Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

OGM : “Clarifier la situation”

Le projet de loi sur les OGM a été adopté par les députés mardi après-midi. Réaction de Gérard Seigle-Vatte, président de la chambre régionale d’agriculture.

Vous pensez quoi de cette loi sur les OGM ?
Gérard Seigle-Vatte : Ce texte a l’avantage de clarifier la situation. Car jusqu’ici les cultures OGM étaient implantées secrètement. Ce qui créait des tensions avec les agriculteurs qui craignaient des contaminations.
Mais il y aura toujours des problèmes de contaminations !
Logiquement non car la loi prévoit d’installer des périmètres de protection pour éviter les risques de contamination par pollinisation. Du coup, les champs d’OGM devront être isolés et installés à minimum 300 mètres des cultures bio.
Et c’est fiable ?
C’est reconnu scientifiquement qu’au delà de 300 mètres, il n’y a pas de risque de pollinisation. Et on est sur que la contamination ne passe pas par le sol.
Il y a beaucoup de cultures OGM dans la région ?
Dans la région, il y a 270 hectares de culture OGM, dont 135 hectares dans l’Ain et 90 hectares dans l’Isère. Mais il y a aussi le groupe privé américain Mosanto qui produit du maïs transgénique dans l’Ain et l’Isère. Le problème c’est que cette entreprise privée n’a qu’un seul but : gagner de l’argent. Du coup, elle fait ce qu’elle veut, ce qui peut provoquer certaines dérives.
Vous pensez qu’il faut interdire les OGM ?
Si on les interdit, il faut aussi interdire l’importation de produits à base de protéines OGM comme certaines viandes ou du lait qui viennent notamment d’Amérique du sud. Car on peut ne pas produire d’OGM mais on peut en consommer tous les jours.
En fait vous êtes pour les OGM !
Je ne suis pas pro-OGM, mais je ne supporte pas les faucheurs volontaires qui ne respectent pas les cultures des autres. C’est normal qu’on se pose des questions et qu’on applique le principe de précaution, mais je crois aussi beaucoup en la science qui peut répondre à un certain nombre de problème qui se pose.
Les solutions préconisées par la chambre d’agriculture ?
On envisage de mettre en place une filière de traçabilité sans OGM. Le principe : produire des cultures de protéines sans OGM qu’on ferait manger aux animaux, ce qui permettrait de produire de la viande ou du lait certifiés sans OGM, avec un vrai label de qualité.



Tags : OGM | seigle-vatte |

Commentaires 0

Pas de commentaire pour le moment.

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.