Publicité éphémère sur les trottoirs de Lyon : à peine annoncée, déjà attaquée [MAJ]

Publicité éphémère sur les trottoirs de Lyon : à peine annoncée, déjà attaquée [MAJ]
Photo d'illustration - DR

Annoncée il y a seulement trois jours, l'expérimentation de la publicité éphémère sur les trottoirs, notamment à Lyon, a déjà ses détracteurs.

MAJ : Alors que le décret est en train de provoquer un tollé, plusieurs élus voire collectivités ont annoncé leurs réserves sur l'expérimentation. À l'image de Jean-Paul Bret, le maire de Villeurbanne, qui a qualifié le projet de "stupéfiant (…) pris sans concertation [et] sans s'inquiéter un seul instant" de l'avis des villes concernées. Et d'ajouter qu'il se refusait de "voir nos paysages urbains saturés par la publicité".

De son côté, la Métropole de Lyon se montre aussi prudente. Dans un communiqué laconique, la collectivité assure qu'elle "mènera une concertation avec toutes les communes avant la mise en œuvre éventuelle de l'expérimentation." "C'est seulement à l'issue de cette concertation que la mise en œuvre (…) fera l'objet d'une décision des communes et de la Métropole", poursuit le communiqué.

Article original :

Ce mercredi, Nathalie Delattre, sénatrice du Parti radical et conseillère métropolitaine de Bordeaux, s'est attaquée au projet d'expérimentation de publicité éphémère sur les trottoirs de sa ville, également déployé à Lyon et Nantes. L'élu adresse ainsi une question écrite au ministre de l'Intérieur et ex-maire de Lyon, Gérard Collomb.

Dans sa question, elle somme le "ministre de l'Intérieur de bien vouloir motiver les intentions du gouvernement et la finalité du décret n° 2017-1743 du 22 décembre 2017 portant expérimentation de marquages sur les trottoirs à des fins publicitaires", explique-t-elle sur Facebook. Nathalie Delattre s'interroge par ailleurs de l'absence totale de concertation ou d'information sur le sujet.

La sénatrice girondine s'étonne également de la publication au Journal officiel d'un tel décret, qu'elle juge "incompatible (…) avec un Règlement local de publicité intercommunal (RLPi) qui protège le secteur classé UNESCO de la ville de Bordeaux". Une interrogation qui pourrait tout à fait être posée à Lyon également, une partie de la Capitale des Gaules étant elle aussi classée.

Pour rappel, le décret autorise les marquages faits au nettoyeur haute pression ou avec des peintures biodégradables. Des marquages qui ne doivent pas excéder les 2,5 m², être espacés de 80 mètres au minimum et rester visibles 10 jours au maximum.

X
22 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
Non à LaRem le 31/12/2017 à 13:51
Vive Macron Premier a écrit le 30/12/2017 à 20h13

Jaloux de MACRON,il sera le meilleur président de la cinquième république. Surtout après Hollande et sa troupe de ringards du PS.

J'ai du mal à comprendre que vous preniez comme seul argument la jalousie.
Dans les troupes du Président Macron nous retrouvons dans des postes de premiers plans de nombreux politiques qui ont travaillé avec le Président Hollande.
Le Président Macron en a malheureusement fait partie, ce qui a conduit à dégrader la politique du Président Hollande.
Vous devriez un peu réfléchir avant d'écrire.
Réfléchir un verbe peu utilisé par les fans de Président.

Signaler Répondre

avatar
@mauvaise fois le 31/12/2017 à 11:55

mais là , tu auras les deux : les tags et ces pubs de trottoir a la c...ils recherchent dew hommes sandwiches si cela t'intéresse ....

Signaler Répondre

avatar
stop ! le 31/12/2017 à 11:53

soyons courageux comme a Nantes et arretons cette future pollution visuelle !

Signaler Répondre

avatar
Andii le 30/12/2017 à 21:01
Vive Macron Premier a écrit le 30/12/2017 à 20h13

Jaloux de MACRON,il sera le meilleur président de la cinquième république. Surtout après Hollande et sa troupe de ringards du PS.

Troupe à laquelle IL a accepté d'appartenir, ringard toi-même...

Signaler Répondre

avatar
Vive Macron Premier le 30/12/2017 à 20:13

Jaloux de MACRON,il sera le meilleur président de la cinquième république. Surtout après Hollande et sa troupe de ringards du PS.

Signaler Répondre

avatar
Toujours le fric ? le 30/12/2017 à 19:41
Non à LaRem a écrit le 30/12/2017 à 17h32

Excusez moi mesdames et messieurs les commentateurs.
A force de lire les journaux, j'ai malheureusement fait une erreur de titre de journal.
En fait, c'est le "Parisien Aujourd'hui en France" qui a publié cet article.
Un journal qui aime pourtant bien la politique de notre Président.

Ne vous inquiétez pas, tous sont serviteur du fric. Donc, ça revient au même.

Signaler Répondre

avatar
Non à LaRem le 30/12/2017 à 17:32
Pigé a écrit le 30/12/2017 à 14h39

Tiens donc...

Excusez moi mesdames et messieurs les commentateurs.
A force de lire les journaux, j'ai malheureusement fait une erreur de titre de journal.
En fait, c'est le "Parisien Aujourd'hui en France" qui a publié cet article.
Un journal qui aime pourtant bien la politique de notre Président.

Signaler Répondre

avatar
Pigé le 30/12/2017 à 14:39
Non à LaRem a écrit le 30/12/2017 à 12h09

Extrait du journal Libération du 30/12/2017 :
"L’une des principales sociétés spécialisées en France dans les pubs biodégradables sur trottoirs est basée… dans la banlieue de Lyon, et collabore depuis longtemps avec la Métropole autour de projets de marquages éphémères pour des événements particuliers."
Les municipalités de Nantes et Bordeaux ne veulent pas de cette expérimentation publicitaire.

Tiens donc...

Signaler Répondre

avatar
Toujours le fric ? le 30/12/2017 à 14:07
mauvaise foi a écrit le 30/12/2017 à 11h07

Je préfère la publicité aux tags dégueulaces qui salissent les monuments et autres édifices etc....

Les tags ne me disent pas quoi acheter et ne transforme pas l'humain en pantin.

Signaler Répondre

avatar
au secours président Macron le 30/12/2017 à 12:37
Non à LaRem a écrit le 30/12/2017 à 12h09

Extrait du journal Libération du 30/12/2017 :
"L’une des principales sociétés spécialisées en France dans les pubs biodégradables sur trottoirs est basée… dans la banlieue de Lyon, et collabore depuis longtemps avec la Métropole autour de projets de marquages éphémères pour des événements particuliers."
Les municipalités de Nantes et Bordeaux ne veulent pas de cette expérimentation publicitaire.

alors cette société a encore une fois voulue avoir un passe droit de la part du ministre de l'intérieur ? notre ex maire et sénateur, dieu tout puissant ?
Mais que fait donc le président Macron face à toutes ces magouilles qui perdurent, générées depuis lyon ?
outre cet article, en voilà 2 autres qui devraient interpeller le président Macron
https://www.lyonmag.com/forum/topic/92861/le-conseil-constitutionnel-censure-l-amendement-collomb-favorable-a-la-metropole-de-lyon
https://www.capital.fr/economie-politique/taxe-ordures-menageres-gerard-collomb-devra-t-il-rembourser-les-lyonnais-1256914

Signaler Répondre

avatar
Non à LaRem le 30/12/2017 à 12:09

Extrait du journal Libération du 30/12/2017 :
"L’une des principales sociétés spécialisées en France dans les pubs biodégradables sur trottoirs est basée… dans la banlieue de Lyon, et collabore depuis longtemps avec la Métropole autour de projets de marquages éphémères pour des événements particuliers."
Les municipalités de Nantes et Bordeaux ne veulent pas de cette expérimentation publicitaire.

Signaler Répondre

avatar
saile le 30/12/2017 à 11:44

J’espère qu’il y aura moins de fautes sur ces publicités que sur le forum. Désolant...

Signaler Répondre

avatar
mauvaise foi le 30/12/2017 à 11:07

Je préfère la publicité aux tags dégueulaces qui salissent les monuments et autres édifices etc....

Signaler Répondre

avatar
Toujours le fric ? le 30/12/2017 à 02:47
eternel a écrit le 29/12/2017 à 18h45

ça n'a pas toujours été comme ça ?
Là, on optimise juste le système un peu plus.

L'homme sandwish,
le trottoir publicitaire,
le produit publicitaire,
consomme, et tu seras heureux !

Signaler Répondre

avatar
Stop le 29/12/2017 à 20:02
Petaudier a écrit le 29/12/2017 à 17h12

"Jean-Paul Bret, le maire de Villeurbanne, qui a qualifié le projet de "stupéfiant""

Et les stupéfiants, à Villeurbanne, il connaît !

Oui les stupéfiants on connait à Dealer-banne

Signaler Répondre

avatar
eternel le 29/12/2017 à 18:45
Jeansais a écrit le 29/12/2017 à 16h54

Maintenant pour avoir un marcher...il faut faire le trottoir !

ça n'a pas toujours été comme ça ?
Là, on optimise juste le système un peu plus.

Signaler Répondre

avatar
stop le 29/12/2017 à 18:14

Nous ausdi les citoyens nous pouvons faire notre pub en ecrivant sur les trottoirs.Ras le bol de votre pognon !

Signaler Répondre

avatar
Non à LaRem le 29/12/2017 à 18:08

Il est temps de se réveiller et d'arrêter la machine infernale des "collombophiles".

Signaler Répondre

avatar
Mais qui ???? le 29/12/2017 à 17:41

Mais qui donc s'est fait soudoyé par le lobbying publicitaire pour avoir fait passer un tel décret ?
Mais qui ????
M. le président, que se passe t'il dans l'antre des députés ?

Signaler Répondre

avatar
D le 29/12/2017 à 17:22

Parle français lol

Signaler Répondre

avatar
Petaudier le 29/12/2017 à 17:12

"Jean-Paul Bret, le maire de Villeurbanne, qui a qualifié le projet de "stupéfiant""

Et les stupéfiants, à Villeurbanne, il connaît !

Signaler Répondre

avatar
Jeansais le 29/12/2017 à 16:54

Maintenant pour avoir un marcher...il faut faire le trottoir !

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.