Explosion mortelle chez Bluestar Silicones : les entreprises condamnées en appel

Explosion mortelle chez Bluestar Silicones : les entreprises condamnées en appel
L'explosion chez Bluestar Silicones - LyonMag

Le 28 juin 2016, un important incendie se déclarait chez Bluestar Silicones, un site Seveso de Saint-Fons.

Une explosion spectaculaire reste dans toutes les mémoires, elle avait coûté la vie à un opérateur logistique sous-traitant âgé de 25 ans.

Cette semaine, la cour d'appel de Lyon jugeait à nouveau les entreprises poursuivies pour homicide involontaire. En première instance, l'entreprise de la victime, GT Logistics, à 100 000 euros d'amende et Elkem Silicones, le nouveau nom de Bluestar, à 50 000 euros d'amende.

La justice leur a à nouveau reproché une série de défauts, qui ont peut-être coûté la vie à la victime.

Un fut contenant un produit très inflammable avait été percé lors d'un transfert. La victime, décédée dans l'incendie, avait alors démarré le protocole de sécurité. Elle chercha un bac de rétention et, à son retour, recula rapidement son chariot élévateur à fourches métalliques. L'appareil créa une étincelle, ce qui provoqua l'incendie puis l'explosion du local. Piégé par les flammes, il aurait essayé d'éteindre le feu à l'aide d'extincteurs, en vain. D'après l'enquête, un chariot spécialement prévu pour ce genre de manoeuvre ne fonctionnait plus depuis des mois.

Les amendes dont ont écopé les entreprises en appel ont été légèrement revues à la baisse : de 80 à 50 000 euros.

3 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
Ok le 29/03/2019 à 17:31

Oui mais il avait femme et 2 enfants, il habitait St Genis Laval

Signaler Répondre

avatar
@Sami le 29/03/2019 à 11:56
Sami69 a écrit le 29/03/2019 à 09h10

70000 euro c l indemnité que reçoit un cycliste renversé avec fractures diverses mais pas mort !!!!!!!!
Cherchez l erreur

Les dommages et intérêts, dont il n'est pas question dans cet article, sont liés au préjudice subit.

Quand on survit, on peut avoir un fort préjudice physique (handicap) ou matériel (perte de travail...).
Quand on meurt, c'est seulement le préjudice moral lié à la perte d'un proches qui est indemnisé. Et en l'absence d'enfant ou de conjoint, ce préjudice peut en effet être d'un montant assez faible.

On ne peut donc pas comparer comme vous le faites les indemnités versées à un survivant avec celles versées aux proches d'un mort.

Signaler Répondre

avatar
Sami69 le 29/03/2019 à 09:10

70000 euro c l indemnité que reçoit un cycliste renversé avec fractures diverses mais pas mort !!!!!!!!
Cherchez l erreur

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.