Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

Alexandre Gabriac - Photo Lyonmag.com

Deux mois de prison ferme requis contre Alexandre Gabriac

Alexandre Gabriac - Photo Lyonmag.com

Le leader des Jeunesses Nationalistes comparaissait lundi après-midi devant la justice.

Alexandre Gabriac devait s’expliquer sur des menaces de mort qu'il aurait proférées en mai dernier à l'encontre d'employés d'un bar du Vieux Lyon.
Devant le Palais de justice de Lyon à 14h, le dispositif policier était conséquent en raison de possibles affrontements entre groupes d’extrême-gauche et d’extrême-droite.
Accompagné d’une trentaine de soutiens, Alexandre Gabriac était de son côté très serein. "Je nie clairement les faits.  Il n’y a vraiment rien contre moi. Ce sont uniquement des manipulations et des persuasions médiatiques. Concrètement aujourd’hui, je suis confiant" déclarait-il. "Après, ça ne m’étonne pas non plus de me retrouver devant un tribunal puisqu’il faut savoir que quand on condamne le système, il va tout faire pour vous mettre à terre. En quelque sorte, ça me conforte dans ce que je fais, ça prouve que je les ennuie !" a-t-il poursuivi.
Au cours de l’audience, la présidente du tribunal a voulu renvoyer l’affaire mais le procureur ainsi que Me Jean-Marie Bonnot, l’avocat d’Alexandre Gabriac, ont insisté pour que l’affaire puisse se régler ce lundi. La bande de vidéosurveillance de la nuit des faits a donc été passée. Le procureur a requis deux mois de prison ferme à l’encontre du conseiller régional n'ayant pas peur de se faire "traiter de procureur juif, marxiste ou gay sur les blogs ou gazettes extrémistes" a t-il affirmé devant la salle. Ce dernier a mis en avant que ces faits pouvaient entraîner "une peur faisant repenser aux heures les plus sombres de notre histoire".
Me Jean-Marie Bonnot a quant à lui demandé la relaxe de son client dénonçant l’absence d’éléments à charge et le fait que son client était une "victime" dans cette histoire. L’avocat a considéré les réquisitions du procureur comme "disproportionnées".
La décision a été mise en délibéré et sera rendue le 22 octobre. 

Alexandre Gabriac a par ailleurs annoncé poursuivre le serveur pour discrimination politique puisqu’il lui aurait refusé l’accès à son bar ainsi qu’à des amis. "Il l’a d’ailleurs reconnu lors de notre confrontation et j’espère qu’il sera condamné dans ce sens là de la discrimination politique" a affirmé le leader des Jeunesses Nationalistes.



Tags : alexandre gabriac |

Commentaires 0

Pas de commentaire pour le moment.

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.