Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

Les meilleurs restos exotiques à Lyon

Iranien, brésilien, éthiopien, coréen... Des dizaines de restaurants lyonnais proposent une cuisine atypique. Dépaysement assuré. La sélection de Lyon Mag.

Lyon-Dakar
Quand on entre dans ce petit restaurant du 3e, on se retrouve face à une paillote, avec une musique sénégalaise... Et on plonge dans l’ambiance. D’autant plus que l’accueil de Samy est très sympa. Et les apéros sont tout aussi dépaysants. Notamment le cocktail à base de gingembre poivré et de rhum. A ne pas rater. En entrée, les brochettes de crevettes sont grillées à point, alors que les pastels de viande, des chaussons fourrés au bœuf, sont plus banals. Même si la sauce tomate, légèrement épicée, est délicieuse. Les plus téméraires peuvent corser le tout en ajoutant un peu de piment, mais c’est explosif ! Les deux plats traditionnels sont plus surprenants : le maffé, avec du bœuf accompagné d’une sauce tomate à la cacahuète, et le yassa, avec du poulet au citron et aux oignons confits. Très copieux. Enfin en dessert, les bananes flambées au rhum sont excellentes. Légères et parfumées pour bien terminer ce repas très abordable : 36,50 euros à deux. A noter que le Lyon-Dakar fait également des plats à emporter. 227, rue de Créqui, Lyon 3e. Tél. : 04 78 62 29 54

Le Petit Persan
Situé dans une petite rue étroite et assez sombre du 1er arrondissement, ce restaurant iranien passe inaperçu. Pourtant, il mérite le détour. Pas vraiment pour la déco, assez banale, avec ses murs en pierre, poutres apparentes au plafond, meubles en bois et grands rideaux blancs... Mais pour sa cuisine épicée et très parfumée. En entrée, on a commencé par une assiette de spécialités, avec d’excellentes feuilles de vigne garnies de viande, des épinards et des aubergines au yaourt à l’ail. Le yaourt étant très utilisé dans la cuisine iranienne. Seul regret : le pain français en accompagnement. On aurait préféré des nâans, pains non levés iraniens, beaucoup plus adaptés. On continue avec la spécialité du restaurant : les brochettes de gigot d’agneau au safran et citron, accompagnées d’un riz long. Le gigot, très tendre, est également délicieusement parfumé. On termine le repas par un flan à la fleur d’oranger et aux pistaches. Très crémeux. Bref, pour 22 euros le menu, c’est une cuisine à découvrir. Menu de 13 à 25 euros. Ouvert tous les jours, sauf dimanche, lundi et mercredi midi.  8 rue Longue, Lyon 1er. Tél. : 04 78 28 26 50

SamBahia
Ouvert depuis 1974, ce restaurant du 5e propose une cuisine typique du Brésil. Avec de nombreuses spécialités : crevettes à la sauce coco ou à la crème de gingembre, cassoulet de porc aux haricots noirs, poulet à la sauce cacahuète ou gratin de manioc aux crevettes, brochettes de cœur de poulet... Très dépaysant là encore. Difficile de choisir. Mais on s’est laissé tenter par la Moqueca de Peixe, une spécialité de la région de Bahia. Il s’agit d’un ragoût de cabillaud cuit dans du lait de coco, avec tomates, poivrons, oignons, coriandre et purée de poissons. Excellent, d’autant plus qu’il était servi dans un petit poêlon en fonte, avec un bol de riz. Par contre, la carte des desserts est plus limitée. Car on a le choix essentiellement entre plusieurs sortes de flans. On tente le flan au fromage, servi avec sa sauce à la goyave. Un genre de cheese-cake brésilien. Parfait pour terminer ce repas. Reste le prix : 28 euros, tout de même, avec un café. Mais on a passé un agréable moment dans un cadre très coloré, avec des murs rouge vif, des photos d’Indiens d’Amazonie aux murs et des petites banquettes léopard. Avec, en fond sonore, une musique brésilienne très rythmée. 13 rue du Doyenné, Lyon 5e. Tél. : 04 78 37 82 10

Le Doshilack
Un petit resto sud-coréen très sympa situé rue de Marseille. Avec un cadre typiquement asiatique : bougies, masques en bois, stores en bambou... Et la patronne, souriante et dynamique, se fait un plaisir de décrypter la carte : le Jéyouck, porc pimenté et caramélisé, le Boulgogui, bœuf caramélisé à la sauce soja... Le soir où on est venu dîner, on a pris, en entrée, des kimbab au saumon, des sortes de sushis. Et des mandoo, des raviolis frits. Bons, sans plus. Par contre, il ne faut pas rater le barbecue coréen pour deux minimum. Dans un grand poêlon, la patronne fait cuire devant les clients les filets de bœuf marinés dans une sauce à base de soja, avec des oignons et des poivrons. On dépose ensuite sur une feuille de salade les morceaux de viande, puis du kimchi, c’est-à-dire du chou fermenté et épicé. Mais aussi du riz. A manger comme un sandwich. Bref, un plat très convivial. Dommage que le dessert ne soit pas à la hauteur : les bugnes coréennes sont quand même moins bonnes que les lyonnaises ! Mieux vaut rester sur une coupe de litchis frais. Le rapport qualité-prix est correct : 60 euros pour deux. 28, rue de Marseille, Lyon 7e. Tél. : 04 78 61 04 96

Messob
Epices, encens... Dès qu’on entre au Messob, dans une rue populaire du 6e arrondissement, on est dans une ambiance très éthiopienne. La grande salle aux murs en pierres apparentes ressemble d’ailleurs presque à un musée. Tissus, lances, boucliers, bijoux, coin bibliothèque... Au milieu, des petits tabourets en bois sont installés en demi-cercle autour des braises où la patronne grille des graines de café. Seule faute de goût : les chaises sont en plastique. L’accueil est charmant. On choisit un plat découverte avec lentilles, bœuf haché, salade, légumes sautés, et doro wat, du poulet avec une sauce épicée et relevée. Le tout est servi dans un grand plat. Mais il faut manger avec les doigts et des morceaux d’injera, des crêpes éthiopiennes. Les portions ne sont pas très copieuses mais on peut en redemander. Et c’est excellent. En dessert, le choix est très limité. Le flan coco est assez banal, choisissez plutôt la coupe mangue. Avec de la glace et des morceaux de fruits frais. Un délice. Pour finir, on a droit à la cérémonie du café. Très sympa, car on se retrouve en demi-cercle autour de la patronne qui en profite alors pour faire partager son amour de l’Ethiopie. Au final, un repas dépaysant mais arrosé d’un côtes-du-rhône qui n’est vraiment pas au niveau. Dommage. Comptez 60 euros à deux. En tout cas, en ressortant du Messob, on a une seule envie : prendre un billet d’avion pour Addis Abeba.  
85, rue Masséna; Lyon 6e. Tél. : 04 78 24 25 75

Azur afghan

Des murs de pierre, un portrait du commandant Massoud, des cartes de l’Afghanistan, des tapisseries, des cartes postales afghanes... Quand on entre chez Azur afghan, on se sent forcément un peu ailleurs mais on est tout de suite vraiment à l’aise. Car l’accueil est sympathique.
En entrée, on a choisi une salade afghane. Un plat très simple à base de tomates fraîches, de poivrons, d’oignons, le tout agrémenté d’une sauce au vinaigre et au poivre. C’est bien assaisonné et c’est très agréable pour commencer ce repas. Avec des petits pains sans levain. Evidemment, le mieux, c’est de fourrer ces pains avec les morceaux de tomate et de poivron, à l’afghane. Puis on enchaîne avec le kabouli palaot à base de riz, de lamelles de carotte et de morceau d’agneau. On peut agrémenter le tout avec une sauce pimentée ou une sauce à base de yaourt disposées dans des bols à part. Pas très copieux, mais l’ensemble est tout à fait correct. Et en dessert, on a choisi un baklava. Pas vraiment afghan puisque ce gâteau est une spécialité qu’on trouve plutôt au LIban, en Arménie ou en Turquie. Mais peu importe, car ce dessert à base de miel, de pistache et d’amande est très réussi : le cuisinier n’a pas trop forcé sur le miel, ce qui préserve bien le goût des fruits secs. Idéal pour terminer ce repas. Les prix sont corrects : 20 euros par personne. 6 rue Villeneuve, Lyon 4e. Tél. : 04 78 39 66 19



Tags : test | Lyon-Dakar | exotique | Doshilack | Petit Persan | SamBahia | messob | Azur afghan |

Commentaires 1

Déposé le 31/12/2010 à 19h56  
Par Eric Citer

moyen est cher !

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.