Lyon : retraité, il boucle ses fins de mois en logeant des prostituées

Lyon : retraité, il boucle ses fins de mois en logeant des prostituées

Père et fils, étaient les propriétaires et gérants d’une trentaine d’appartement à Lyon. Ils nient être des proxénètes mais louaient leurs biens à des prostituées, à la semaine, avec un règlement en espèce. Une combine qui leur aurait rapporté des millions d’euros.

Ce mardi, les deux hommes ont été interpellés et niaient connaître les activités de leurs locataires. Mais leur discours est fortement mis en doute par les éléments d’une enquête ouverte en 2015.
 

Le vieil homme, originaire du Portugal, aurait depuis quelques années construit son patrimoine immobilier, s’élevant à environ 3 millions d’euros, à Porto ainsi qu’à Lyon. Chaque appartement aurait permis au duo de récolter 400 000 euros par an.
 

Les biens se situaient dans le 3ème et le VIIe arrondissement de Lyon et étaient très vétustes, insalubres pour certains. Après de très légers travaux de rénovation, le retraité meublait les appartements puis les louaient.
 

Ce sont des va-et-vient de client dans un petit immeuble du 3ème arrondissement de Lyon qui ont éveillé les soupçons des policiers. Puis, agacés par le bruit, des voisins s’étaient plains. Durant l’enquête les policiers sont rejoints par les investigations financières en France et au Portugal. Les forces de l’ordre découvrent que les appartements sont loués jusqu’à 700 euros la semaine. De plus, le numéro de téléphone du vieil homme était bien connu dans le milieu de la prostitution et des transsexuels.
 

Une information judiciaire a alors été ouverte pour traite d’êtres humains, proxénétisme aggravé, association de malfaiteurs et blanchiment. À la suite de trois jours de garde à vue, les deux hommes ont été mis en examen ce vendredi. Le fils a finalement été placé en détention et devrait être rejoint par son père.

11 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
les sornettes des médias le 23/10/2017 à 17:16

400 000€ par an pour un appartement ??? Ce n est pas des appartements insalubres mais des suites d hotels a 1 000€ la nuit lol. Apprenez à rédiger un article correctement les apprentis journalistes, apparemment la vision de la vie de certains lecteurs dépend de vous..

Signaler Répondre

avatar
Au Faux PM le 23/10/2017 à 08:28
Post monétaire a écrit le 21/10/2017 à 11h31

Les 2 mon capitaines !
Vu le nombre d'automobilistes qui continuent de téléphoner au volant, ne pas mettre de clignotant en tournant, se garant sur les pistes cyclables, occupant l'espace public (1 rue = 2 files pour le parking et une voie de circulation / la société subventionne cette manière de se garer)...
et si vous voulez sanctionner des vélos qui font n'importe quoi, pas de problème aussi ! :o)

Mais bon, si des amendes changeait réellement les choses, ça se saurait. Quelle amende contre le proxénétisme ? :D

encore une usurpation d'identité pour prêter à PM des propos hors sujet ?

Signaler Répondre

avatar
Post monétaire le 22/10/2017 à 11:06
post apres monnaie a écrit le 21/10/2017 à 19h01

mélanger vélo et proxénétisme.. fallait oser pm l'a fait

Pourquoi vous n'avez pas dit ça à la personne qui parle des amendes "par ci par là" ? :D

Signaler Répondre

avatar
Jean Lassalle le 22/10/2017 à 10:52

Leur métier n'est pas illégal mais il faudrait qu'elles dorment sous les ponts? Elles n'ont pas le droit de louer un appartement comme le reste des gens, faut il rappeler quelles paient des impôts ?

Signaler Répondre

avatar
CITATION le 22/10/2017 à 09:51

Coluche avait raison, il disait justement : On a plus souvent vu une prostitué faire le bonheur de plusieurs hommes , qu'une seule femme honnête .

Signaler Répondre

avatar
zozo69 le 21/10/2017 à 19:15

C’est plus rentable que la loi pine...el !

Signaler Répondre

avatar
post apres monnaie le 21/10/2017 à 19:01
Post monétaire a écrit le 21/10/2017 à 11h31

Les 2 mon capitaines !
Vu le nombre d'automobilistes qui continuent de téléphoner au volant, ne pas mettre de clignotant en tournant, se garant sur les pistes cyclables, occupant l'espace public (1 rue = 2 files pour le parking et une voie de circulation / la société subventionne cette manière de se garer)...
et si vous voulez sanctionner des vélos qui font n'importe quoi, pas de problème aussi ! :o)

Mais bon, si des amendes changeait réellement les choses, ça se saurait. Quelle amende contre le proxénétisme ? :D

mélanger vélo et proxénétisme.. fallait oser pm l'a fait

Signaler Répondre

avatar
Retraité en colère le 21/10/2017 à 17:35

A l'attention du journaliste qui a écrit cet article :
Pourquoi mettre en titre "retraité".
Quelle est la fonction du fils ?
Pas besoin de le savoir du moment où il n'est pas retraité.
En cette période "macronienne", il est de bon ton de se payer la tête des retraités.
Donc, si on fait le point. Les retraités sont des fainéants profiteurs du système et même logeur indélicat.

Signaler Répondre

avatar
Rasle bol 69 le 21/10/2017 à 12:55

"il boucle ses fins de mois", on croirait qu'il s'agit de pauvres nécessiteux alors qu'ils sont proxénètes! De la prison ferme outre la confiscation de leurs "biens"

Signaler Répondre

avatar
Post monétaire le 21/10/2017 à 11:31
RF69 a écrit le 21/10/2017 à 10h48

Bien joué aux policiers, on préfère ça que des contrôles bidons pour te mettre des 90 balles d'amende par si par la

Les 2 mon capitaines !
Vu le nombre d'automobilistes qui continuent de téléphoner au volant, ne pas mettre de clignotant en tournant, se garant sur les pistes cyclables, occupant l'espace public (1 rue = 2 files pour le parking et une voie de circulation / la société subventionne cette manière de se garer)...
et si vous voulez sanctionner des vélos qui font n'importe quoi, pas de problème aussi ! :o)

Mais bon, si des amendes changeait réellement les choses, ça se saurait. Quelle amende contre le proxénétisme ? :D

Signaler Répondre

avatar
RF69 le 21/10/2017 à 10:48

Bien joué aux policiers, on préfère ça que des contrôles bidons pour te mettre des 90 balles d'amende par si par la

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.