Havard : "Si la COCOE ne sait pas faire un tableau Excel, moi j’irai leur montrer"

Havard : "Si la COCOE ne sait pas faire un tableau Excel, moi j’irai leur montrer"
Michel Havard - LyonMag

L’ancien député du Rhône s’est montré lucide sur la situation que traverse actuellement l’UMP.

Michel Havard, soutien de François Fillon, pense qu’Alain Juppé est "la porte de sortie de crise. Il faut qu’il reprenne les résultats issus des 577 PV, qu’il conserve l’intérim du parti et proclame le vainqueur à la fin. Je souhaite que ce processus aboutisse, sinon il faudra revoter partout". L’hypothèse d’un troisième homme lors de ce nouveau scrutin plaît à Michel Havard mais il n’imagine pas Nicolas Sarkozy revenir à cette occasion.
Celui qui a été ironiquement président de la commission des recours jusqu’en 2008 propose même son aide pour que le brouillard se dissipe : "Il faut prendre les 577 PV qu'on rentre dans un tableau Excel et regarder le résultat. S’ils ne savent pas faire un simple tableau Excel, moi j’irai leur montrer".
Le candidat aux élections municipales lyonnaises de 2014 craint désormais que l’UMP "perde quelques cartes d’adhérents", notamment au profit de l’UDI. "Il est temps d’arrêter le règlement de comptes public. J’invite nos dirigeants à remettre les pendules à l’heure".

2 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
Mufle le 23/11/2012 à 17:55

En même temps il ne fallait pas trop attendre d'un parti dont un ministre de l'éducation ne sait pas faire une règle de trois. Un troupeau d'incapables et dire qu'ils ont dirigé le pays pendant 10ans. Pour se mettre 600 milliards d'eur en plus de déficit en continuant à se féliciter de leur action ils doivent en plus confondent les euros et les francs ou les millions et les milliards.

Ils ont pitoyables et comptent sur leur sage repris de justice Juppé pour faire l'arbitre, le mètre étalon des crapules chez ces mafieux.

Dehors les cancres !

Signaler Répondre

avatar
Lucien le 23/11/2012 à 16:24

Il ira leur montrer ce que c'est qu'un tableau excel ?

Mais oui bien sur !
Ça joue les gros bras comme ça et puis quand il s'agit de tenir son rôle d'opposant au pouvoir local en place, ça blablate et brasse du vent !

Je ne parle même pas, des sièges dans tel ou tel conseil d’administration. Sièges offerts, par le pouvoir...

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.