Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

Grève des urgences : “Plus de respect”

Anesthésiste à la Croix-Rousse et représentante du SNphar, Nicole Smolski est en grève. Interview.

Pourquoi vous êtes en grève ?
Nicole Smolski : Parce qu’on en a marre d’être pris pour des imbéciles. En 2002, on nous a accordé 20 jours de RTT par an. Mais on ne peut pas les prendre, faute de personnel. Car il n’y a pas eu assez d’embauches. Résultat : ces jours viennent gonfler un compte épargne temps qui n’est jamais utilisé. Ni payé. On n’a eu que 5 jours payés en 2003 et en 2004.
En fait, vous voulez plus d’argent !
Pas du tout. Moi à 50 ans, je gagne entre 5 et 6 000 euros par mois et ça me va. Mais ce qu’on veut, c’est du respect et de la considération. Car Sarkozy parle de travailler plus pour gagner plus. Mais nous, on travaille sans être payés ! Au lieu de 39 heures, on en fait 55 en moyenne. Et quand on veut poser des vacances, on ne peut pas, au risque de désorganiser les services. Moi, par exemple, je pourrai prendre 6 mois de congés d’affilée ! Et c’est la même chose pour la plupart de mes collègues. La situation étant pire à Lyon.
Pourquoi la situation est pire à Lyon ?
Parce que l’hôpital est dans un gouffre financier et n’a pas les moyens de nous payer les heures additionnelles, c’est-à-dire les heures au delà de 48 heures par semaine. Contrairement à d’autres hôpitaux français. Résultat : ces heures viennent elles aussi gonfler ce fameux compte épargne temps. Avec les jours de RTT.
Les conséquences de cette situation ?
Les médecins multiplient les gardes et les heures, sans aucune reconnaissance. Du coup, quand ils voient leurs confrères du privé gagner trois fois leur salaire, ils sont tentés. Surtout à Lyon où il y a de nombreux postes d’anesthéistes en clinique. Quand aux patients, ils sont évidemment concernés, car être soigné par un médecin qui a enchaîné les heures, ce n’est jamais très bon. Au final, c’est donc tout l’hôpital public qui est en danger. Avec un véritable malaise des personnels.
Ce que vous proposez ?
D’abord, il faut bien comprendre qu’on ne veut pas travailler moins. Ça fait partie de notre culture de faire des heures supplémentaires et de travailler les nuits. Mais on veut que ce travail soit valorisé. Alors, on sait très bien qu’on ne pourra pas être payés pour l’ensemble de ces heures supplémentaires. Donc on propose des solutions pour purger ces comptes épargne temps. En embauchant évidemment. Ou en permettant par exemple à des femmes qui viennent d’accoucher d’avoir un jour de congés par semaine pris sur son CET. Ou encore en transformant ces heures en plan épargne rétraite... Et puis il y a des méthodes plus radicales : il faudrait fermer certains hôpitaux qui n’ont pas assez d’activité et qui coûtent cher, notamment dans les petites communes. Aucune chance à la veille des municipales car il faudrait du courage politique ! Mais au final, ces propositions ne sont pas entendues, ni même pas écoutées. C’est pour ça qu’on s’est mis en grève et qu’on ne risque pas de lâcher.



Tags : grève | urgences |

Commentaires 0

Pas de commentaire pour le moment.

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.