Incidents en marge de la manifestation contre la réforme du code du travail à Lyon : la CGT accuse les forces de l’ordre d’avoir fait monter la pression

Incidents en marge de la manifestation contre la réforme du code du travail à Lyon : la CGT accuse les forces de l’ordre d’avoir fait monter la pression
Les forces de l'ordre mardi à Lyon - Lyonmag.com

Dans un communiqué, la CGT revient sur les incidents qui ont émaillé la manifestation contre la réforme du code du travail, mardi, à Lyon.

Le cortège s’est rapidement retrouvé bloqué, les forces de l’ordre ayant isolé une centaine de manifestants. Selon le syndicat, "ce blocage, décidé par le pouvoir politique, a fait monter la pression. La police a délibérément chargé sans raison une partie des manifestants les mettant dans une nasse leur interdisant l’accès à la manifestation. Le droit constitutionnel de manifester n’a pas à être entravé".


La CGT accuse par ailleurs les forces de police d’être "responsables des blessures de plusieurs manifestants", dont un membre de son propre service d’ordre. Le syndicat demande ainsi à revenir "à un déroulement des manifestations laissant leurs gestions aux organisateurs" et en profite pour appeler les salariés à "se mobiliser sur les lieux de travail, à décider collectivement de faire grève et de participer aux manifestations à venir à commencer par le 21 septembre".  

10 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
GIGLIO le 14/09/2017 à 13:53
merci pour tout a écrit le 14/09/2017 à 11h14

On se lâche sur lyonmag hein les gars, bien planqué derrière son clavier a enfiler les perles et les généralisations à deux balles ?

Merci à LyonMag de laisser les internautes s'exprimer en toute liberté que l'on soit de Droite, de Gauche ou du Centre en passant par les extrêmes! Vous en connaissez d'autres des sites internet d'informations qui laissent cette liberté? Regardez Post monétaire qui s'éclate tous les jours...!

Signaler Répondre

avatar
merci pour tout le 14/09/2017 à 11:14

On se lâche sur lyonmag hein les gars, bien planqué derrière son clavier a enfiler les perles et les généralisations à deux balles ?

Signaler Répondre

avatar
VNL le 14/09/2017 à 09:50

On interdit les supporters de foot de se déplacer (avec liberté de circulation bafouée...) mais on autorise à chaque fois les manifs de la CGT-Extrême gauche qui sont toujours des troubles à l'ordre public...

Bravo l'état et bravo les syndica(ca)

Signaler Répondre

avatar
pat69570 le 14/09/2017 à 08:07

La CGT a des casseurs dans toutes les manifestations , ..Ils viennent casser du flic et c'est largement prouvé !

Signaler Répondre

avatar
GIGLIO le 14/09/2017 à 06:20

Ce n'était que des casseurs en tête de la manifestation! Peut-être que la CGT soutient et protège les casseurs...? Non loin de moi cette idée totalement farfelue...!

Signaler Répondre

avatar
y'en a marre le 13/09/2017 à 22:34

Tout à fait d'accord ! Ils ont trop de pouvoir ces cégétistes !! Non mais ! Ce sont les patrons qui donnent du travail jusqu'à preuve du contraire !!

Signaler Répondre

avatar
Rappel le 13/09/2017 à 21:08

A mettre en rapport avec "la sortie de l'état de droit".
Et également avec les centaines de personnes enfermées sur la place Bellecour.

Signaler Répondre

avatar
lol le 13/09/2017 à 20:17

Ces gens se croient tout permis. La CGT , juste des mecs qui ont une grande bouche... et un petit cerveau! Un exemple ou la CGT à sauve une entreprise? Y'en a pas! Moi j'en ai marre de ces mecs!

Signaler Répondre

avatar
sakura le 13/09/2017 à 19:38

Le syndicat demande ainsi à revenir "à un déroulement des manifestations laissant leurs gestions aux organisateurs"

Très bonne idée et qu'on leur envoie les factures de remise en état des biens publiques et privés dégradés lors des manifestations organisés par eux.

Signaler Répondre

avatar
Décennies le 13/09/2017 à 19:10

Et encore la CGT qui fait problème...de violences.

Voilà ce que le socialisme de Mr COLLOMB et Mr HOLLANDE nous ont laissé en héritage.

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.