Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

Jean-Marc Bador - LyonMag

Jean-Marc Bador, directeur de l’orchestre national de Lyon : “Faire un lieu encore plus ouvert”

Jean-Marc Bador - LyonMag

Jean-Marc Bador, le nouveau directeur de l'orchestre national de Lyon, était l’invité ce mercredi de Jazz Radio pour l’émission Ça Jazz à Lyon, proposée en partenariat avec LyonMag.

Le 1er octobre dernier, Jean-Marc Bador prenait ses fonctions en lieu et place de Laurent Langlois dans un contexte particulier. Ces 3 dernières années, les relations étaient tendues entre musiciens et administration. Quelle ambiance a trouvé Jean-Marc Bador ? "J'ai trouvé une maison qui fonctionnait. C'est vrai qu'il y a eu beaucoup d'émoi et beaucoup de presse sur cette période qui ne devait pas être simple. Moi je ne l'ai pas vécu alors c'était compliqué. Je pensais arriver et découvrir une situation pas simple, mais j'ai surtout trouvé un orchestre qui fonctionne et une équipe qui avance."

De la Bretagne à Paris puis Lyon, le parcours de Jean-Marc Bador a été rythmé : "Avant la Bretagne, j'ai participé à l'organisation d'un festival, la Folle Journée à Nantes. C'est un événement qui a irrigué mon travail à l'orchestre de Bretagne où je suis resté 11 ans. Puis je suis allé à l'orchestre de la Chambre de Paris. Là, mon travail était plutôt de définir une identité claire à l'intérieur du paysage parisien chargé sur le plan musical.
Aujourd'hui je suis encore dans les TGV entre Paris et Lyon. J'ai hâte, dès janvier, de poser mes valises à Lyon."


Alors que Jean-Marc Bador travaillait dans la capitale, il a accepté de revenir en province. Pour plusieurs bonnes raisons : "J'ai accepté Lyon pour le challenge. Avec l'arrivé de Leonard Slatkin qui est pour moi un formidable atout pour cet orchestre. Avec cette salle qui rentre en période de rénovation et qui va améliorer une partie de sa qualité, de service au public. Et puis avec ce grand projet de rénovation de la Part-Dieu. Ce sont des éléments enthousiasmants pour un directeur général."

En arrivant à Lyon, Georges Képénékian a fixé en quelque sorte deux objectifs à Jean-Marc Bador. Le premier, c'est la renommée nationale et internationale de l'institution : "Chacun arrive avec ses réseaux. J'ai beaucoup de personnes avec qui j'ai des habitudes de travail en France et à l'étranger. Donc on va retourner sur des festivals français, mais aussi à l'étranger, en Chine, au Japon, les Etats-Unis..."

Second objectif de Képénékian : l'ouverture à tous. Il faut donc casser l'élitisme, s'il en reste : "Cet auditorium reste un lieu conçu pour le concert plus que pour être une maison de la musique. C'est là où le grand chantier de la Part-Dieu doit nous donner l'occasion de repenser ce temple de la musique pour en faire un lieu encore plus ouvert à tous les publics. Il faudra rajouter de l'interaction, des enfants créeront avec l'orchestre, des personnes chanteront avec l'orchestre. Ce sont des choses que je vais essayer de développer dans l'auditorium pour répondre à cette demande politique mais qui est pour moi un credo personnel, de faire que la musique soit accessible à tous."

L'auditorium bat son plein, même si Jean-Marc Bador n'a pas pu participer à l'élaboration de la saison 2012-2013. Il a tout de même un avis éclairé sur la question : "C'est vraiment une belle saison. On a la chance d'accueillir quelques grands artistes, voire de très grands solistes et chefs internationaux. En feuilletant les précédentes saisons, j'ai trouvé qu'on avait une très belle année pour l'orchestre de Lyon et l'orchestre invité."

Le directeur a déjà entrepris l'élaboration des prochaines saisons lyonnaises : "J'ai commencé à travailler avec Leonard Slatkin sur l'idée de structurer la future saison. Sans aller forcément sur des idées de festival mais on a des fils rouges sur un certain nombre de programmation. On essaiera bien sûr de conforter la dimension famille. Et puis également de promouvoir la pratique amateur, je verrais bien un grand concours avec des musiciens non professionnels qui puissent investir cet espace. Enfin, je regrette la disparition du jazz, on essaiera de le faire revenir parce qu'on a dans la région un grand festival avec des gens avec qui j'ai envie de travailler."



Tags : ça jazz à lyon | orchestre national lyon |

Commentaires 0

Pas de commentaire pour le moment.

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.