Le goût de l'alternance

Le goût de l'alternance
Eric Pelet - LyonMag

Les Français ont pris goût à l’alternance, ils l’ont systématiquement imposée lors des élections locales
intermédiaires puis plus récemment à l’occasion des deux derniers
scrutins nationaux.

Pour quelles raisons les Lyonnais devraient-ils se dispenser de goûter à la jouvence du changement ? Le poids des habitudes ?
Kant le stigmatisait déjà il y a trois siècles : "Plus l’homme a d’habitudes, moins il est libre !", un certain conformisme ? Défaut à juste titre trop souvent reproché aux Lyonnais ! Une forme de fatalisme ?
On le perçoit ici et là en forme de démission citoyenne, comme si Lyon ne pouvait ni être, ni devenir sans son maire éternel ! Comme si l’on en avait pris pour 20 ans avec les mêmes élus, les mêmes têtes, le même calendrier, les même discours ! Déprimant comme de vivre sous une cloche en verre ou pire un dôme !

Dès le début du mois de janvier la vraie campagne pour les municipales va démarrer. Elle sera dure mais palpitante car l’enjeu du scrutin du 30 Mars 2014 tend à renverser un ordre établi dont l’habileté politique consiste justement à se faire passer pour nécessaire voire indispensable, ce qui est une mystification si l’on recense les dossiers mal gérés ou sinistrés comme l’Ilot Grolée. Cette date sanctionnera en effet treize années de mandature de Gérard Collomb et de son équipe.
Treize ans c’est plus de temps qu’un édile peut espérer pour appliquer sa politique et concrétiser son programme. Pourquoi chercher à faire sur 19 années ce qu’on a largement  eu le temps de réaliser en 13 ?!

A la différence de la fonction présidentielle qui est désormais limitée à deux mandatures, véritable acquis démocratique, les administrés d’une ville peuvent vivre avec le même maire durant des décennies !
Si Gérard Collomb est réélu en mars prochain, les Lyonnais auront signé pour quasiment 20 ans avec lui, soit en prenant en compte le facteur d’accélération du temps qui caractérise notre époque, le même ressenti de durée que le mandat d’Edouard Herriot (50 ans !).
Au-delà de l’ambition de l’opposition municipale de prendre sa revanche sur les deux précédents scrutins, la Droite porte ainsi les couleurs d’une promesse de changement, d’une modernité, qui ferait du bien à notre ville, lui apporterait du sang neuf, des idées nouvelles, d’autres formes d’expériences individuelles, professionnelles ou culturelles au service de sa gouvernance.

L’alternance, en dehors de toute logique partisane, serait un signe de bonne santé démocratique pour notre belle cité, elle réveillerait au lieu d’assoupir, dynamiserait au lieu de ralentir. Lyon a besoin de s’ébrouer, de respirer un air nouveau. Seul le rendez-vous du 30 mars prochain le permettra.

Eric Pelet

Tags :

pelet

9 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
AU REVOIR GÉRARD le 04/01/2014 à 22:17

AU REVOIR GÉRARD !

Signaler Répondre

avatar
Cumulus Plancus le 03/01/2014 à 18:33

Gérard Collomb peut aider Lyon en prenant sa retraite.

Signaler Répondre

avatar
Sturlapitude le 31/12/2013 à 15:08
Foldire a écrit le 31/12/2013 à 10h32

#Kant le stigmatisait déjà il y a trois siècles : "Plus l’homme a d’habitudes, moins il est libre !", un certain conformisme ?#

On peut également interpréter cette phrase de Kant sur notre habitude démocratique qui nous a enlevé toute liberté et nous enfonce dans un conformisme de l'alternance. ;-)

Joyeuses Fêtes !

Alors Foldire on fait du copier/coller. Les lyonnais ont l'habitude de Collomb, catastrophe, ils vont le garder.

Signaler Répondre

avatar
Fake le 31/12/2013 à 14:07
Jonathan a écrit le 31/12/2013 à 11h48

Vous vous focalisez sur des cas particuliers.La droite est diverse et vous n'avez toujours pas intégré cette notion.
Si on se réfère à René Rémond,il existe trois droites en France:une bonapartiste,une orléaniste et une légitimiste.
Denis Tilinac a instauré la notion de droite mousquetaire fidèle et insolente.

Si pour vous,la droite se résume au MODEM,je ne peux plus rien pour vous.

Merci pour la réponse construite et sans animosité.

Je conçois que la droite est protéiforme. Le seul souci, c'est qu'il n'y a plus de "pot commun" entre les trois voire les quatre que vous décrivez. On a aujourd'hui plus l'impression d'un conglomérat que d'un consensus non ?

Signaler Répondre

avatar
TMLyon7 le 31/12/2013 à 12:30

Une alternance gauche droite pour Lyon constituée de quoi ? l'opportunité c'est de choisir une liste qui exprime son programme
http://www.ericlafond2014.com/
Bon réveillon

Signaler Répondre

avatar
Jonathan le 31/12/2013 à 11:48
Fake a écrit le 31/12/2013 à 10h07

"la Droite porte ainsi les couleurs d’une promesse de changement, d’une modernité, qui ferait du bien à notre ville, lui apporterait du sang neuf, des idées nouvelles"

C'est sur qu'avec les Josse, MPF et consorts, "modernité sang neuf" (mais bleu)... Il faut oser l'écrire.

Plus c'est gros plus ça passe c'est ça ?

Vous vous focalisez sur des cas particuliers.La droite est diverse et vous n'avez toujours pas intégré cette notion.
Si on se réfère à René Rémond,il existe trois droites en France:une bonapartiste,une orléaniste et une légitimiste.
Denis Tilinac a instauré la notion de droite mousquetaire fidèle et insolente.

Si pour vous,la droite se résume au MODEM,je ne peux plus rien pour vous.

Signaler Répondre

avatar
Foldire le 31/12/2013 à 10:32

#Kant le stigmatisait déjà il y a trois siècles : "Plus l’homme a d’habitudes, moins il est libre !", un certain conformisme ?#

On peut également interpréter cette phrase de Kant sur notre habitude démocratique qui nous a enlevé toute liberté et nous enfonce dans un conformisme de l'alternance. ;-)

Joyeuses Fêtes !

Signaler Répondre

avatar
Changeons le 31/12/2013 à 10:31

On est toujours pour l'alternance quand on est dans l'opposition. Demandez à Collomb, lui est pour le consulat, à condition qu'il soit premier consul. Ceci dit il faudrait bien nettoyer les écuries d'Aulas, l'air serait plus respirable, mais il faut des idées!

Signaler Répondre

avatar
Fake le 31/12/2013 à 10:07

"la Droite porte ainsi les couleurs d’une promesse de changement, d’une modernité, qui ferait du bien à notre ville, lui apporterait du sang neuf, des idées nouvelles"

C'est sur qu'avec les Josse, MPF et consorts, "modernité sang neuf" (mais bleu)... Il faut oser l'écrire.

Plus c'est gros plus ça passe c'est ça ?

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.