Cyberattaque de l'hôpital nord-ouest : "Il faudra 15 jours minimum pour revenir à un fonctionnement normal"

Cyberattaque de l'hôpital nord-ouest : "Il faudra 15 jours minimum pour revenir à un fonctionnement normal"

Une semaine après la cyberattaque dont a été victime l'hôpital Nord-Ouest de Villefranche-sur-Saône, Olivier Véran est allé à la rencontre des équipes soignantes, ce lundi midi.

Le ministre de la Santé a tenu "à saluer le sang-froid" des équipes soignantes et des responsables informatiques "qui ont protégé les archives de l'hôpital" : "Je voulais dire mon écœurement que des pirates puissent décider de s'attaquer à un hôpital, de prendre sciemment le risque de mettre des vies en danger. Je salue la réactivité exceptionnelle de tous les corps soignants. Car la vie médicale a pu reprendre son cours, à l'ancienne, avec le recours au papier. Il a fallu beaucoup de détermination et de courage pour que cet hôpital continue de fonctionner", a réagi Olivier Véran, accueilli par quelques manifestants voulant dénoncer les fermetures de lits.

Accompagné de Cédric O, le secrétaire d'État chargé de la Transition numérique, le ministre de la Santé a annoncé le déploiement "très rapidement de 350 millions d'euros pour renforcer la cybersécurité des établissements de santé, pris sur l'enveloppe numérique du Ségur de la santé" : "La cybersécurité, c'est l'affaire de tous. Nous allons vraiment travailler en France pour renforcer nos dispositifs de sécurité", a-t-il indiqué.

Car on dénombre une attaque par semaine en France, "avec des conséquences qui peuvent être dramatiques pour la continuité des soins", a de son côté expliqué Cédric O. "On voit que ça ne concerne pas que les hôpitaux, avec l'attaque du Grand Chalon. Ca nous concerne tous, les hôpitaux, les TPE-PME, les Français de manière individuelle", a précisé le natif de l'Arbresle. Quelques jours après l'annonce par Emmanuel Macron d'une enveloppe d'un milliard d'euros, Cédric O a indiqué "faire en sorte que les 135 plus grands hôpitaux de France puissent augmenter leur système de défense pour éviter que ce genre de problèmes se répète".

A ce jour, la situation à l'hôpital Nord-Ouest est "stabilisée". Le cyber-attaquant a été cantonné, le système d'information est en train d'être reconstruit et chaque réseau est rebranché un à un à un système sain. "Il faudra 15 jours minimum pour revenir à un fonctionnement normal", a prévenu le secrétaire d'Etat. Avant d'insister : "Il y aura d'autres attaques. Il est extrêmement important de prendre conscience que tout le monde est une cible. Nous avons besoin que chacun adopte les bons réflexes, pour éviter ce genre de problèmes, parce qu'une attaque d'hôpital, parfois, ce n'est rien de plus que quelqu'un qui clique sur une pièce-jointe".

F.L.

2 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
Max Planc le 23/02/2021 à 09:46

Cela fait beaucoup de monde déplacé et d'argent dépensé pour entendre des banalités qui ne règleront pas le problème.
Quand j'ai regardé le reportage je me suis dit que les soignants ne devaient pas avoir trop de travail pour attendre et faire des courbettes à ce clown et tout sa clique.
Si chacun avait été à son poste cela aurait montré que l’hôpital avait des services surchargés comme on n'arrête pas de nous le rabâcher au lieu de ça....
Bref un gros foutage de gueule.

Signaler Répondre

avatar
c'est cela oui . le 22/02/2021 à 14:36

ça fait des années qu'on entend dire par tout les gouvernements : " il faut renforcer nos dispositifs de sécurité " , ce sont vraiment tous des guignols !! ... D'ou l'élection surprise du jeune " blanc-bec " Macron , d'ou l'arrivée prochaine en 2022 de la blonde du RN .... Au niveau des français la cocotte minute commence à étre en surchauffe , ça va péter .

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.