Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

Yannick Noah aux Nuits de Fourvière 2012 - Photo LyonMag

Yannick Noah en superstar à Lyon

Yannick Noah aux Nuits de Fourvière 2012 - Photo LyonMag

Le chanteur s’est produit mercredi soir sur la scène du Grand Théâtre dans le cadre des Nuits de Fourvière.

Qu’on se le dise, dans la France de 2012, Yannick Noah est une star. Son concert lyonnais à l’occasion des Nuits est l’un des quelques uns à avoir été complet en quelques semaines. Et quand on dit complet, on pense complet. Vraiment plus une place. Même pendant la première partie, assurée par Vieux Farka Touré, le public, trop nombreux pour l’amphithéâtre, se massait déjà sur le haut des escaliers menant aux gradins. Cette première partie, menée de main de maître par le chanteur en costume africain et maniant la guitare comme une rock star, aura laissé un mot à l’assemblée, un seul, qui sera d’ailleurs répété plusieurs fois par les quelques 5 000 spectateurs : « Dikoutchifo ». Noah était bien lancé.
Après plusieurs tours de hola qui auront eu du mal à partir en raison du peu d’implication du carré des invités placé en plein centre du gradin, il arrive seul sur scène, moulé dans un tee shirt noir échancré laissant deviner sa masse musculaire encore intacte. « Bonsoir les potes, je suis vraiment très content d’être là » lance-t-il. Il dédie le concert au peuple syrien, puis il raconte son enfance à Sedan, noir pour les uns, blanc pour les autres, faux blanc pour les pires. Sur ce, la musique part, et Noah chante Métisse, une chanson dans laquelle il rappelle être un mélange de couleurs. Ses musiciens (un guitariste, un bassiste et un percussionniste) le rejoignent alors. Les morceaux les plus connus de l’ancien tennisman s’enchaînent : Les lionnes La voix des sages, Si tu savais, Donne moi une vie.  Et à chaque fois le public, fosse et gradins confondus, chante les paroles qu’il connaît de bout en bout, et danse ou tend les bras. Noah, encore très alerte, commence alors son show de danse, se déhanchant comme un jeune premier, remuant ses fesses ou son torse avec une dextérité animale, suscitant même des cris de femmes. Une star en somme. Sur Ose, il descend de scène, enjambe la rambarde et chante dans le public qu’il traverse en touchant les mains de ceux qui les lui tendent, le tout avec une spontanéité déroutante.


Après avoir demandé (sans succès) à un vigile de l’avant-scène de danser en rythme, Yannick Noah recommence à parler de sa vie, en abordant ses grands-parents. Côté maternel, à Sedan, c’est Péper et Mémer, des gens que visiblement il aimait voir. Côté paternel, au Cameroun, la grand-mère remet tout entre les mains de Dieu, et le grand-père lui affirme qu’étant son premier petit-fils, il le retrouvera même après sa mort. Commence alors Simon Papa Tara, reprise par tout Fourvière. Main dans la main, les spectateurs reprennent à l’unisson, et voient débarquer Manu Dibango, hilare. Le saxophoniste camerounais a choisi de jouer du xylophone (« ce soir Yannick, c’est no sax »). Très applaudi, il accompagne Noah avant de digresser en musique avec le public sur son mythique Sound Makossa. Très musicale, cette partie du spectacle est un petit joyau, couronné par une version magistrale de Saga Africa. Tout cela est magnifié par le décor fait de panneaux sur lesquels sont projetés des images de brousse, des gratte-ciel de Manhattan ou simplement des jeux de lumière. Sur Ca me regarde, ce seront des yeux en cage.
Yannick Noah, en sueur, interagit avec son public. Il sourit, grimace, répond aux « Yannick je t’aime ». Vient ensuite la partie plus engagée du concert, lors du premier rappel. Noah chante Angela, hymne dédié à tous ceux qui ont lutté pour leurs droits. Puis vient une Marseillaise totalement réécrite (« Au rêve citoyen, finis les bataillons »), suivie d’Aux arbres citoyens et de Frontières. Mais même parti, l’assistance insiste et en redemande. Le chanteur revient alors pour interpréter New York avec toi de Téléphone (qui devient « un jour j’irai à Fourvière avec toi » sur la fin), pour finir sur Redemption Song de Bob Marley, auquel Noah a dédié un album. Sa mission étant accomplie, la personnalité préférée des Français pouvait s’amuser à esquiver ou renvoyer les coussins qui lui parvenaient par grappes, chose qui est bon signe dans les pierres antiques de Lyon.



Tags : nuits | fourviere | concert | yannick | noah | culture | manu | dibango | farka | touré |

Commentaires 7

Déposé le 30/06/2012 à 20h56  
Par perplexe Citer

noah le bienfaiteur préféré des français qui prône des discours proche de l'abbé Pierre (que les riches paient plus d'impôt...) mais qui avoue avoir optimisé ses recettes de sa carrière quitte à faire un procès pour ne pas payer 500000 euros au fisc.
Comment les gens peuvent 'ils tomber dans le panneau de ce moraliste!

Déposé le 30/06/2012 à 12h40  
Par solange Citer

Je suis contente pour lui si sa tournée marche bien, il va enfin pouvoir rembourser au fisc (donc au peuple français) les 500000 euros qu'il lui doit.
http://www.francesoir.fr/people-tv/people/yannick-noah-des-problemes…-d-impots-145221.html

Déposé le 28/06/2012 à 23h27  
Par haha Citer

super star, avec collomb ça fait la paire !

encore un socialo qui veut nous faire pleurer sur les pauvres ...

Déposé le 28/06/2012 à 22h30  
Par pognon Citer

Les prix des places étaient en francs suisses?

Déposé le 28/06/2012 à 20h13  
Par minerale Citer

concert a lyon MAGIQUE !
que du bonheur

Déposé le 28/06/2012 à 09h40  
Par saturnin 26 Citer

Je souhaite que le fric qu'il va récolter lui servira à payer ses impôts à le France.

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.