Bébés sans bras dans l'Ain : les six scientifiques du Remera bientôt licenciés ?

Bébés sans bras dans l'Ain : les six scientifiques du Remera bientôt licenciés ?
photo d'illustration - Lyonmag.com

Les six personnes qui travaillent pour le registre des malformations en Rhône-Alpes (Remera) à l'origine de la médiatisation des cas de bébés nés sans bras dans l'Ain font l'objet d'une procédure de licenciement.

Selon le Parisien, la scientifique à la tête du Remera a été convoquée mardi par les Hospices Civils de Lyon pour son entretien préalable au licenciement.

Le Remera est le plus ancien des six registres des malformations congénitales de France, mais l'Inserm et la Région Auvergne-Rhône-Alpes ont décidé de ne plus financer la structure.

11 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
Lyonnais. le 31/10/2018 à 09:22

Mme la ministre Agnès Buzin ce matin sur BFM dans Bourdin direct :
Le REMERA ne fermera pas, et son étude est complétée par les nouvelles infos de Santé Publique France qui a trouvé 11 nouveaux cas toujours dans cette région !!

Donc il faut maintenant licencier ceux et celles qui ont essayé d'étouffer cette affaire, ces quelques personnes rompues à la magouille politicienne, prenant de surcroit les citoyens que nous sommes pour de simples gogos !!!!!!

Signaler Répondre

avatar
Philippe du 69 le 24/10/2018 à 22:35

«  ... la Région Auvergne-Rhône-Alpes ont décidé de ne plus financer la structure« .... Cela voudrait il dire que la région (nos politiques régionaux) cherche (nt) à étouffer le dossier?

Signaler Répondre

avatar
Guichard600 le 23/10/2018 à 01:02

Des fonctionnaire qui font bien leur boulot ? Mais ça ne va pas, non ? Allez ! Virez-moi ça tout de suite !

Signaler Répondre

avatar
Boite à outil monnaie le 22/10/2018 à 17:00
Post monétaire a écrit le 22/10/2018 à 16h42

Oui, depuis que le commerce/le fric est roi, il ne faut pas enquêter sur les magouilles, il ne faut pas dépenser de l'argent pour des statistiques de santé, etc.

Ben oui depuis des milliers d'années puisque c'est à cause de "l'outil monnaie" ! o:)

Signaler Répondre

avatar
Post monétaire le 22/10/2018 à 16:42
PM Collector a écrit le 22/10/2018 à 16h28

Et ça dure depuis des milliers d'années en plus ! o:)

Oui, depuis que le commerce/le fric est roi, il ne faut pas enquêter sur les magouilles, il ne faut pas dépenser de l'argent pour des statistiques de santé, etc.

Signaler Répondre

avatar
PM Collector le 22/10/2018 à 16:28
Post monétaire a écrit le 22/10/2018 à 16h04

Le savoir et les connaissances reculent, grâce à l'outil monnaie qui gère notre société...

Une fois de plus.

Et ça dure depuis des milliers d'années en plus ! o:)

Signaler Répondre

avatar
Post monétaire le 22/10/2018 à 16:04

Le savoir et les connaissances reculent, grâce à l'outil monnaie qui gère notre société...

Une fois de plus.

Signaler Répondre

avatar
La Ripoublique En Marche le 22/10/2018 à 10:07

Complétez votre affirmation, svp:
les autres responsables de l'arrêt des subventions sont Santé Publique France, Inserm et Agence de sécurité du médicament.
Donc le ministère de la Santé est directement responsable de la fermeture du REMERA...

Signaler Répondre

avatar
Ml le 21/10/2018 à 10:22
Nostromo a écrit le 19/10/2018 à 18h45

Cet article me semble bien incomplet
Que faut il comprendre ?
Que ces licenciements sont consécutifs à une faute des ces scientifiques qui auraient en gros balancé n'importe quoi à la presse
Ou qu'ils sont sanctionnés pour avoir divulgué une vérité qui dérange ?
On aimerait bien savoir

Effectivement on n'y comprend rien je vais aller chercher les infos ailleurs ....

Signaler Répondre

avatar
Bienvenue en enfer le 19/10/2018 à 19:08

Comme pour les non productifs qui vont les licencier. Ils voulaient créer une nouvelle espèces de feignants.

Signaler Répondre

avatar
Nostromo le 19/10/2018 à 18:45

Cet article me semble bien incomplet
Que faut il comprendre ?
Que ces licenciements sont consécutifs à une faute des ces scientifiques qui auraient en gros balancé n'importe quoi à la presse
Ou qu'ils sont sanctionnés pour avoir divulgué une vérité qui dérange ?
On aimerait bien savoir

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.