Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

L'affiche de

Théâtre : une pièce lyonnaise singe la campagne présidentielle

L'affiche de

La comédie Je vous veux du bien, de Christophe Pantaleo, met en scène un candidat à la présidentielle et son conseiller en communication.

Le théâtre a cette aisance et cette capacité à dénoncer et tourner en ridicule les puissants, en mettant le doigt sur certains comportements, au moment où la campagne, la vraie, entre dans son rythme de croisière, parfois digne de celle du Costa Concordia et souvent si prévisible qu’elle en devient cocasse.  L’histoire de Je vous veux du bien commence avec Jérôme Derevko, le maire d’une petite commune en campagne pour être élu une troisième fois. Il est rejoint par Dominique de Saint-André, un conseiller en communication qui veut faire de lui le prochain président de la République, rien de moins. Pour ce faire, le communiquant va devoir revoir intégralement la stratégie de son poulain : "Vous n’êtes rien. Vous n’êtes personne. Vous êtes le maire d’un village de merde, avec une flopée de Oui‐oui pour électeurs qui vous engraissent avec leurs fromages pourri. Vous n’intéressez personne. (…) Je vais faire de vous un homme à la stature nationale."  Et il n’y va pas par quatre chemins : "Les électeurs s’en foutent de savoir si vous allez sauver la France, l’euro ou le miel de votre région. Ce qu’ils veulent, ces cons, c’est que vous en ayez l’air et ça, ça leurs suffit."
On retrouve dans cette pièce une accroche directe avec la réalité, la plupart des candidats à la présidentielle sont raillés, tout comme les jeux d’alliance entre les partis et les méthodes parfois filoutes pour conquérir un électorat, ou en subtiliser aux adversaires, qu’ils soient du camp adverse ou du même bord. Le personnage principal, de gauche, doit donc se battre avec les socialistes : "Hollande… S’il gagne, je ne sais pas, j’arrête tout. Il est vide ce mec."  Grâce à des références aux politiciens qui ont marqué l’histoire de la politique française et un conseiller en communication sans scrupules face à un candidat de terroir, Christophe Pantaleo livre ici un portrait au vitriol d’une certaine façon de faire de la politique, une façon qui s’est imposée comme la plus efficace donc la plus utilisée.

La pièce sera jouée deux fois dans le 6e arrondissement de Lyon, au théâtre Terres Imaginaires de la rue des Charmettes les samedis 18 février et 3 mars à 20h30. Les rôles principaux sont tenus par Christophe Pantaleo, François Rauch de Roberty, Lorelei Mathieu, Bruno Laville et Wisssam Bengherbi, qui tournent en alternance. L’entrée coute 5 euros.



Tags : presidentielle |

Commentaires 2

Déposé le 29/01/2014 à 20h01  
Par trad Citer

artifice hélas très très amateur voir mauvais

Déposé le 23/02/2012 à 19h39  
Par Béatrice Citer

J'ai vu la pièce. Le texte est de qualité, les acteurs généreux. Un bon moment garanti

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.