Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

Françis Choukroun, le directeur de la PJ de Lyon, Christian Lothion, le directeur central de la PJ et Claude Guéant, le ministre de l'Intérieur - Photo Lyonmag.com

Claude Guéant à Lyon: “Le meilleur antidote, c’est l’action !”

Françis Choukroun, le directeur de la PJ de Lyon, Christian Lothion, le directeur central de la PJ et Claude Guéant, le ministre de l'Intérieur - Photo Lyonmag.com

En déplacement lundi matin pour l’intronisation de la nouvelle direction de la PJ de Lyon, le ministre de l’Intérieur a annoncé de nouvelles mesures pour protéger les policiers.

La voix posée, presque faible, le ton calme, Claude Guéant a tenu à rassurer et à soutenir les enquêteurs de la PJ de Lyon. Ces derniers remplissaient l’amphithéâtre de l’Hôtel de Police de Montluc,  encore meurtris par l’explosion de l’affaire Neyret, il y a bientôt deux mois. "Une épreuve, un traumatisme" pour le ministre de l’Intérieur. Mais après une réunion de mise au point de plus d’une heure, avec le nouveau directeur du service, Francis Choukroun, et Nathalie Tallevast, son adjointe et remplaçante de Michel Neyret, un seul mot revenait dans la bouche de Claude Guéant : "déontologie". Quatre mesures ont donc été présentées par le ministre, dont une meilleure formation initiale et continue des enquêteurs ainsi qu’une rénovation du code de déontologie avec une meilleure prise en compte du service. Mais les deux mesures importantes résident dans la création "d’une équipe d’appui à la pratique déontologique" pour que les fonctionnaires de police puissent "se retourner vers une équipe d’experts qui peuvent répondre à leur préoccupation" en cas de problèmes avec un informateur. Une équipe sera créée au sein de l’IGPN, "la police des polices", qui devrait également publier "un code du traitement des sources", sous la forme d’un livret interne. L’intérêt, pour le ministre, c’est "celui de protéger les fonctionnaires de police pour qu’ils ne soient pas seuls face à une situation difficile à apprécier." "Le meilleur antidote, c’est l’action", conclut le ministre.

Des réponses d'alerte et de sécurité pour les buralistes

Actualité oblige, Claude Guéant est revenu devant les journalistes sur les nombreux attaques à mains armées de ces dernières heures (un buraliste à Bron vendredi, une bijouterie samedi à Cannes et un policier blessé dans une fusillade lundi à Vitrolles). "Les voyous sont très souvent équipés d’armes lourdes et parfois dangereuses", constate le ministre de l’Intérieur. "Mais une loi est en cours de cheminement et je la défendrais bientôt devant l’Assemblée Nationale pour réglementer le commerce et la possession d’armes", continue Claude Guéant, "car un certain nombre de trafic sont entretenus par des contingences politiques d’un certain nombre de pays." L’homme d’Etat a par ailleurs confirmé qu’il rencontrerait dans les prochains jours les responsables de la profession des buralistes, pour parler des moyens d’actions pour "alerter et sécuriser leurs commerces."



Tags : police judiciaire | claude guéant |

Commentaires 0

Pas de commentaire pour le moment.

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.