Législatives : après le raz-de-marée LREM au premier tour, l'opposition en difficulté à Lyon ?

Législatives : après le raz-de-marée LREM au premier tour, l'opposition en difficulté à Lyon ?
Philippe Cochet peut-il encore peser à la Métropole s'il perd son siège de député ? - LyonMag

Ce dimanche à l'occasion du premier tour des législatives, les candidats de la République en marche ! sont arrivés en tête dans les quatorze circonscriptions du Rhône. Une performance qui confirme le raz-de-marée national du parti présidentiel. Mais cette victoire annoncée des candidats marcheurs peut-elle mettre en péril l'opposition à Lyon ?

Une débâcle pour certain, une victoire criante pour d'autres. Ce premier tour des élections législatives n'a globalement pas fait dans la demi-mesure dans le Rhône. Sur les quatorze circos du département, aucune n'a résisté aux marcheurs, arrivés en tête partout. Même si aucun candidat n'est parvenu à s'imposer dès ce premier tour, certaines circonscriptions sont assurément d'ores et déjà perdues pour les députés sortants, qui vont maintenant rejoindre l'opposition.

Mais quelles vont être, justement, les conséquences d'une telle victoire sur l'opposition locale à droite ? Assurément, celle-ci va se trouver largement affaiblie par ce scrutin national, à la veille des bouleversements que le départ de Gérard Collomb va causer. Pourtant, rien n'est encore joué, assure Romain Meltz, politologue et enseignant à Lyon 2 : "ça ne veut pas pour autant dire que c'est cuit au niveau local, explique-t-il. Concrètement, Philippe Cochet (LR) ne peut évidemment pas prétendre à la présidence de la Métropole. C'est le statu quo, personne à droite ne peut y prétendre, à cause du déficit de légitimité énorme" que cause ce premier tour des législatives.

Car les mauvais – et même très mauvais – résultats de la droite causent bel et bien un problème de légitimité. Ridiculisé par les candidats de La République en marche !, il est en effet difficilement concevable de voir la droite lyonnaise briguer de hautes fonctions en local. Conséquence, "la Métropole va rester 'Collomb – En marche'", prédit Romain Meltz. Mais la question de l'opposition de droite doit en fait se poser à plus longue échéance.

Des "règles du jeu" encore à définir

Même si cette opposition a pris du plomb dans l'aile dans l'immédiat, "cela ne veut pas dire que le paysage politique est transformé pour les quarante ans à venir", explique l'enseignant de l'Université Lumière. Et pour cause, la présidentielle et les législatives ne constituent qu'une partie des scrutins en jeu. Même si ceux-là sont acquis pour LREM, "cela ne veut pas dire que, pour les sénatoriales par exemple, tout le monde va se mettre à voter Macron. C'est une élection qui n'a rien à voir (les sénatoriales sont effectivement au suffrage indirect, ndlr)", analyse Romain Meltz.

Tout n'est donc pas perdu pour l'opposition. Et Stéphane Guilland, son chef de fil à droite à la Ville, l'a bien compris. "Aujourd'hui on a la chance d'avoir une fenêtre de trois ans qui va s'ouvrir et qui va permettre de construire un vrai projet d'alternance pour Lyon", relativise-t-il. Son objectif : les municipales. "Pour préparer les prochaines municipales de 2020, il est urgent d'être le 18 juin 2018, explique Stéphane Guilland. À partir de cette date on connaîtra les règles du jeu. On saura qui sont nos députés, qui sont nos sénateurs et on n'aura plus d'élections qui nous pourriront la vie."

Le couperet n'est donc peut-être pas encore tombé pour Lyon. La très marcheuse capitale des Gaules que Gérard Collomb a façonnée risque bien de rester dans le giron LREM (autrefois PS), mais pour combien de temps encore ? D'autres scrutins sont encore à venir, avec les sénatoriales dès septembre et, plus loin, les municipales de 2020.

L'abstention, clé du second tour des législatives ?

D'ici là, il va falloir remobiliser l'électorat de droite pour limiter la casse. L'abstention au premier tour a en effet causé bien des dégâts à droite, alors qu'elle a pu profiter aux candidat LREM, selon Romain Meltz. "Il y a eu un effondrement de la participation qui a concerné tous les partis, sauf En marche !", constate ce dernier.

Un constat que Patrice Verchère, candidat sortant LR dans la 8e circonscription, a pu vérifier sur le terrain. Même s'il est le candidat le moins distancé par son adversaire LREM (cinq points les séparent), l'abstention, notamment à Écully, lui a fait perdre de précieux pourcentages. Il faudra donc puiser des voix là où il y en a, alors que "[sa] circonscription constitue la seule chance du maintien du pluralisme dans le département", concède-t-il.

Georges Fenech, lui aussi LR, n'est effectivement pas parvenu a rassemblé autant que Patrice Verchère, dans sa 11e circo. Avec presque vingt points de retard, il a été largement devancé par le candidat LREM. Mais lui aussi "lance un appel solennel aux abstentionnistes du 1er tour" pour faire opposition aux marcheurs.

Il ne faut cependant pas compter sur la mobilisation des abstentionnistes selon Romain Meltz. Car en cas de "sursaut de participation, il bénéficierait à l'ensemble des candidats. […] Il n'y a pas de raison qu'il concerne que ceux qui ne se sont pas manifestés au premier tour. D'autant plus que les candidats d'En marche !, qui avaient déjà la légitimité de par l'élection d'Emmanuel Macron comme président, ont maintenant encore plus de légitimité puisqu'ils ont remporté haut la main le premier tour des législatives." Une légitimité qui pourrait finalement pousser les indécis à se tourner vers les candidats LREM.

Hormis cette 8e circonscription où une once de suspense demeure, les dés semblent bien jetés pour les treize autres. Les candidats LREM sont en position de force, et "il faudrait, il faudra une autre élection pour les mettre en difficultés", estime Romain Meltz. Et ce sont justement ces autres élections qui pourront être le salut, à long terme, de l'opposition lyonnaise face au rouleau compresseur Macron.

Mais en attendant, "pour cette élection, c'est fini", conclut Romain Meltz.

18 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
stop le 14/06/2017 à 20:37

Combien de temps Macron a passé en France depuis son election ? En ce moment il est en Afrique. AVant il était en Russie, en Allemagne...

Signaler Répondre

avatar
Franck_89 le 13/06/2017 à 16:34

Les gens veulent du changement, et pour ca ils élisent des candidats "marionnettes" de Collomb, qui est en politique depuis 1981 (à peine 36 ans).
Quelle cohérence !!

Votons selon nos convictions, non pas pour une image de marque...

Signaler Répondre

avatar
Jeansais le 13/06/2017 à 12:40

En Marche ...arrière toute !

Signaler Répondre

avatar
Trompe l'oeil! le 13/06/2017 à 10:34

L'opposition? Mais quelle opposition? Ils sont d'accord sur tout avec MACRON...sauf la CSG sur les retraités!

Ils sont simplement (encore) membre d'une boutique concurrente!...beaucoup ont d'ailleurs changé de boutique à temps pour avoir droit de porte la marque gagnante! Malheur à ceux qui n'ont pas pu être franchisés, comme BINET à Vienne, BELKACEM à Villeurbanne, NKM à Paris, et tant d'autres plus lents à la détente...

Signaler Répondre

avatar
Louis30 le 13/06/2017 à 10:00
tellement mauvais a écrit le 13/06/2017 à 09h44

LR en tête la gauche idem , et M Cochet a tellement évité le rassemblement et La Réunion d'idée que les voix se sont éparpillés et résultats pas de seuil atteint pour aller au second tour ! Ridicule en fait chacun a fait sa liste pour bénéficier de subsides de l'Etat pendant les 5 ans à venir !

Mais redescendez enfin, ces mecs là n'ont pas besoin de ces 5000 euros, ils ont un réseau de fou, de l'argent de famille et cie.
Pour eux ce n'était pas l’appât du gain, mais la passion de la POLITIQUE.
Pas la même mentalité avec en marche.

Signaler Répondre

avatar
tellement mauvais le 13/06/2017 à 09:44

LR en tête la gauche idem , et M Cochet a tellement évité le rassemblement et La Réunion d'idée que les voix se sont éparpillés et résultats pas de seuil atteint pour aller au second tour ! Ridicule en fait chacun a fait sa liste pour bénéficier de subsides de l'Etat pendant les 5 ans à venir !

Signaler Répondre

avatar
Louis30 le 13/06/2017 à 09:44
Bon appetit !! a écrit le 13/06/2017 à 09h13

Vampires contre loups garous! Elle sont bonnes les places et très bien rémunérés.

Pour l'investissement que c'est je ne trouve pas ça bien rémunéré !

Signaler Répondre

avatar
Bon appetit !! le 13/06/2017 à 09:13

Vampires contre loups garous! Elle sont bonnes les places et très bien rémunérés.

Signaler Répondre

avatar
LOUIS30 le 13/06/2017 à 08:56
pierre. 2 a écrit le 13/06/2017 à 00h33

On va bien rigoler quand ces Députés et autres candidats battus qui vivent du système depuis longtemps vont se mettre au boulot dans le privé

Beaucoup d'entre eux ont un réseau et gagnaient très bien voir même mieux leur vie avant !! Ca ne sera pas un problème pour eux !
Et vous êtes tellement mauvais esprit, que vous allez considérez qu'ils gagneront trop encore dans qq mois ! Peut être même voudriez vous les destituer de leur héritage familial, de leurs propriétés ... Vous me faites rire !

Signaler Répondre

avatar
pierre. 2 le 13/06/2017 à 00:33

On va bien rigoler quand ces Députés et autres candidats battus qui vivent du système depuis longtemps vont se mettre au boulot dans le privé

Signaler Répondre

avatar
PENTAGONE le 12/06/2017 à 23:39

L'opposition est la meilleur façon de ralentir un pays

Signaler Répondre

avatar
STP le 12/06/2017 à 21:53

Désolé, mais il n'y a pas d'eau sur la Place des Terreaux. De quel raz de marée parlez vous?
Celui de la journée de lutte sociale du 19/ 06 ou de l'anniversaire de GéGé le 20/06.

Signaler Répondre

avatar
Mémoires courtes le 12/06/2017 à 21:19

Pourtant la présidentielle devait être l'apothéose du front nazional..... le soir du second tour c'était un vote contre la fille du borgne mais pas d'adhésion à Emmanuel Macron.

Faut bien se rendre à l'évidence ce n'est pas en travestissant les réalités que l'on fera avancer le pays.

Signaler Répondre

avatar
@has been le 12/06/2017 à 21:16
Jeansais a écrit le 12/06/2017 à 20h55

Pour les candidats aux élections c'est " En Marche... et rêve"
Mais pour les citoyens c'est plutôt "En Marche ...et crève" !
car le code du travail sera révisé et ce ne sera certainement pas au bénéfice des salariés...

Et les 5 millions de chomeurs?ils n ont pas un avis sur la question?un peu de libéralisme pour débloquer une situation française d une jungle du droit du travail et inciter à donner un emploi n est il pas discutable?
Les votants sont peut etre mieux eclairer que vous ne l ête avec votre idéologie du passé:la vrai précarité c est ne pas exister socialement sans travail!!

Signaler Répondre

avatar
Jeansais le 12/06/2017 à 20:55

Pour les candidats aux élections c'est " En Marche... et rêve"
Mais pour les citoyens c'est plutôt "En Marche ...et crève" !
car le code du travail sera révisé et ce ne sera certainement pas au bénéfice des salariés...

Signaler Répondre

avatar
Guignols obs le 12/06/2017 à 19:11

Hé oui, tous ces gens n'étaient pas des "élus", contrairement à ce qu'ils essayaient de faire croire, mais des "cooptés". Seule l'investiture donne, dans la très grande majorité des cas, la possibilité de devenir député. La claque montre la réalité de la faiblesse de leur implantation et de leur représentativité des électeurs. Pensons, par exemple, à une blonde avec étiquette à moins de 9 %... Bye-bye les guignols.

Signaler Répondre

avatar
bleuet le 12/06/2017 à 19:08

PFF pensez vous ! un semblant d'opposition à commencer par bruno le maire tout du recyclage pas une once de honte face aux adhérents et sympathisants ...

Signaler Répondre

avatar
ititanium59 le 12/06/2017 à 17:56

LA FIN DES DINOSAURES ... ENFIN

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.