François Turcas : "Que Nicolas Sarkozy nous fasse confiance"

François Turcas : "Que Nicolas Sarkozy nous fasse confiance"
François Turcas - LyonMag/JazzRadio

Le président de la CGPME du Rhône était l’invité mercredi de Jazz Radio pour l’émission Ça Jazz à Lyon, proposée en partenariat avec LyonMag.com

C’est aujourd’hui que Nicolas Sarkozy réunit syndicats et patronat à l’Elysée pour son sommet social dédié à l’emploi et la compétitivité. Un exercice très attendu, entre espoir des patrons et circonspection des syndicats. Dans le Rhône, si les attentes sont fortes, le tissu entrepreneurial a appris à se passer de l’intercession de l’Etat. "En ce qui concerne Rhône-Alpes, on peut aujourd’hui négocier au plus haut niveau avec les banques régionales", explique Turcas. Une situation plutôt saine, malgré la frilosité de certaines entreprises qui craignent désormais d’investir. "Il y a un manque de confiance inter-entreprises, confesse-t-il. Un récent sondage montre que sur mille entreprises, 25% d’entre elles assurent qu’elles ne feront pas d’investissement avant 2013. Pour l’industrie, c’est terrible." Pourtant, Turcas l’assure, "sur de bons dossiers, les banques suivent."
Est-ce alors le capitaine du navire qui inhibe l’esprit d’initiative de ses matelots ? "Il y a eu trois époques Sarkozy, explique Turcas. Il y a eu le Sarkozy bling-bling, il y eu le Sarkozy paternaliste et aujourd’hui c’est le Sarkozy sauveur. Mais les grandes décisions sur le Grand Emprunt, sur la TVA sociale, ce sont des choses positives. La réforme de la taxe professionnelle a ramené de l’argent dans les entreprises. On ne peut pas dire que ce mandat a été un mauvais mandat. Pas du tout", balaie-t-il.
Le sommet social, dédié initialement à l’emploi et qui grignote du terrain sur la question de la compétitivité, devrait rassurer les entrepreneurs. Et pour Turcas, la TVA sociale est une bonne chose. "On ne peut que se réjouir de la TVA sociale. Sur les 25% d’importations que nous faisons, cela va permettre un peu plus de régulation." Certes, mais les travailleurs, solidaires de la protection sociale, en seront-ils bénéficiaires ? "Nous comptons aussi en faire profiter les salariés, les collaborateurs pour leur donner un maximum de pouvoir d’achat", affirme Turcas, qui pense "que ce dialogue (entre Sarkozy et les syndicats) permettra une avancée vraiment importante dans le domaine social."
Le temps du politique semble toutefois bien long au regard de celui de l’économie. "Il y a beaucoup de projets dont on parle depuis longtemps, s’amuse-t-il. Cela fait depuis 20 ans que je suis à la tête de la CGPME du Rhône et je vois arriver petit à petit des choses que nous réclamons depuis un certain temps." Et de réclamer en qualité de président de la CGPME du Rhône : "Que Nicolas Sarkozy nous fasse confiance."

L’interview complète à retrouver en podcast audio sur LyonMag.

Tags :

turcas

6 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
toutou chic le 19/01/2012 à 11:38

Il est pas beau le toutou ?

Signaler Répondre

avatar
artisan le 18/01/2012 à 14:48

TURCASting le 19 à Sarkoland

Signaler Répondre

avatar
jm le 18/01/2012 à 14:31

@Rongeur. MDR

Signaler Répondre

avatar
rongeur le 18/01/2012 à 14:21

avatar
cqfd le 18/01/2012 à 10:41
emilelyon a écrit le 18/01/2012 à 10h00

Comment le patron des PME peut-il être proche du président des grands groupes ?

Poser la question c' est y répondre....

Signaler Répondre

avatar
emilelyon le 18/01/2012 à 10:00

Comment le patron des PME peut-il être proche du président des grands groupes ?

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.