La CFDT de l'usine Bosch de Vénissieux écrit à François Hollande

La CFDT de l'usine Bosch de Vénissieux écrit à François Hollande
Photo d'illustration - LyonMag

Le syndicat CFDT de l'usine Bosch à Vénissieux est inquiet et le fait savoir.

Ils ont écrit au président de la République au sujet du manque d'informations sur les discussions en cours avec de repreneurs potentiels pour les activités photovoltaïques.
Le groupe allemand avait décidé de les abandonner à la fin de l'année. 3000 personnes sont concernées en Europe, dont 240 sur le site de Vénissieux.

"Nous approchons inéluctablement de l'échéance. Il ne reste plus que quelques petites semaines pour trouver un repreneur fiable et crédible pour ce qui est la plus moderne et plus performante usine de production de panneaux photovoltaïques de France (et sans doute d'Europe)", écrit la CFDT dans cette lettre ouverte.
Elle déplore que "à ce jour, les discussions semblent se poursuivre avec deux acteurs dont les salariés et leurs représentants ne savent rien ou presque". La direction de l'usine Bosch avait "clairement indiqué" qu'elle procéderait à un plan social, si "une reprise n'était pas clairement identifiée" fin septembre.

"Si votre volonté et celle du gouvernement est vraiment d'engager notre pays dans une transition énergétique indispensable pour les générations futures, vous ne pouvez pas laisser s'opérer un tel désastre social et industriel", continue la CFDT.
Le syndicat demande aussi à François Hollande de se rendre sur place, à Vénissieux, comme Angela Merkel l'a fait sur le site d'Arnstadt, concerné lui aussi par l'arrêt des activités photovoltaïques.

X

Tags :

bosch

4 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
gdumoulin le 04/09/2013 à 22:36

Le syndicat CFDT de Bosch Vénissieux ne comprend toujours pas qu'il ne faut pas faire confiance aux patrons. La CFDT avait accepté de passer à 36h/semaine soit 45h de travail gratuit par an imposées aux salariés pour sauver la production de rampes diesel.Ils ont accepté de travailler 24h/24 en 3-8 en roulement avec le week end pour maximiser la rentabilité du site. Resultat la Direction après avoir fait des économies a délocalisé la production. La CFDT a négocié cet arret en échange d'une production de panneau photovoltaïque alors que Bosch a les moyens de maintenir une production dans cette usine de Vénissieux. Mais ils préfèrent créer de l'emploi dans les pays de l'est avec des salaires à 250€ par mois.

Signaler Répondre

avatar
fautycroire le 02/09/2013 à 19:30

Les syndicats ont un trésor de guerre de plusieurs centaines de millions d'euros, j'attendais qu'ils l'utilisent pour sauver les Seafrance, ils ne l'ont pas fait alors qu'ils avaient 1000 fois les moyens financiers de le faire ! bravo à eux de ne pas aider les camarades en détresse. Cet argent il sert à quoi à part payer des voyages ou des cadeaux aux cadres dirigeants?

Signaler Répondre

avatar
chevalier de l'injustice le 02/09/2013 à 13:49
voireuil a écrit le 02/09/2013 à 13h45

Hey, La CFDT! Qui sait qui gère les caisses sociales... qui se bat pour des augmentations de charges, qui laisse l'Etat ne pas payer ses charges, qui refuse les règles européennes, qui envoi systématiquement les gens à la grève...?

Ce ne serait pas les syndicats français.... alors chut!

Et commencez à replacer vos ouailles plutôt que de pleurer, vous perdez du temps et vous mettez leur avenir en péril!

Les femmes, les homos, les salariés, les roms, les handicapés...voireuil que tu es fort (enfin derrière un écran) avec les faibles et faible avec les forts...

Signaler Répondre

avatar
voireuil le 02/09/2013 à 13:45

Hey, La CFDT! Qui sait qui gère les caisses sociales... qui se bat pour des augmentations de charges, qui laisse l'Etat ne pas payer ses charges, qui refuse les règles européennes, qui envoi systématiquement les gens à la grève...?

Ce ne serait pas les syndicats français.... alors chut!

Et commencez à replacer vos ouailles plutôt que de pleurer, vous perdez du temps et vous mettez leur avenir en péril!

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.