Lyon : du sursis pour la vente de plus de 200 000 euros de masques FFP2 périmés

Lyon : du sursis pour la vente de plus de 200 000 euros de masques FFP2 périmés
Illustration - LyonMag

Il a berné la Chine et un hôpital de Lyon.

Pour comprendre l'origine de cette affaire assez insolite, il faut remonter à 2010. Le monde connaissait alors une pandémie de grippe A provoquée par le virus H1N1. Après l'alerte de l'OMS, les états et les collectivités avaient investi en masse pour se constituer des stocks gigantesques de masque chirurgicaux et FFP2.

Ce fut le cas pour la Ville de Lyon qui avait acheté des millions de masques FFP2. Mais une fois l'épisode pandémique passé, ce stock gigantesque ne servait plus à rien et a été entreposé. En 2017, pour faire de la place, la Ville a alors mis en vente près de 900 000 unités qui, selon Le Progrès, étaient périmées depuis 2014.

Un homme âgé d'une trentaine d'années en avait fait l'acquisition aux enchères pour la modique somme de 6000 euros. Comme le hasard fait bien les choses, l'individu pensait pouvoir faire des bénéfices monstrueux début 2020 lorsque le coronavirus a commencé à se répandre partout sur la planète.

Souvenez-vous : à cette époque, les masques étaient extrêmement rares et le monde entier voulait se constituer un stock pour sa population. Ça n'a pas manqué, notre homme a tenté d'en profiter. Toujours selon Le Progrès, il aurait dans un premier temps vendu 700 000 masques à la Chine, à travers une société parisienne, empochant ainsi 200 000 euros.

Il a ensuite écoulé ses masques, en modifiant leur date de péremption, dans le Rhône et dans l'Ain. Un hôpital de Lyon est lui aussi tombé dans le piège avant d'être prévenu par l'Agence Régionale de Santé.

C'est alors que la gendarmerie de Bourg-en-Bresse (Ain) a commencé son enquête. Le quotidien régional indique que les militaires avaient été prévenus par le fabricant français de ces masques. Ce dernier les avait reconnus sur une annonce passée sur le site Leboncoin.

Les brigadiers ont donc décidé de tendre un piège au fraudeur : ils se sont grimés en acheteurs et ont pris rendez-vous avec le vendeur fin février. Sur place, l'individu qui pensait faire un nouveau bénéfice de 90 000 euros a été interpellé. Les gendarmes ont saisi plus de 90 000 masques FFP2.

Poursuivi pour pratique commerciale trompeuse et faux et usage de faux, le prévenu a été jugé au tribunal de Bourg-en-Bresse mardi dernier. Il a été condamné à un an de prison avec sursis et 100 000 euros d'amende.

X

Tags :

masques

17 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
Tatin le 13/12/2021 à 02:29

Masque FFP2 périmés, soyons sérieux, la date de péremption portait uniquement sur l'élastique et aucunement sur la qualité de la filtration (masques sous films plastiques) !
Quand on pense que des fonctionnaires incompétents en ont fait détruire des milliers et qu'au début de la pandémie ont étaient dans l'angoisse de ne plus en avoir.

Signaler Répondre

avatar
don camillo le 11/12/2021 à 18:24

la ville de lyon vend des masques périmés
pas de garde a vu pas d'interpellation
c'est voyou contre voyou

Signaler Répondre

avatar
Bou Dris le 11/12/2021 à 18:03

A ceux qui clament que l'amende aurait dû être plus élevée au vu des 200000 euros de masques vendus à la Chine, l'article ne précise pas si le vendeur a averti à ce moment que les masques étaient périmés. L'article dit qu'après cet vente, notre commerçant a continué d'écouler son stock en France en changeant la date de péremption.
La condamnation est pour pratique commerciale trompeuse, faux et usage de faux. Il est donc possible que cela ne couvre que les masques vendus illégalement en France et que la vente des masques à la Chine était légale (comme la vente de masques périmés par la ville de Lyon)

Signaler Répondre

avatar
Scandaleux69 le 11/12/2021 à 17:08

En regardant la télé j'entend une avocate dire que les magistrats sont mal-vus en ce moment.
Désolé mais avec ce genre de décision scandaleuse, ca aide pas les francais a avoir une bonne image de la justice.
Le fond de ma pensée : en ce moment en France les gens honnêtes, les travailleurs, financent ce pays mais n'arrivent pas a finir le mois. Les classes moyennes et les travailleurs sont pressées comme des citrons

Ce voyou se fait plus de 100.000 euros de bénéfice, pas après impôt, mais après jugement !!!!!!!!!!!
Les évadés fiscaux sont pas inquiétés
De nombreux trafiquants de Venissieux s'achètent des appartement dans le 6ème, sans que personne ne demande d'où vient l'argent
On voit des gosses de 18 ans, des gens qui ne "bossent pas" roulent dans des voitures à 100k
Et ces gens là arrivent à avoir les meilleurs avocats pour se défendre

Je déteste mon pays de plus en plus. Un pays de voyous impunis et de pourris
5 ans de macron et de benalla bis en plus, je pense que la France va pas s'en relever et tant-mieux yen a marre de ce pays

Signaler Répondre

avatar
Ex Précisions le 11/12/2021 à 13:59

Il s'est fait démasqué (...), désolé ;-)

Signaler Répondre

avatar
Une honte de plus le 11/12/2021 à 13:42
Pas glop a écrit le 11/12/2021 à 11h43

Donc si je comprends tout, il empoche 200000 € et est condamné à 100000 € d’amende pour un "investissement" de 6000
C'est rentable

Effectivement c'est hallucinant.
Il vend pour 200.000 euros en Chine + des milliers d'euros en France, mais 100.000 euros d'amende
C'est complètement débile et choquant

Signaler Répondre

avatar
Pigé le 11/12/2021 à 12:22

En effet, trois questions ressortent :
- Qu'est-ce qui fit qu'un masque se périme ?
- Comment une collectivité peut-elle vendre des dispositifs périmés ?
- Comment un escroc peut-il un fois démasqué, s'en tirer avec un énorme bénéfice malgré l'amende ?
-> Et certains continuent de s'interroger sur la montée inexorable de ceux qui veulent mettre un coup d'arrêt à cette dérive de la France...

Signaler Répondre

avatar
levilleur le 11/12/2021 à 12:13

Pour une collectivité locale, mettre en vente des marques périmés est très singulier et pas très éthique...rappelons nous que le maire de l époque est G. Collomb ex ministre de l'intérieur de la macronie.

Et 100 000 euros d amende au regard de ce que cela lui a rapporté, ça laisse une belle marge à cet escroc ce qui est incroyable

Signaler Répondre

avatar
potdeterrepotdefer le 11/12/2021 à 11:49

La VILLE DE LYON MET EN VENTE
900000 MASQUES PÉRIMÉS ???? CHERCHER ...L'ERREUR

Signaler Répondre

avatar
Cyrano le 11/12/2021 à 11:47
Tecr a écrit le 11/12/2021 à 11h24

Tu l’ouvres beaucoup,mais tu réfléchis peu!!

Je n'ai pas l'impression que VOUS réfléchissiez plus.
Il y a quand même fraude et surtout faux et usage de faux tout ça puni par du sursis. Quant à l'amende, avec ce qu'il a vendu, il semble qu'il lui reste encore de l'argent.

Signaler Répondre

avatar
potdeterrepotdefer le 11/12/2021 à 11:46

Quelle mascarade ???

Signaler Répondre

avatar
Pas glop le 11/12/2021 à 11:43

Donc si je comprends tout, il empoche 200000 € et est condamné à 100000 € d’amende pour un "investissement" de 6000
C'est rentable

Signaler Répondre

avatar
pravda le 11/12/2021 à 11:38

il faudra m'expliquer un jour comment un masque peut se périmer ? à part l'elastique

Signaler Répondre

avatar
Tecr le 11/12/2021 à 11:24
1 prout ,sinon rien ! a écrit le 11/12/2021 à 10h31

Donc ,si j'ai bien compris ,on a le droit d'escroquer en France ,et bénéficier du sursis ! Belle justice .Je vais vite m'y mettre

Tu l’ouvres beaucoup,mais tu réfléchis peu!!

Signaler Répondre

avatar
Nowak le 11/12/2021 à 11:15

C'est aussi une question que je me suis posée... Ou alors la ville a-t-elle fait signer à l'acheteur une attestation déclarant qu'il en ferait des confettis ? Ou tout au moins un usage strictement non médical : bals masqués, hold-ups...

Signaler Répondre

avatar
phil 60 le 11/12/2021 à 11:03

et pour la ville de Lyon qui a vendu les masques en 2017 ( ils etaient perimés en 2014 ) quelle condanation ???

Signaler Répondre

avatar
1 prout ,sinon rien ! le 11/12/2021 à 10:31

Donc ,si j'ai bien compris ,on a le droit d'escroquer en France ,et bénéficier du sursis ! Belle justice .Je vais vite m'y mettre

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.