Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

Photo d'illustration - LyonMag

Tests thérapeutiques : à Lyon, les volontaires n’ont pas cédé à la psychose

Photo d'illustration - LyonMag

La semaine dernière, le test thérapeutique de Rennes a mis en lumière une pratique courante en France.

Des milliers de volontaires font chaque jour, en l’échange d’une contribution, avancer la recherche. Sans, normalement, mettre en péril leur santé.

 

Mais la mort d’un volontaire en Bretagne, et l’état grave dans lequel se trouvent cinq autres personnes ayant testé la molécule du laboratoire portugais Bial aurait pu refroidir quelques ardeurs.

 

Une procédure très encadrée

A Lyon, six centres de recherche officiels accueillent les volontaires des tests thérapeutiques. Les tests thérapeutiques sont soumis à quatre phases obligatoires.

La première consiste à tester la molécule sur une personne lambda, qui n’est pas malade mais seulement volontaire pour aider la science.

La deuxième phase s’adresse aux milliers de patients approchés par leurs médecins pour tester ces molécules dans le cadre de leur traitement.

La phase trois vise davantage les malades en phase finale, ceux qui ont véritablement besoin du traitement.

La phase quatre concerne la mise en vente dans les pharmacies du produit avec une mise en garde sur le fait que ce soit "un essai".

 

Pour réaliser un test, le volontaire est généralement rétribué entre 100 à 4500 euros (maximum par an) non imposables.

"Les tests thérapeutiques ne sont pas un simple moyen de gagner de l’argent. Ce sont souvent les proches de personnes malades qui sont volontaires pour tester de nouvelles molécules qui pourraient sauver l’un de leurs proches", nous indique Martine Laville, directrice du CRNH Rhône-Alpes.

 

Pour pouvoir participer et être volontaire à un essai thérapeutique, il faut remplir certaines conditions : âge, poids, taille, sexe. Les personnes qui remplissent les critères "d’inclusion" sont ensuite soumises à des tests physiques et psychologiques.

On évalue leur capacité à recevoir la molécule et à l’éliminer ensuite. Des personnes dites en "exclusion", qui ne regroupent donc pas les critères nécessaires ne peuvent pas participer à un essai thérapeutique.

Ces critères sont suivis de très près et enregistrés dans une base de données qui est scrutée à chaque demande d’un volontaire.

 

Chaque demandeur doit attendre un certain temps avant de pouvoir être de nouveau volontaire. En général, il faut compter entre 4 et 5 mois. Il est donc impossible de cumuler les essais thérapeutiques afin de limiter les risques.

 

Les participants sont suivis tout le long du test, aussi bien psychologiquement que physiquement. Ils bénéficient également d’un suivi postérieur à l’acheminement du programme d’essai. Certains sont souvent soumis à une prise de poids. Une diététicienne, un coach sportif les prennent en charge afin qu’ils retrouvent leurs poids d’origine.

Lyon épargnée par la psychose

Pour Martine Laville, "ce qu’il s’est passé à Rennes reste exceptionnel. Depuis que je suis directrice du centre de recherche, je n’ai jamais entendu parler d’un cas pareil. Les mesures sont respectées à la lettre et nous sommes très prudents". Certains patients demandent même parfois à garder quelques échantillons de la molécule testée, preuve de leur satisfaction.

 

En France, la réglementation pour les tests d’essais clinique est la plus stricte d’Europe. Martine Laville, docteur en recherche européenne, assure que les patients qui cherchent des essais interdits en France se retournent souvent vers d’autres cliniques européennes où les conditions d’"inclusion" sont plus souples.


Nous avons pu contacter deux volontaires lyonnais. Simon a déjà réalisé un test pour financer en partie ses études en 2011. Aujourd’hui, il envisage de réitérer l’expérience pour "agrémenter son quotidien. Le cas de Rennes fait réfléchir deux secondes, mais soyons honnêtes, le risque zéro n’existe nulle part".

 

Le cas d’Hervé est différent. Ce médecin généraliste de l’agglomération lyonnaise a encouragé ses deux filles à se lancer dans les tests thérapeutiques. "Pour la recherche, c’est essentiel. Jamais je ne me suis imaginé envoyer mes enfants à l’abattoir. Et encore aujourd’hui, même après Rennes, je ne ressens pas le besoin de les dissuader de poursuivre ces tests".

 

Echaudés par les évènements de Rennes, les différents centres de recrutement et autres laboratoires de l’agglomération ont tous refusé de répondre à nos questions, notamment sur la diminution ou non du nombre de volontaires.



Tags : test thérapeutique | tests thérapeutiques | laboratoire |

Commentaires 6

Déposé le 21/01/2016 à 21h18  
Par NicoNico Citer

Je l'ai fait une fois, aucun effet secondaire et 1500 euros dans la poche. Juste la somme qu'il me fallait. Je recommande

Déposé le 21/01/2016 à 14h37  
Par Cordialement Citer

NAPO a écrit le 21/01/2016 à 14h17

vous affirmez que le Monde raconte n'importe quoi ?

Que contrairement à ce que antifa veut faire croire il n'y a pas que des gens dans le besoins qui y participent.
On y trouve des sensibilisés par l'avancé médicale, des étudiants qui veulent mettre du beurre dans les épinards, des gens qui sont là par curiosités, des familiers du domaine médical, des proches de malades et aussi des personnes en recherche d'argents bien sur mais ils ne sont pas une majorité.

Quand à employer exclusivement des criminels ça serait la meilleure façon de biaiser les études à cause d'une population pas forcément représentative et souvent touché par des problèmes d'alcool/drogue etc...

Déposé le 21/01/2016 à 14h17  
Par NAPO Citer

Cordialement a écrit le 21/01/2016 à 13h58

Pour être dans le milieu je peux affirmer que vous racontez n'importe quoi.

vous affirmez que le Monde raconte n'importe quoi ?

Déposé le 21/01/2016 à 13h58  
Par Cordialement Citer

antifa a écrit le 21/01/2016 à 12h02

c'est pas des volontaires c'est des gens qui cherchent a gagner un peu d'argent.
C'est pas par plaisir qu'il prennent des risques. Ils ont besoin d'argent, apres avoir été dépossédés par l'etat.

Les tests devraient etre effectués sur les terroristes et criminels récidivistes ou barbares.

Pour être dans le milieu je peux affirmer que vous racontez n'importe quoi.

Déposé le 21/01/2016 à 12h08  
Par antifa Citer

Pour les Rennais, le quadrillage vert du logo de Biotrial évoquait, avant le drame, la tentation de « l’argent facile ». Fort opportunément, la société achète notamment des encarts publicitaires dans les publications étudiantes et dépose ses flyers dans les universités. Le montant de la rémunération des tests et les disponibilités nécessaires (jusqu’à plusieurs semaines d’hospitalisation) attirent en effet les publics précaires comme les étudiants ou les chômeurs.
En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/sante/article/2016/01/20/essai-therapeutique-je-n-etais-pas-conscient-que-c-etait-jouer-avec-sa-sante_4850405_1651302.html

Déposé le 21/01/2016 à 12h02  
Par antifa Citer

c'est pas des volontaires c'est des gens qui cherchent a gagner un peu d'argent.
C'est pas par plaisir qu'il prennent des risques. Ils ont besoin d'argent, apres avoir été dépossédés par l'etat.

Les tests devraient etre effectués sur les terroristes et criminels récidivistes ou barbares.

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.