Deux hauts-fonctionnaires de police au cœur d'une affaire de sous-facturations au profit de l'OL

Deux hauts-fonctionnaires de police au cœur d'une affaire de sous-facturations au profit de l'OL
Albert Doutre - LyonMag

L'ancien commissaire divisionnaire de Lyon, Michel Garnier, est poursuivi pour dénonciation calomnieuse par Albert Doutre, ex-directeur départemental de la sécurité publique (DDSP). Il avait laissé entendre que l'ancien patron de la police du Rhône était impliqué dans des sous-facturations des prestations de sécurité de l'Olympique Lyonnais.

Albert Doutre a-t-il été corrompu au profit de l'OL ? C'est en tout cas ce qu'avait clamé Michel Garnier dans un courrier adressé au procureur de la République. L'ancien commissaire divisionnaire de Lyon y accusait son supérieur hiérarchique, alors directeur de la DDSP, d'avoir "reçu des cadeaux, comme des bouteilles de vin", en remerciements de sous-facturations pour le service d'ordre déployé lors de matchs de l'OL au stade de Gerland.

Selon le Progrès, les accusations portées par le commissaire avaient provoqué l'ouverture d'une enquête. Une enquête qui avait finalement été classée sans suite par l'IGPN, ouvrant la voie aux poursuites pour dénonciation calomnieuse d'Albert Doutre. Et le parquet de Lyon s'est prononcé en faveur de l'ancien patron de la police du Rhône, en requérant une peine de 18 mois de prison avec sursis à l'encontre de Michel Garnier. Une peine assortie d'une mise à l'épreuve de trois ans, d'une obligation de soins et d'un remboursement des frais engagés par l'État pour l'enquête à hauteur de 15 000 euros.

Au cœur du conflit, le possible non-respect par la DDSP de la mise à disposition des policiers sur le périmètre d'accès protégé autour de Gerland. Une situation à laquelle il faut ajouter la diminution drastique du coût moyen d'un match. Une baisse de presque 24 % qui a fait passer la facture de 17 804 à 14 368 euros entre 2009 et 2012.

Au tribunal, les témoignages ont confirmé la baisse des factures alors que certaines prestations, comme la mise à disposition d'un hélicoptère ou l'emploi de CRS, n'étaient pas prises en compte. De son côté, Albert Doutre a assumé cette stratégie, assurant qu'une convention signée entre la Préfecture et l'OL permettait au club de foot de mettre à disposition des stadiers pour soulager les effectifs policiers. Une méthode qui se voulait notamment plus économe, a fait valoir l'ex-super flic du Rhône. L'avocat de la défense, lui, s'en est pris au parquet, estimant que ce dernier n'avait pas assuré son rôle "pour éviter les vagues".

Le jugement sera rendu le 21 novembre par le tribunal de Lyon.

4 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
KKK le 22/09/2017 à 09:49

Je constate que DOUTRE est toujours bien placé dans les salons Lumières lors de chaque match de l'OL...

Signaler Répondre

avatar
ben voyons voir le 22/09/2017 à 09:24

Allons ! allons !
Les "profiteurs" sont tous des intouchables : ils sont "frères" francs maçons et ont fait le serment suivant :

"Ainsi, dans la limite de mes possibilités et surtout sans léser ma famille, je me dois d’aider mon Frère ou ma Sœur qui serait dans le besoin matériel ou moral"

facile et sans doute totalement désintéressé (je peux rire non ?) surtout quand ce sont les contribuables qui paient les largesses et les décisions de ces gens là

Signaler Répondre

avatar
pasfollelaguêpe le 21/09/2017 à 17:27

Toutes ces décisions se passent en loges... de la GLNF mes amis....

Signaler Répondre

avatar
Voleur ! le 21/09/2017 à 10:51

Aulas est un voleur et un magouilleur.
Il peut se pavaner à St Tropez avec tous ces amis "élus"
Son stade est peut être superbe, mais combien il a couter aux contribuables et aux lyonnais.
Je voudrais bien, qu'un jour un journal important s'occupe de ce dossier (financement, subventions, infrastructures, etc..).
Merci

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.