Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

Alexandre Gabriac - Photo LyonMag

Menaces de mort : Gabriac relaxé

Alexandre Gabriac - Photo LyonMag

Le tribunal de grande instance de Lyon a donné son jugement lundi.

C’est un Alexandre Gabriac décontracté qui est arrivé à 14h au palais de Justice. "Je suis confiant. De toute façon, il n’y a rien contre moi dans ce dossier. Nous l’avons vu lors de la première audience", a affirmé le leader des Jeunesses Nationalistes.
Quelques minutes plus tard, la présidente du tribunal annonce la fin des poursuites contre Alexandre Gabriac qui était accusé d’avoir menacé de mort en mai dernier un barman du pub le Danois dans le Vieux-Lyon. La cour a estimé que le visionnage des images de vidéo-surveillance lors de la dernière audience ne permettait pas d’identifier précisément la présence du leader des Jeunesses nationalistes. L'annonce du jugement a été accueillie par des applaudissements d'une quinzaine de sympathisants présents dans la salle.
A sa sortie, Alexandre Gabriac s’est exprimé devant la presse se montrant très satisfait. "Ce que je regrette est le fait d’avoir été placé en garde à vue pendant plus d’une journée mais aussi le fait d’avoir été poursuivi et dénoncé dans la presse sur des accusations qui ne tenaient pas la route. La preuve en est que le tribunal a tranché. Mais ce que je regrette surtout durant la dernière audience, ce sont les réquisitions purement politiques du procureur qui m’a fait un procès pendant plus d’un quart d’heure sur mon passé politique, mon présent politique et mon futur politique au lieu de le faire sur les faits", a-t-il précisé.
Mais le leader des Jeunesses nationalistes n’en a pas encore terminé avec cette affaire. "Nous avons poursuivi l’établissement et en particulier le barman qui m’avait refusé le service pour causes d’appartenance politique. Il l’a avoué en garde à vue. Nous avons donc toutes les chances de gagner le procès et d’obtenir réparation du préjudice causé".
Alexandre Gabriac s’est également exprimé sur l’occupation ce week-end de la mosquée de Poitiers par des Identitaires dont certains étaient des Lyonnais. "Ce ne sont pas des militants de chez nous mais je les soutiens".



Tags : alexandre gabriac | jeunesses nationalistes | menaces de mort |

Commentaires 4

Déposé le 23/10/2012 à 17h49   Depuis l'application iPhone Lyonmag  
Par éboueur Citer

Le quatar et Arabie saoudite et l'Algérie en force en France il rachète la France calme toi mdrrr

Déposé le 22/10/2012 à 20h42  
Par bones Citer

avec toi gaby

Déposé le 22/10/2012 à 15h58  
Par jojo69 Citer

Mais non Résistance! Nous sommes dans un pays socialiste, tout le monde est beau, tout le monde est gentil!

Déposé le 22/10/2012 à 14h57  
Par Résistance Citer

Espérons que les identitaires qui ont été mis en garde à vue puis en examen pour être monté sur le toit d'un ouvrage en construction financé par l'Arabie Saoudite pour qu'un imam radical puisse prêcher sa haine de la France en ayant sa mosquée subisse le même jugement.

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.