Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

Le Dr Raphaël Nogier - LyonMag/JazzRadio

Musée de l’Hôtel-Dieu : “Gérard Collomb n’a pas le sens de la culture”

Le Dr Raphaël Nogier - LyonMag/JazzRadio

Raphaël Nogier, membre de l’association des Amis du Musée de la santé du Grand Hôtel-Dieu de Lyon, était l’invité de Jazz Radio pour l’émission Ça Jazz à Lyon, proposée en partenariat avec LyonMag.com.

Alors que le projet de réhabilitation de l’Hôtel-Dieu, symbole de la charité à la lyonnaise et de la médecine, doit voir à l’horizon 2016 l’installation d’un hôtel de luxe, de commerces et de bureaux sur le site, les défenseurs du projet de Musée de la santé sont sur les dents. "Aucun financement, aucun euro n’a été trouvé pour développer le projet muséal et en assurer le fonctionnement annuel", regrette Raphaël Nogier.

Et pourtant, l’opérateur Eiffage a joué le jeu en préservant 4.000 m2 sur les 60.000 que compte le bâtiment. Mais personne ne veut financer le projet. "Le maire de Lyon ne veut donner aucun subside", peste le médecin, qui identifie Gérard Collomb comme étant le principal fautif dans cette affaire. "Il faut qu’il réunisse autour d’une table tous les acteurs, explique-t-il. Qu’il écoute ce qu’on doit lui dire. C’est important. C’est un homme intelligent, mais qui à mon avis n’a pas le sens de la culture. Il brade un patrimoine intellectuel extrêmement important à Lyon."

Le défenseur du projet de Musée de la santé ne s’explique pas pourquoi aucun acteur public ne monte au financement. "Pour moi, c’est un point d’interrogation énorme. Lyon est une ville de médecine par excellence. Imaginez qu’en Angleterre, les studios d’Abbey Road aient été donnés à un grand hôtel. Tout le monde aurait crié au scandale pour les Beatles. C’est un peu la même chose à Lyon. Donner le symbole de la médecine au privé, c’est passer complètement à côté de la plaque."

Aussi, le coût du projet a toujours été un frein pour les collectivités. "Pour installer ce musée, il faudrait compter 19 millions d’euros, et entre 1 et 1,2 million d’euros pour le fonctionnement annuel", rappelle Raphaël Nogier. Les financeurs privés n’ont pas non plus souhaité investir. "Ils nous disent que si le maire de Lyon ne s’implique pas dans ce dossier, ils ne bougeront pas", assure-t-il.

L’horloge tourne pour les défenseurs du musée. "L’opérateur Eiffage déposera son permis de construire au mois de juin. Il nous reste trois mois pour trouver un financeur", précise Nogier. Et si Eiffage dépose un dossier qui ne comporte pas les modifications nécessaires à l’aménagement d’un musée, il sera impossible de rétropédaler. Il faut donc trouver coûte que coûte le budget adéquat. Les serpents du caducée de la médecine n'ont pas fini de se mordre la queue.



Tags : hotel dieu |

Commentaires 2

Déposé le 21/02/2012 à 13h49  
Par lyonnais Citer

Ca c'est sûr quand l'on voit qu'il nous impose l'amplacement du Musée des Confluences sur un terrain exigu où l'on n'aura que 6 000 mètre carrés de surface utile alors que ce type de musée doit en avoir 30 000 pour pouvoir concurrencer les autres villes.

Déposé le 21/02/2012 à 10h40  
Par caducée Citer

Il a par contre celui de l ' inculture avec Gadget Belcassine !

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.