Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

Fialaire : «Si j’avais pensé devoir ébranler la majorité départementale, j’y serais allé»

Le radical Bernard Fialaire votera jeudi pour réélire Michel Mercier à la tête de l’assemblée départementale. Un ralliement réfléchi, malgré les sirènes de la gauche, qui promettaient de le faire roi à la place de l’élu de Thizy dans une majorité élargie, du centre à l’extrême-gauche en passant par les écologistes. Mais l'élu du canton de Belleville en a décidé autrement, conforté par les garanties apportées par le président sortant sur le programme de mandature. Interview. 

Lyon Mag : Comment la gauche vous a-t-elle approchée à l’issue des Cantonales ?
Bernard Fialaire :
A l’issue de l’annonce des résultats, nous avons eu une proposition de Gérard Collomb et de Louis Pelaez, le président du Rhône des radicaux de gauche. Cette proposition était très claire : si j’étais candidat à la présidence du Conseil général, ils votaient pour moi avec l’ensemble de la gauche. Cela n’a pas été fait de façon malsaine ou tordue. Nous nous connaissons depuis longtemps et nous nous estimons. Le Conseil général vote à 90%, parfois à l’unanimité, toutes ses délibérations excepté le budget. Ils ont aussi apprécié la façon dont nous nous sommes clairement déterminés entre les deux tours vis à vis du Front National. Ils étaient prêts à me rejoindre sur une majorité ouverte, ce qu’ils ne pouvaient pas faire avec Michel Mercier, ministre de Sarkozy.

Pourquoi Gérard Collomb s’est immiscé dans la négociation ? Des conseillers généraux socialistes auraient pu le faire...
Louis Pelaez a toujours été avec nous dans les négociations. Mais il n’y a pas que Gérard Collomb. Beaucoup de socialistes m’en ont parlés. Dans une assemblée, nous ne sommes pas forcément des ennemis. Le parti Radical, c’est la frontière avec la gauche. Nous ne sommes pas la droite de la majorité départementale. Et Gérard Collomb est le patron de la gauche lyonnaise. Voyez les résultats des candidats de gauche à l’extérieur de l’agglomération lyonnaise pour juger de son poids à Lyon. Mais, je le répète, cela n’a pas été du démarchage sordide.

Pourquoi ne pas avoir tenté le coup ?

Ce n’est pas forcément désagréable de se voir proposer cette responsabilité. Mais il faut voir ce qu’elle engendre derrière. Si nous partageons certaines valeurs avec la gauche, nous n’avons pas les mêmes idées sur tout. J’ai prévenu immédiatement Jean-Louis Borloo. Ma décision dépassait celle du conseiller général du canton de Belleville. Je suis vice-président national du parti radical Valoisien, Michel Mercier est ministre de Sarkozy. Ce n’est pas qu’un épiphénomène qui touche uniquement le Rhône. Cela pouvait avoir d’autres conséquences. Dès lundi, nous avons été invités par Michel Mercier pour une réunion de la majorité départementale. Il fallait savoir s’il était candidat, sachant que je pouvais également l’être. Il nous a annoncé sa candidature, et nous assuré qu’il mènerait une majorité départementale dans la même lignée que la précédente : sociale, ouverte, généreuse et solidaire.

Les deux vices-présidences conservées

Pourquoi, avec ces garanties obtenues dès lundi, être tout de même allé voir Jean-Louis Borloo mardi ?

Ce rendez-vous était prévu de longue date. D'autant que Michel Mercier, Gérard Collomb et Jean-Michel Baylet (président du parti Radical de gauche) l’ont contacté. Mais il leur a fait savoir que le parti Radical Valoisien avait un patron dans la fédération du Rhône. La décision m’est donc revenue même si j’ai pris son conseil. Il m’a clairement dit : « Réfléchis et fais ce qui te rendra le plus heureux. » Si j’avais pensé devoir ébranler la majorité départementale, j’y serai allé. Dans les deux cas de figure, j’avais le soutien de Jean-Louis Borloo.

Suivre Michel Mercier vous rendra « heureux » ?
Ce n’est pas d’avoir un titre de président, si prestigieux soit-il, qui me rendra heureux, si c’est pour être dans une configuration de politique politicienne avec une majorité extrêmement volatile et complexe. Si nous sommes dans une majorité départementale en confiance, loyale, ce que propose Michel Mercier me plait. Cela vaut pour moi et pour Daniel Pomeret également.

Vous conserverez vos deux vices-présidences ?

Oui.

« Il n’est pas question que Jean-Jacques David dicte l’orientation du Département »

Avez-vous obtenu des garanties sur la non-participation à l’exécutif départemental du Lyon Divers Droite Jean-Jacques David ?
Jean-Jacques David est un milloniste, qui a obtenu le concours des voix du Front National pour battre au 2nd tour des Cantonales Dominique Perben. Il est légitime et a été élu. En revanche, il n’est pas question que ce soit lui qui dicte l’orientation du Département. Michel Mercier nous a confirmé qu’il n’occuperait pas de place à l’exécutif départemental. Le contraire remettrait tout en cause.

Votre ralliement marque-t-il une forme d’allégeance des Radicaux Valoisiens à un ministre de Sarkozy ?

Que je sache, Michel Mercier n’est pas UMP. Ce n’est pas un ralliement à l’UMP. Michel Mercier est centriste. Nous avons des UMP, de radicaux et des centristes dans la majorité départementale. Mais l’orientation de l’UMP actuellement ne convient pas aux radicaux.

Vous auriez pu faire tomber le Garde des Sceaux de Nicolas Sarkozy...

Lors du précédent scrutin des Cantonales, nous étions dans la même configuration. La gauche nous avait approché da la même façon. Et nous n’avons jamais brandi cette menace. Quand on part avec une équipe, on a sait où l’on s’engage. Et nous n’avons jamais eu à le regretter au niveau départemental.



Tags : fialaire |

Commentaires 11

Déposé le 01/04/2011 à 08h13  
Par alain Citer

Fialaire dit l'ébranleur

Déposé le 31/03/2011 à 18h52  
Par La buse Citer

Maintenant, nous verrons si les crédits demandés par Collomb pour les aménagements d'OL LAND à Décines seront votés par le Département (contournement de meyzieu)....

Déposé le 31/03/2011 à 16h11  
Par GIBERT Philippe Citer

Mr Fialaire a respecté ses électeurs qui ont voté pour une majorité du centre et de la droite. Mr Collomb a tenté de l'acheter sans aucun respect pour le choix des électeurs.C'est une grave erreur que de revenir à des arrangements de type "4ème république". Merci pour votre choix qui vous honore Mr Fialaire!

Déposé le 31/03/2011 à 12h46  
Par Thomas Citer

Bernard Fialaire a le mérite d'être fidèle à ses convictions: - Homme politique du centre droit il aurait été difficile pour lui de diriger une majorité allant du centre gauche au PCF. Le prestige de la fonction ne l'a pas ébloui... - Sur le FOND il a obtenu des garanties en cohérence avec ses convictions: Une politique départementale sociale et généreuse. L'absence d'élu complaisant avec le FN dans l'exécutif. Tout cela est très cohérent et fidèle aux convictions radicales.

Déposé le 31/03/2011 à 12h12  
Par le lecteur fou de lyon mag Citer

tu t"es fais bai... par mercier depuis très longtemps mercier se fait les radicaux.1995 2001 et j'en passe bravo mercier tu as la classe.

Déposé le 31/03/2011 à 11h56  
Par RAD Citer

C'est vrai alice mais ela devient tellement rare de nos jours... Combien aurait refusé à sa place?

Déposé le 31/03/2011 à 11h51  
Par alice Citer

Ce monsieur n'a fait que respecter ses électeurs: il était le candidat de la majorité sortante, droite et centre et a été élu en tant que tel. Encore heureux qu'il n'ait pas fait l'inverse le lendemain!ceux qui ont voté pour lui n'ont pas voté socialiste ni écolo, ni front de gauche... pas de quoi le parer de toutes les vertus pour ça!

Déposé le 31/03/2011 à 11h37  
Par La modération Citer

erde: sur les impôts c'est une blague j'imagine...ils ont explosé.

Déposé le 31/03/2011 à 11h23  
Par jerome manin Citer

Des effets de manche en mode retenez-moi ou je fais un malheur... Bernard tu n'es qu'un "Julot casse-croûte".

Déposé le 31/03/2011 à 10h46  
Par RAD Citer

Il aurait été simple d'aller à la soupe, il aurait été simple de deveir président.... Fialaire est fidèle à ses convictions et défend ses valeurs. Comme quoi la politique peut être noble.

Déposé le 31/03/2011 à 10h06  
Par ERDE Citer

En Calade on se tope dans la main et tout est dit. Pas de guerre en Thizy et Belleville. Fialaire réagit en fin politique. Le propos est clair et net. Les manoeuvres collombiennes ne marchent pas toujours. Heureusement ! Et nos impôts départementaux resteront corrects, sans démagogie de gauche. Ouf merci Fialaire...

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.