Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

Photo du projet de la cité de la gastronomie à l'Hôtel Dieu - DR

Lyon fera officiellement partie des Cités de la Gastronomie mercredi

Photo du projet de la cité de la gastronomie à l'Hôtel Dieu - DR

Cette fois-ci, c’est la bonne. La gastronomie lyonnaise va -enfin- être reconnue à sa juste valeur.

Mercredi sera officiellement lancé le réseau national des cités de la gastronomie à Paris, qui doit promouvoir la cuisine française à travers différents sites. Et Lyon devrait bel et bien figurer dans le socle des villes hôtes. Lundi 13 mai, Gérard Collomb, sénateur-maire de Lyon s’était déjà montré très optimiste quant à cette hypothèse lors d’un discours prononcé à l’hôtel de ville. C’est maintenant chose faite. Après l’indigeste défaite de janvier dernier, où Lyon avait été quasi-recalée devant Paris-Rungis, Dijon et Tours par la commission en charge du projet, la cité de Paul Bocuse peut désormais prendre sereinement sa revanche.    

"Des éléments positifs dans la nouvelle candidature"

Ce même mois, la Ville avait réitéré sa candidature, y apportant quelques modifications. "Il y avait une réelle volonté de répondre aux remarques et aux objections de la commission, explique Pierre Sanner, directeur de la Mission française du patrimoine et des cultures alimentaires, chargée d’évaluer les différentes candidatures. D’autant plus que la nouvelle candidature a apporté des éléments positifs à un certain nombre d’interrogations."
Les quatre dossiers restants – Beaune ayant totalement abandonné – ont été réexaminés le 29 avril dernier pour y revoir le plan de financement, l'offre culturelle et la dimension pédagogique. Un rapport final avait d’ailleurs été transmis aux trois ministères concernés (Agriculture, Agroalimentaire et Culture) au début du mois de mai.

 Il ne restait donc plus qu’à Stéphane Le Foll (Agriculture), Guillaume Garot (Agroalimentaire) et Aurélie Filippetti (Culture) de statuer sur le sort des villes candidates. Les trois ministres présenteront mercredi en début de matinée à la galerie Sully du ministère de l’agriculture (Paris 7e) les contours définitifs du projet.
En compagnie notamment de Gérard Collomb, ils proclameront officiellement Dijon, Paris-Rungis et Tours, déjà élues en première instance, et Lyon, villes hôtes du réseau des Cités de la Gastronomie.

Un projet à 18 millions d’euros

Pour rappel, la Cité de la Gastronomie lyonnaise devrait s’insérer dans le projet de réaménagement du Grand Hôtel-Dieu (Lyon 2e). Un Parcours du Goût de près de 15 000 m2 est ainsi envisagé, dans lequel visiteurs et touristes pourront humer les odeurs des produits du terroir dans un marché, déguster quelques andouillettes dans plusieurs restaurants, ou encore revivre l’histoire de la gastronomie locale dans un musée. Des commerces dédiés aux arts de la table et au design, un centre de conférences et de ressources, un laboratoire d’idées et un jardin en plein air sont également à l’étude.

Au total, le coût de ce projet s’élève à 18 millions d’euros, dont 6,75 millions seront pris en charge par la ville (3 millions pour les frais d’aménagement et 3,75 millions pour l’investissement immobilier). Eiffage et ses partenaires assumeront les 11,25 millions restants.

En plus de fédérer les métiers de bouche, cette Cité de la Gastronomie est destinée à devenir, selon la Mission française du patrimoine et des cultures alimentaires, "un extraordinaire pôle culturel de développement économique et touristique." On en salive déjà.



Tags : cité de la gastronomie | hotel dieu | Lyon |

Commentaires 1

Déposé le 18/06/2013 à 21h47  
Par azer696 Citer

c'est grâce à Michel Havard, car il est plus jeune que papy Collomb

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.