est susceptible, aussi bien sur le fond qu’en raison des termes employés, de porter atteinte aux convictions morales ou religieuses des élèves, des parents et des enseignants. Et ce n’est pas faire preuve d’une pudibonderie excessive que de constater que la présentation quasiment pornographique de certaines activités sexuelles est manifestement inadaptée aux élèves et qu’elle n’a certainement pas sa place dans les établissements d’enseignement secondaire. On ne peut que s’étonner de la légèreté du ministre qui a encouragé des enfants – parfois âgés de dix ans à peine – à consulter ce site. L’administration se défend d’ailleurs particulièrement mal dans cette affaire. Nous vous proposons en conséquence de juger qu’en ordonnant aux recteurs de relayer « avec la plus grande énergie » la campagne de communication relative à la « ligne Azur », le ministre a porté atteinte au principe de neutralité de l’enseignement et à la liberté de conscience des élèves et de leurs parents ».

Le Conseil d’État a suivi son rapporteur et annulé la circulaire pour atteinte au principe de neutralité scolaire, dans une décision du 15 octobre 2014."

http://lesobservateurs.ch/2017/01/17/linsoutenable-legerete-de-vincent-peillon/

http://www.conseil-etat.fr/Actualites/Communiques/Ligne-azur

Déposé le 21/03/2017 à 11h19  
Par Mais "LOL" Citer

Mais "LOL" a écrit le 21/03/2017 à 10h59

"les pères Bernard Preynat, Jean-Marc Desperon, Guy Gérentet de Saluneaux, Philippe de Morand et Robert M. ont été couverts par le cardinal Barbarin, informé de faits pour lesquels il n’a pas saisi formellement la justice. Un sixième clerc, le père Jérôme Billioud, a été laissé en poste jusqu’en 2016, malgré une condamnation pour atteinte sexuelle en 1998 et l’alerte d’une victime présumée en 2009.

Par ailleurs, deux nouveaux prêtres du diocèse de Lyon complètent cette liste de négligences. Écartés en toute discrétion à la fin de l’été 2016, les pères Patrick L. et Didier B. ont été laissés en poste malgré des condamnations, respectivement pour détention d’images pédopornographiques et agressions sexuelles sur mineurs"

C'est quand même fou qu'il y ai des "gens" pour défendre l'indéfendable, sous prétexte que c'est (encore) Mediapart qui sort cette enquête !
Revenons au sujet (cf la citation)

Déposé le 21/03/2017 à 11h16  
Par Dieu merci il n'est plus là pour le dire! Citer

Combien d'abus sexuels commis par des enseignants! a écrit le 21/03/2017 à 10h57

le Directeur de l'école e VILLEFONTAINE a lui tout seul en commis 61...à VILLEFONTAINE...et combien ailleurs et avant?

Ni Mediapart, ni cash investigation vous le diront!

Le Directeur s'est fort opportunément donné la mort en prison... on ne saura donc jamais!

Déposé le 21/03/2017 à 11h16  
Par Menteur démasqué Citer

Combien d'abus sexuels commis par des enseignants! a écrit le 21/03/2017 à 10h57

le Directeur de l'école e VILLEFONTAINE a lui tout seul en commis 61...à VILLEFONTAINE...et combien ailleurs et avant?

Ni Mediapart, ni cash investigation vous le diront!

Éternellement dans le mensonge pour protéger votre secte obscur Mickaël:

https://blogs.mediapart.fr/muriel-salmona/blog/300315/eleves-violes-villefontaine-deni-loi-du-silence-et-irresponsabilite-letat-na-pas-protege-les-enf

Déposé le 21/03/2017 à 11h14  
Par Mais "LOL" Citer

Combien d'abus sexuels commis par des enseignants! a écrit le 21/03/2017 à 10h57

le Directeur de l'école e VILLEFONTAINE a lui tout seul en commis 61...à VILLEFONTAINE...et combien ailleurs et avant?

Ni Mediapart, ni cash investigation vous le diront!

Perdu :

https://blogs.mediapart.fr/muriel-salmona/blog/300315/eleves-violes-villefontaine-deni-loi-du-silence-et-irresponsabilite-letat-na-pas-protege-les-enf

Déposé le 21/03/2017 à 11h06  
Par mouarfff Citer

Combien d'abus sexuels commis par des enseignants! a écrit le 21/03/2017 à 10h57

le Directeur de l'école e VILLEFONTAINE a lui tout seul en commis 61...à VILLEFONTAINE...et combien ailleurs et avant?

Ni Mediapart, ni cash investigation vous le diront!

Demandez à "valeurs" actuelles du moyen-age de faire son "enquête"

Déposé le 21/03/2017 à 10h59  
Par Mais "LOL" Citer

"les pères Bernard Preynat, Jean-Marc Desperon, Guy Gérentet de Saluneaux, Philippe de Morand et Robert M. ont été couverts par le cardinal Barbarin, informé de faits pour lesquels il n’a pas saisi formellement la justice. Un sixième clerc, le père Jérôme Billioud, a été laissé en poste jusqu’en 2016, malgré une condamnation pour atteinte sexuelle en 1998 et l’alerte d’une victime présumée en 2009.

Par ailleurs, deux nouveaux prêtres du diocèse de Lyon complètent cette liste de négligences. Écartés en toute discrétion à la fin de l’été 2016, les pères Patrick L. et Didier B. ont été laissés en poste malgré des condamnations, respectivement pour détention d’images pédopornographiques et agressions sexuelles sur mineurs"

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.