Cenntro Motors : 263 salariés vont rester sur le carreau à Lyon

Cenntro Motors : 263 salariés vont rester sur le carreau à Lyon
LyonMag

Ce jeudi, les salariés de Cenntro Motors (ex-SITL) ont longtemps cru que le tribunal de commerce de Lyon allait les sauver.

Si la justice a prolongé la période d'observation de l'entreprise du 7e arrondissement, elle a surtout validé le plan social amenant la suppression de 263 emplois à Gerland contre le maintien de 120 postes.

Une décision suivie par la DIRECCTE et qui a provoqué la colère des syndicats. En sortant de l'audience, les salariés ont bloqué le quartier pour se rendre à la préfecture et demander des comptes à Michel Delpuech. Le préfet avait tenté de convaincre Cenntro Motors de sauver davantage de personnes et dans de meilleures conditions.

Huit salariés de l'entreprise spécialisée dans le véhicule utilitaire électrique ont été reçus en délégation ce jeudi midi.

10 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
Retour de flamme le 11/09/2015 à 13:18

et alors ?
le grand stade va bientôt ouvrir et Aulas a promis de créer des centaines d'emplois.
pas de soucis à vous faire les gars.

Signaler Répondre

avatar
tintin le 10/09/2015 à 18:02

y a un moment ou il faut etre réaliste .... certe une très dure réalité.... mais vous ne m'enleverez pas de la tete que l'etat a déja versé déja beaucoup d'argent dans cette société, et par etat je veux dire vous tous !!! chomage partiel pendant 2 ans .... achat du terrain pour le louer à 0 euros ....

Signaler Répondre

avatar
philenice le 10/09/2015 à 17:28

Vous avez aimé l'affaire CENTRO MOTOR oui ATOCHEM,
vous allez adorer l'affaire Renault TRUCKS:

8 500 emplois

Signaler Répondre

avatar
chyong le repreneur le 10/09/2015 à 17:12
Lecypres a écrit le 10/09/2015 à 16h25

Si vous voulez qu on parle de vous : accueillez une famille de Syriens dans votre usine !! Sinon fermez la !!

je suis content que Mr choffat soit dans le coup pour nous sauvez la mise comme il a fait avec SITL et vous avez applaudis tous et toute et maintenant c'est l’urgence Dis donc vous avez la mémoire sélective

Signaler Répondre

avatar
Lecypres le 10/09/2015 à 16:25

Si vous voulez qu on parle de vous : accueillez une famille de Syriens dans votre usine !! Sinon fermez la !!

Signaler Répondre

avatar
pole emploie le 10/09/2015 à 14:42

apparemment Mr Choffat vas prendre le relais pour sauver les 263 licencies j’espère que se sera un bon départ pour nous

Signaler Répondre

avatar
Alex le 10/09/2015 à 14:19

bien sur la personne ne dira que c'est honteux personne ne descendra dans la rue soutenir toutes ces personnes qui se retrouvent virés au bout de 30 ans de boîte.
Je suis triste aujourd'hui je connais la plupart d'entre eux.
ils font partis des laissers pour compte, comme nos retraités, nos sdf, et nos jeunes aussi.
Et non tout ces donneurs de leçons vont vous traiter de racistes de sans coeur parce que vous refusez l'arrivée de migrants
la oui ce gouvernement de merde trouve des fonds, des logements
je suis ecoeurée révoltée de cette France la oui j'ai honte

Signaler Répondre

avatar
Les responsables sont connus mais chut ils sont intouchables et on leur pardonne tout! le 10/09/2015 à 14:14

Tout l'argent va aux agriculteurs. Qu'est-ce que vous voulez que je vous dise ?
600 millions d'euros de l'état au mois de juillet, 3 milliards d'euros de l'état au mois de septembre sans compter les aides des collectivités locales et de l'europe.

La recette pour garder ses privilèges est connue de tous
Il suffit simplement de crier un peu plus fort que les autres.
Barrer des routes voire des autoroutes, saccager des grandes surfaces voire des administrations, balancer du fumier.

Tu veux le pactole, tu fais comme les agriculteurs : tu pleurniches.

Signaler Répondre

avatar
leonis le 10/09/2015 à 14:02

Heureusement que l'actualité des migrants occulte toute l'information nationale, c'est le moment pour licencier et modifier le droit du travail en toute discrétion avec la complicité de nos médias gauchos bobos.

Signaler Répondre

avatar
Déçu le 10/09/2015 à 13:53

Le chômage n'a pas fini de progresser, le pari de Hollande est loin d’être gagné avec une telle politique.

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.