Incendie mortel route de Vienne : un millier de personnes pour dire adieu à Clara et Anna

Incendie mortel route de Vienne : un millier de personnes pour dire adieu à Clara et Anna
LyonMag

De la tristesse mêlée à de la colère et de l'impuissance.

Jeudi en fin d'après-midi, les sentiments des participants à la marche blanche pour Clara et Anna étaient exacerbés, à fleur de peau. Il faut dire que l'incendie dans lequel ont péri la jeune femme enceinte et sa fille de 4 ans n'a rien d'un accident, d'un drame inévitable.

Un millier de personnes se sont donc données rendez-vous place Belleville avant de rejoindre le 125 de la route de Vienne, victime d'une explosion puis d'un incendie samedi dernier.

La piste criminelle étant privilégiée par les enquêteurs puisque les propriétaires de la boulangerie du rez-de-chaussée étaient visiblement menacés, les riverains réclament des réponses. Ils souhaitent aussi que la municipalité fasse de ce quartier du 8e arrondissement de Lyon une priorité. Dans le cortège, Gérard Collomb, maire de Lyon, et David Kimelfeld, président de la Métropole, préfèrent rester discrets.

Quelques mois après l'effondrement de deux bâtiments à quelques mètres du lieu de l'incendie, rares sont les habitants qui se sentent en sécurité.

Des centaines de fleurs ont été déposées sur les grilles qui barrent l'axe depuis le sinistre. Clara et Anna sont parties, il faut désormais soutenir Julien, le père, le mari. Il a été pris pour cible sur Internet, de nombreuses personnes lui reprochaient d'avoir "abandonné" sa famille dans les flammes. La réalité est toute autre, il a été projeté par la fenêtre par un souffle de l'incendie, alors qu'il refusait de descendre en laissant ses proches.

10 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
Nmerlet le 04/03/2019 à 20:35

Il faudrait aussi demander au maire du 8e de s’expliquer sur son refus récent de rénover la résidence sociale Adoma située dans le même quartier ... surtout ne pas toucher au trafic de drogue installé dans le quartier, « contenir » les choses comme elles sont et que rien ne bouge ?!! C’est consternant !

Signaler Répondre

avatar
Libre de penser le 18/02/2019 à 10:42

Les faits…
Depuis le début des années 2000, les riverains et associations alertent les autorités locales (Mairie, Police, Préfecture) et nationale (Ministère de l’Intérieur) sur :
- les trafics et consommations de stupéfiants
- les incivilités et les tags
- les violences
- les rodéos
- les vols
- les tapages
- les rapports sexuels en pleine rue.
- Les squats
- La mise en périls des usagers et habitants travaux vitrines cassées…
- Les voitures brûlées

(Archives disponibles).

Le Maire de Lyon, lorsqu’il était Ministre de l’Intérieur, a été lui aussi alerté.

De ces alertes, quels résultats ? 0. La qualité de vie des riverains a-t-elle été améliorée ? Non. Quelques tags ont été effacés… Bien loin d’être suffisant !

Une page facebook a été créée pour témoigner de la descente aux enfers du quartier de la route de Vienne.
Tous les sujets ont été abordés jour après jour. Jusqu’à ce que des dealers menacent les rédacteurs lecteurs de cette page. Elle a donc été retirée fin de 2018.

Aucune amélioration donc et les dealers sont bien là à vendre tous les jours. L’incendie n’a rien changé à leurs habitudes. Ils sont là, « commerces » ouverts. Autre exemple, samedi à quelques centaines de mètres du lieu de ce drame, une bande a choisi de prendre l’avenue Berthelot et les voies du Tram pour un rodéo dans les deux sens en wheeling…

Dans ce contexte, certaines copros , esseulées, agissent avec leurs propres moyens. Elles ont fait installer des vidéosurveillances, fait réparer les portes palières fracassées, poser des grilles aux fenêtres… C’est ça la vie dans un quartier à l’abandon.
Et quid de la mise sous vidéo surveillance des zones aveugles ? Toujours la même réponse : « pas au plan de mandat »… Réponse scandaleuse lorsqu’il y a urgence.

Il semble que ces morts ne servent à rien. A part avoir fait venir dans ces rues le maire de Lyon et le Président de La Métropole… Ont-ils regarder à quoi il ressemble ce quartier ? Est-ce que cela leur convient ? Acceptent-ils comment il est sale, dangereux, abandonné ? Comment ne peuvent-ils pas engager un plan d’urgence sans que celui-ci repose sur une réhabilitation immobilière qui mettra au moins 5 ans pour être concrète…

Signaler Répondre

avatar
n’importe quoi le 16/02/2019 à 16:22

Qu’il s’appelle Rachid ou Durand peu importe j’aurais écrit la même chose !!

Signaler Répondre

avatar
DTC le 16/02/2019 à 00:29

Quartier rongé par le trafic .fermetures et reouvertures de commerces d un autre temps ...retour au miyen âge demandé par les barbus très présents

Signaler Répondre

avatar
Savoir les détecter avec aisance le 15/02/2019 à 21:09
n’importe quoi a écrit le 15/02/2019 à 11h12

Oui bien sûr c’est encore la faute de la police. Il ne faut pas dire n’importe quoi, ils sont sur tous les fronts en ce moment, arrêtez de les accuser de tout ! Au lieu de perdre votre temps à raconter des âneries, un conseil apprenez l’orthographe !!

Vous êtes un raciste. Vous vous moquez de Jean Rachid à cause de ses origines, point barre.

Signaler Répondre

avatar
n’importe quoi le 15/02/2019 à 11:12

Oui bien sûr c’est encore la faute de la police. Il ne faut pas dire n’importe quoi, ils sont sur tous les fronts en ce moment, arrêtez de les accuser de tout ! Au lieu de perdre votre temps à raconter des âneries, un conseil apprenez l’orthographe !!

Signaler Répondre

avatar
Jean Rachid le 15/02/2019 à 10:15

Courage au père de famille et j'espère que la police va faire son travail et retrouver ce coupable ou c'est coupable mais bon en France maintenant il va encore finir à l'asile psychiatrique la police c'est très bien les problèmes qu'il y a dans ce quartier mais il passe sur la route de Vienne sans s'arrêter ils ont aussi une responsabilité dans cette histoire je pense que les boulangers sont partis plusieurs fois se plaint dans commissariat mais rien n'a été fait honte à la police par contre pour

Signaler Répondre

avatar
Yo Yo saute dans la piscine le 15/02/2019 à 09:50

Voilà, maintenant une petite messe et lundi on retourne à ses obligations professionnelles.
On oublit et la routine prends le dessus.

Signaler Répondre

avatar
A qui profite le crime le 15/02/2019 à 09:09

Puisque les boulangers se savaient menacés, et que ça se savait dans le quartier, on doit bien avoir une idée sur l'identité des incendiaires criminels?

Signaler Répondre

avatar
Le gaulois est de retour le 15/02/2019 à 07:51

Criminel normal c est proche de Vénissieux

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.