Le torchon brûle entre la Ville de Lyon et les cyclistes

Le torchon brûle entre la Ville de Lyon et les cyclistes

Depuis l’annonce par la municipalité  de la création prochaine de 600 places de vélos de stationnement sécurisées et payantes dans les parkings de Lyon Parc Auto, l’association La Ville à Vélo fait front.

Pourtant favorables à la mise en place d’un mode de stationnement payant pour les deux roues non-motorisés, l’association se bat contre la suppression de 400 places de stationnement gratuites pour les vélos dans les parkings LPA. Dans une missive envoyée le 7 mars au 1er adjoint à la Ville Jean-Louis Touraine - également président de LPA - le président de La Ville à Vélo Nicolas Igersheim a expressément demandé - « de conserver l'intégralité des places actuellement disponibles dans les parcs LPA et la gratuité de celles-ci. » Lyon Parc Auto, sur son site internet, assure également que la stationnement des vélos à titre gracieux dans ses parcs « est un vecteur de progrès au service des Lyonnais. » « Ce dont nous sommes également persuadés », embraye le collectif de cyclistes.

Touraine a répondu dans une missive datée 5 avril. Il expose que cette mise à disposition d’un espace gratuit pour les deux roues « a été détourné de son objet. » « Ces espaces ont été utilisés massivement par des vélos ventouses, des vélos épaves, des vélos abandonnés par leur propriétaires », précise le président de LPA dans son courrier de réponse. Ainsi, dans le parking souterrain des Terreaux, 94 places destinées aux vélos ont d’ores et déjà disparu. « Notre réalisation au parc des Terreaux constitue pour nous un prototype, précise-t-il, qui nous permettra d’évaluer le système envisagé, nous donnant la possibilité de le modifier en fonction des résultats des évaluations qui seront menées. »

La réponse de Nicolas Igersheim ne s’est pas faite attendre. Elle est intervenue, toujours par courrier, le 5 mai. « Vous dites que ce service a été détourné de son objet par des vélos épaves, reprend le collectif, mais Lyon Parc Auto s'est toujours donné les moyens de débarrasser les vélos épave, comme d'ailleurs il ne s'est pas privé d'évacuer les dizaines de vélos régulièrement garés pour faire de la place aux espaces sécurisés. » Les raisons de sécurité, de coût d’installation incombant aux automobilistes, et de la mise en place d’un service similaire dans toutes les grandes agglomérations favorisant l’utilisation du vélo évoquées par Touraine pour justifier le projet ne convainquent pas plus l’association. « Pour toutes ces raisons, La Ville à Vélo vous demande de rétablir le principe du stationnement gratuit des vélos chez Lyon Parc Auto », termine Igersheim dans sa missive.

4 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
MLBRLyon le 07/05/2011 à 18:52

Et pourtant, c'est le cas!

Signaler Répondre

avatar
yves le 07/05/2011 à 01:30

quel manque de sens politique , cette réponse de petit fonctionnaire !

Signaler Répondre

avatar
Solange le 06/05/2011 à 20:59

@constator: personne n'a dit que tourraine était responsable des déplacements en modes doux

Signaler Répondre

avatar
Constator le 06/05/2011 à 18:58

Comment peut-on être Président de Lyon Parc Auto et responsable des déplacements en modes doux ?

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.