Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

LyonMag

Le BDE de l’ENS Lyon promet à ses voisins de rester sage pendant la période d’intégration

LyonMag

L’initiative a agréablement surpris les habitants du quartier de l’Ecole normale supérieure dans le 7e arrondissement près de la Halle Tony Garnier.

Le BDE de l’établissement a décidé de jouer les voisins sympas à l'occasion de la rentrée scolaire. "Ce dimanche 1er septembre commence l’intégration de l’ENS de Lyon. Elle durera jusqu’au dimanche 22 septembre. Le but est de rassembler tous les nouveaux élèves de l’école afin de les faire se rencontrer par le biais de rassemblements et de soirées", peut-on lire sur l'une des affiches d'un immeuble voisin de l'école.

 

Jusque-là rien de surprenant mais la suite du message est plus inattendue. "C’est pourquoi nous tenons à vous prévenir que nous ferons en sorte de rester le plus respectueux vis-à-vis de vous et d’éviter les débordements à des heures trop tardives sur nos évènements".

 

Le BDE va même jusqu’à laisser une adresse mail en cas de "désagréments trop forts". Les voisins ne devraient pas donc trop hésiter...



Tags : ENS Lyon | BDE | débordements |

Commentaires 3

Déposé le 05/09/2019 à 21h42  
Par Zig Citer

Un normalien qui vient du peuple a écrit le 05/09/2019 à 15h04

Pas vraiment convaincu. Une école qui recrute sur un concours publique, gratuite pour les boursier, et qui permet à des élèves issu.e.s de milieux modestes:
- d'avoir accès à des études de grande qualité sans discrimination de milieu (même si le recrutement sur concours a ses biais, il reste plus accessible que la plupart des recrutements sur dossiers basés sur l'établissement d'origine);
- d'être payé.e.s pendant leur scolarité (et peuvent donc suivre pleinement leurs études sans avoir à se soucier de problèmes financiers, même si leurs parents ne peuvent pas les couvrir financièrement);
- d'avoir un dispositif permettant aux personnes issues de milieux défavorisés d'avoir une remise à niveau post-bac avant leur entrée en études supérieures (cf classes CPES);
je n'appelle pas vraiment ça une insulte aux valeurs du peuple. Au contraire c'est même un ascenseur social assez exceptionnel.
Petit bonus: beaucoup d'élèves de l'école sont très impliqué.e.s dans le milieu militant, et de nombreuses actions sont faîtes d'une part pour favoriser le transfert de connaissances (cours bénévoles à des lycéens ou des personnes migrantes), et d'autre part sur des questions actuelles comme l'écologie ou le féminisme.

En somme, beaucoup de venin pour pas grand chose.

Merci de rappeler tout cela.

Déposé le 05/09/2019 à 15h04  
Par Un normalien qui vient du peuple Citer

Cri du coeur justifié a écrit le 04/09/2019 à 09h00

ENS : l'élite sans compte à rendre à personne, qui méprise le peuple de toutes origines en France. Rien qu'un vestige fétide de l'Ancien Régime.

Et ce n'est pas un phénomène uniquement hexagonal. Regardez le copinage de fripons au sein de la Ivy League aux Etats-Unis (Harvard University bénéficiait de la largesse d'Epstein, richards hollywoodiens qui jouent le système pour faire entrer leur progéniture, etc.). Enfin la tragicomédie du Brexit est perpétuée par un ramassis de gosses pourris gâtés comme Rees-Mogg et Boris Johnson, diplômés d'Eton.

Conclusion, ces établissements d'élite ne constituent rien de moins qu'une insulte perpétuelle à la démocratie et aux vraies valeurs du peuple !

Pas vraiment convaincu. Une école qui recrute sur un concours publique, gratuite pour les boursier, et qui permet à des élèves issu.e.s de milieux modestes:
- d'avoir accès à des études de grande qualité sans discrimination de milieu (même si le recrutement sur concours a ses biais, il reste plus accessible que la plupart des recrutements sur dossiers basés sur l'établissement d'origine);
- d'être payé.e.s pendant leur scolarité (et peuvent donc suivre pleinement leurs études sans avoir à se soucier de problèmes financiers, même si leurs parents ne peuvent pas les couvrir financièrement);
- d'avoir un dispositif permettant aux personnes issues de milieux défavorisés d'avoir une remise à niveau post-bac avant leur entrée en études supérieures (cf classes CPES);
je n'appelle pas vraiment ça une insulte aux valeurs du peuple. Au contraire c'est même un ascenseur social assez exceptionnel.
Petit bonus: beaucoup d'élèves de l'école sont très impliqué.e.s dans le milieu militant, et de nombreuses actions sont faîtes d'une part pour favoriser le transfert de connaissances (cours bénévoles à des lycéens ou des personnes migrantes), et d'autre part sur des questions actuelles comme l'écologie ou le féminisme.

En somme, beaucoup de venin pour pas grand chose.

Déposé le 04/09/2019 à 09h00  
Par Cri du coeur justifié Citer

ENS : l'élite sans compte à rendre à personne, qui méprise le peuple de toutes origines en France. Rien qu'un vestige fétide de l'Ancien Régime.

Et ce n'est pas un phénomène uniquement hexagonal. Regardez le copinage de fripons au sein de la Ivy League aux Etats-Unis (Harvard University bénéficiait de la largesse d'Epstein, richards hollywoodiens qui jouent le système pour faire entrer leur progéniture, etc.). Enfin la tragicomédie du Brexit est perpétuée par un ramassis de gosses pourris gâtés comme Rees-Mogg et Boris Johnson, diplômés d'Eton.

Conclusion, ces établissements d'élite ne constituent rien de moins qu'une insulte perpétuelle à la démocratie et aux vraies valeurs du peuple !

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.