Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

Julien Benneteau : «Mon jeu est en place»

Julien Benneteau, qui a sorti hier le Sud Africain Anderson (7/5 - 6/2), revient pour Lyon Mag sur sa performance d’hier, mais aussi sur l’affaire Agassi, qui agite le tennis mondial. Une interview sans langue de bois du Bressan, qui confie également une passion intacte pour le GPTL.

Lyon Mag : Julien, quel est votre sentiment à la découverte de cette affaire Agassi ?
Julien Benneteau : Je viens de prendre connaissance des détails de ses propos. Je trouve cela dommage qu’il le confesse maintenant. C’est trop facile après coup. Peut être qu’àla retraite, Agassi s’est mis à culpabiliser. Mais s’il culpabilise, c’est qu’il a triché. Personne n’avait eu vent de ce contrôle avant que lui ne le révèle dans son livre. Pour moi, il devait vivre avec ce secret et ne pas le rendre public. Agassi, c’est quand même un palmarès hors norme, il avait tout gagné dans le tennis, les Grands Chelems, la Coupe Davis, la médaille d’or olympique, le Masters. Cela va ternir son image, c’est mauvais pour les plus jeunes qui jouent au tennis. Je pense que c’est pour ça qu’il n’aurait pas du le dire. Les enfants qui se disent : «Je veux être Agassi un jour», c’est triste pour eux. Peut être, qu’à l’époque, une telle affaire aurait mis en péril le tennis mondial. Que les mecs se chargent et trichent, c’est leur choix, et à la limite, il faut du courage pour prendre ce risque. Mais une fois qu’ils sont piqués et qu’ils se font prendre, cette faculté à cette époque là d’étouffer les affaires, c’est horrible. Parce que là, une seule affaire sort. Mais on peut se poser la question. Combien ne sont pas sorties, combien y en a-t’il réellement ? C’est dur à avaler. Pour moi, les vrais fautifs sont les dirigeants de l’ATP de l’époque qui ont étouffé l’affaire. C’est scandaleux. J’espère qu’aujourd’hui, même si j’en suis sur, nous ne serons pas confrontés à ce type d’affaires. D’ailleurs, pourquoi ne pas mettre en place des sanctions rétroactives comme dans le cyclisme ?

Un mot sur votre match ?
J’ai retourné comme Agassi aujourd’hui, c’était monstrueux (rires). Je n’ai pas joué un grand retourneur, ni un grand joueur de fond de court. J’ai bénéficié de ça pour avoir de bonnes statistiques. Après, il ne faut pas s’arrêter à ça, mais il faut retenir que mon service est en place et j’espère que je vais le garder jusqu’au bout.

En quart, Gilles Simon pourrait tomber contre vous. Une finale avant l’heure ?
Je ne pense pas. Ca serait un gros match. Gilles depuis deux ans fait partie de l’élite mondiale, c’est un très bon joueur. Je vais attendre, ne pas me focaliser la dessus. Je vais penser à moi, à bien récupérer, à être bon demain en double. On verra vendredi.

Que pensez vous de vos compatriotes comme Richard Gasquet et Gaël Monfils qui choisissent de s’aligner dans d’autres tournois ?
Chacun fait ses choix personnels, gère sa carrière comme il en a envie. Le choix de Richard et le choix de Gaël ne sont pas liés. Chaque cas est différent. D’un côté, c’est tant mieux pour nous, le tournoi est déjà assez relevé comme ça. Maintenant, je pense que Gilles Moretton est content aussi, il y a de bons joueurs français dans son tableau, comme Jo et Gilles. Donc ça ne pénalise pas trop le tournoi.

Le nombre élevé de Français au GPTL ne dessert-il pas le tournoi au niveau international ?

Je ne pense pas. Le tournoi aura plus de retombées si c’est un Français qui gagne dimanche plutôt qu’un étranger un peu moins connu. Après, oui, le public était habitué à  voir de très grands noms étrangers. Certes, l’année dernière il y avait Roddick, et il n'est pas là cette année. Mais pour un tournoi de cette catégorie, en terme de points, et placé comme il est placé dans la saison, il a quand même un très beau plateau avec deux joueurs dans les douze premiers mondiaux. Il a cinq anciens vainqueurs dans le tableau dont Ljubicic. Quand on voit les autres tableaux des autres tournois de la même semaine, le GPTL n’a rien à envier aux autres.

Comment jugez vous l’ambiance cette année par rapport au public, par rapport au «village» ?
C’est un «village» magnifique, un des plus beau du circuit ATP. Pour un tournoi 250, il n’y a pas photo, c’est le plus beau "village" qui existe sur le circuit ATP. L’ambiance est excellente en tribunes. il y a du monde, de l’engouement. Mercredi c’était la journée des enfants, mardi soir c’était plein, ce qui est rare, même sur un Masters 1000. Je pense que ce sera la même chose pour la fin du WE. C’est ce qui fait la réussite du GPTL.



Tags : GPTL | benneteau |

Commentaires 1

Déposé le 11/02/2010 à 20h19  
Par Vanille et café Citer

Agassi se vante souvent ne pas l'écouter

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.