80 emplois menacés : Valcrest, le Lejaby de Tarare ?

80 emplois menacés : Valcrest, le Lejaby de Tarare ?
Les salariés bloquant l'entrée et la sortie des camions sur le site de la coopérative laitière Valcrest mercredi matin - LyonMag

La coopérative laitière de la capitale des mousselines vit vraisemblablement ses dernières heures. Les salariés, en grève depuis mardi matin, continuent leur mouvement jusqu’au 21 mars, date du comité central d’entreprise qui décidera de leur avenir.

Sur le site tararois, près de 80 emplois sont menacés : une soixantaine de titulaires en CDD et CDI, ainsi qu’une vingtaine d’intérimaires. A Givors, au siège social, il se murmure qu’une quinzaine de salariés sont sur la sellette. "On avait de gros doutes depuis l’été 2011", explique Claude Dupont, syndicaliste CFDT. Les doutes se sont transformés depuis en certitudes. La coopérative laitière Valcrest de Tarare devrait fermer ses portes. Et les salariés sauront à quelle sauce ils seront mangés au lendemain du comité central d’entreprise, prévu le 21 mars. Un comité d’établissement est en effet annoncé le 22 mars sur le site de Tarare. Dans l’expectative, les employés reprochent ce manque de visibilité à leur direction. "Il m’est strictement impossible et interdit de commencer à discuter sur un dossier que vous ne connaissez pas, et dont seuls les élus ont connaissance", a lancé mercredi matin à ses salariés le directeur général de Valcrest, Michel Couronne, en guise d’explicatif. De quoi aiguiser la colère des personnels. En tout début de journée, ils ont même refusé de laisser sortir les camions des producteurs du site de Tarare, levant le blocage en toute fin de matinée. Seuls Thomas Chadoeuf-Hoebeke, maire de la ville et Pierre Gueydon, représentant la communauté de communes des pays d’Amplepluis-Thizy, ont fait le déplacement pour tenter une médiation. Leurs discours ont été diversement appréciés par les grévistes. "Le maire nous a assuré avoir écrit à la Région pour qu’elle se saisisse du dossier. M. Gueydon semblait lui plus du côté des producteurs que des salariés", explique Claude Dupont. Car dans la coopérative, les producteurs qui confient leur lait sont aussi les dirigeants. Et pour ces derniers la perspective de fermeture du site n’est pas rédhibitoire, puisqu’ils pourraient être repris par Sodiaal, une autre coopérative française, qui se chargerait de transformer leur production. "La moitié des producteurs est avec les salariés", recadre toutefois Dupont. En attendant d’obtenir des réponses, les employés ont décidé de continuer la grève.

50-100 sur 57 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
myrtille69 le 18/03/2012 à 09:16
pépé69 a écrit le 18/03/2012 à 01h58

Pourquoi faire partir des agriculteurs de leur entreprise qui jusqu’à présent valorise leur lait de vache ou chèvre
Pourquoi le dirigeant du moulin veut que le boulanger face et vende du pain sans farine
Vouloir faire du lait sans vache ou chèvre et encore moins du fromage
Le dirigeant de valcrest veut détruire !! En aucun cas il construit
Il conduit ensemble les ouvriers, les agriculteurs de lait vache qui adhère sodial, ceux qui reste, ainsi que les agriculteurs de lait chèvre dans un mur
Cela est la folie du roi

Bravo pépé69

Signaler Répondre

avatar
pépé69 le 18/03/2012 à 01:58

Pourquoi faire partir des agriculteurs de leur entreprise qui jusqu’à présent valorise leur lait de vache ou chèvre
Pourquoi le dirigeant du moulin veut que le boulanger face et vende du pain sans farine
Vouloir faire du lait sans vache ou chèvre et encore moins du fromage
Le dirigeant de valcrest veut détruire !! En aucun cas il construit
Il conduit ensemble les ouvriers, les agriculteurs de lait vache qui adhère sodial, ceux qui reste, ainsi que les agriculteurs de lait chèvre dans un mur
Cela est la folie du roi

Signaler Répondre

avatar
myrtille69 le 17/03/2012 à 10:38

Les producteurs de lait de vache sont invités par Valcrest a rejoindre le groupe soodial
car Valcrest ne peut soit disant plus supporter le cout de la collecte.
Mais pour le lait de chèvre qui reste pour l'instant collecté sur Tarare qui va aller sur Crest se transformer, le cout de la collecte ne sera t ' il pas plus élever? une question que devront se poser les producteurs de lait de chèvre qui subiront ce cout de collecte et que nous verrons peu à peu disparaitre.

Signaler Répondre

avatar
micr69 le 17/03/2012 à 08:21
zouzou69 a écrit le 16/03/2012 à 20h25

il me semble que vous ne perder pas d'argent,puisseque vous arriver a collecter votre lait,
je pense que les salariés peuvent continuer le tete haute,car ceux n'est pas eux qui ont fait couler l'entreprise!!!
par leur attitude exemplaire.

Mais si parait il que le cout de la collecte est trop élévé, c'est pour cela que les producteurs de lait de vache sont invités a rejoindre le groupe soodial !!!
Mais pour le lait de chèvre collecté sur Tarare qui va aller sur Crest, le cout de la collecte ne sera t ' il pas plus élever? une question que devront se poser les producteurs de lait de chèvre qui subiront ce cout de collecte et que nous verrons peu à peu disparaitre.

Signaler Répondre

avatar
zouzou69 le 16/03/2012 à 20:25

il me semble que vous ne perder pas d'argent,puisseque vous arriver a collecter votre lait,
je pense que les salariés peuvent continuer le tete haute,car ceux n'est pas eux qui ont fait couler l'entreprise!!!
par leur attitude exemplaire.

Signaler Répondre

avatar
loly73 le 15/03/2012 à 19:48

pauvre paysan!!!!!!!!
Et, vous vous posez la question lorsque vous bloquer les entreprises lors de vos manifs!!!!!!!!

Signaler Répondre

avatar
loloire le 15/03/2012 à 13:19

de toute façon si cela continue les salariés n'auront pas de question a se poser concernant leur emploi.
Valcrest est une petite boite et ne peut se permettre de perdre 100 000 Euros tous les deux jours comme c'est le cas avec cette grève.
Les employés pourront se consoler en spécifiant sur leur futur cv qu'ils ont réussi a achever leur employeur précédent, c'est du plus bel effet pour trouver un nouveau boulot.

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.