Ces grands procès qui rythmeront 2022 à Lyon et sa région

Ces grands procès qui rythmeront 2022 à Lyon et sa région
La petite Maëlys - DR

A Lyon et dans la région, plusieurs procès risquent de faire parler d’eux. Après deux dernières années tronquées par la crise sanitaire, les enquêtes et les procédures judiciaires s’accélèrent. Tour d’horizon.

Mort de la petite Maëlys

L’affaire a marqué toute la région et même toute la France. C’est en 2022 que Nordahl Lelandais sera jugé aux assises de l’Isère pour le meurtre de la petite Maëlys de Araujo. A Grenoble, le tueur en série présumé devra répondre des faits de meurtre précédé d’enlèvement et de séquestration, quatre ans après la disparition de la fillette de 8 ans lors d’un mariage à Pont-de-Beauvoisin.

Si Nordahl Lelandais a déjà été sous le feu des projecteurs en mai dernier après sa condamnation à 20 ans de réclusion criminelle pour le meurtre du caporal Arthur Noyer, nul doute que l’affaire Maëlys va davantage mobiliser les médias nationaux durant toute la durée du procès, du 31 janvier au 11 février.

Actuellement incarcéré à la prison de Saint-Quentin-Fallavier avec un passage au Vinatier, Nordahl Lelandais sera jugé pour le meurtre précédé du crime d'enlèvement et de séquestration d'un mineur de 15 ans. Le viol n’a pas pu être retenu, faute de charges suffisantes. L’accusé aurait pourtant confié à l’un de ses co-détenus avoir violé digitalement l’enfant dans sa voiture.

Adepte du mensonge, Nordahl Lelandais va devoir s’expliquer sur de nombreuses zones d’ombre. Face aux parents de Maëlys, le vernis craquera peut-être, comme il avait craqué en permettant aux autorités de retrouver les restes du corps de la victime après des mois de silence et de fausses pistes.

Bain de sang à la Croix-Rousse

Il est probable que l’ambiance soit lourde du 11 au 15 avril 2022 à la cour d’assises des mineurs de Lyon.
Ce sont les dates retenues pour accueillir le procès du terrible meurtre de la Croix-Rousse, qui avait mis aux prises de jeunes Algériens, tous migrants sans-papiers originaires de la ville de Mostaganem, dans un appartement au 34 de la rue Jean-Baptiste Say transformé en théâtre de l’horreur.

C’était le 3 mars 2019. Une vidéo rapidement relayée sur les réseaux sociaux montrait Ahmed Kourak être roué de coups et insulté par plusieurs individus. Le sang sur le sol provenait de ses nombreuses blessures, notamment réalisées à l’aide d’une arme blanche. On voyait à un moment le visage de la victime être sectionné par un couteau. L’homme âgé de 28 ans était décédé, après avoir été lardé à 74 reprises. Un ami, également retenu sur place, avait lui réussi à s’échapper.

Le hasard fit que plusieurs mois après les faits, alors qu’il se trouvait à la Guillotière, il avait reconnu l’individu qui filmait dans l’appartement et l’avait maîtrisé avant de le livrer à la police.
Les auteurs présumés du meurtre eux avaient déjà été arrêtés en Espagne après avoir fraudé dans le métro de Valence.

C’est parce qu’ils étaient âgés de 16 et 17 ans au moment des faits qu’ils seront jugés par une cour d’assises des mineurs. Ils devront tenter d’expliquer leur geste ignoble, qu’ils avaient déjà justifié face aux enquêteurs par une banale mais floue histoire de téléphone portable emprunté ou volé.

Celui qui avait filmé, âgé de 15 ans à l’époque, comparaîtra lui devant le tribunal pour enfants statuant en matière criminelle.

Le casse du siècle

Programmé fin novembre, ce procès de six hommes a été reporté au mois de juin 2022. L’un des accusés avait été testé positif au Covid-19, repoussant ainsi l’échéance judiciaire.

Le 7 juin prochain, ces six complices présumés, tous originaires de la région lyonnaise seront jugés aux assises du Rhône pour avoir commis un spectaculaire braquage en Suisse, entre Lausanne et Genève, en mai 2017. Les malfaiteurs présumés s’étaient attaqués à un fourgon blindé de la Loomis qui contenait un butin d’une valeur de 40 millions de francs suisses (un peu plus de 38 millions d’euros ndlr) en billets de différentes devises, lingots d’or et pierres précieuses. Leur méthode osée s'était révélée payante : ils étaient repartis au volant du fourgon jusqu'à passer la frontière et faire le transfert du chargement dans l'Ain.

Placés sous surveillance par la BRI, les braqueurs avaient été interpellés quelques heures apr ès l'attaque du fourgon dans une villa louée sur les hauteurs d’Annecy. La perquisition avait également permis de saisir l’ensemble des objets qui ont été utiles au commando, à savoir trois fusils d’assaut, plusieurs armes de poing, un brassard de policier, un gyrophare ou encore la pâte qui avait été utilisée lors du braquage pour faire croire aux convoyeurs qu’il s’agissait d’explosifs.

Un procès Axelle Dorier en fin d’année ?

L’été dernier, les avocats des deux camps devaient rendre leurs conclusions. Depuis, on attend toujours de savoir quand ceux qui ont ôté la vie à Axelle Dorier dans la nuit du 18 au 19 juillet 2020 seront jugés aux assises du Rhône. Selon nos informations, c’est bien au palais des 24 colonnes que le conducteur de la voiture et son passager devraient s’expliquer devant les juges et un jury populaire. Avec le chef d'accusation de violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner qui serait retenu, mais qui fait l'objet d'un appel de la défense.

Pour rappel, Axelle Dorier avait été percutée puis traînée sur 800 mètres par la voiture conduite par deux amis dans le 5e arrondissement de Lyon. Énormément de zones d’ombre subsistent dans cette affaire, ce qui n’avait pas empêché une récupération politique importante. Les deux suspects clament avoir craint pour leur vie lorsque les amis d’Axelle ont commencé à malmener leur véhicule après avoir écrasé un chien. D’où le départ en trombe fatal pour la jeune femme de 22 ans. Cette accusation de lynchage est-elle vraie ? On n’a finalement jamais entendu la version du groupe qui passait sa soirée avec Axelle.

Autant dire que le procès, peut-être organisé d’ici la fin de l’année 2022, risque d’être déchirant pour tous ses acteurs.

X
3 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
--***FORZA EELV---** le 03/01/2022 à 14:29

2021 a connu le juste procès du cordon bleu et du foie gras.
2022 se devra de connaitre le procès de la terrine de chevreuil et de la volaille de Bresse !

Signaler Répondre

avatar
Jus le 03/01/2022 à 14:27
Bonne mémoire a écrit le 02/01/2022 à 18h15

Justice pour Axelle.

Justice pour Ahmed..justice pour Maëlys

Signaler Répondre

avatar
Bonne mémoire le 02/01/2022 à 18:15

Justice pour Axelle.

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.