Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

Thannberger : “La Bourse chinoise est un casino”

Les Chinois investissent de plus en plus en Bourse et les salles de marché sont de véritables casinos. Interview du Lyonnais Louis Thannberger, patron d'EFI qui introduit des entreprises chinoises à la Bourse de Paris.

L'ambiance dans les salles de marché en Chine ?
Louis Thannberger : Il y a trois salles de marché en Chine : à Shanghai, à Hong Kong et à Shenzhen. Je suis allé à Hong Kong et je peux vous dire que ça ressemble plutôt à une salle de jeu. On se croirait dans un casino ! Tous les jours, ils sont 1 000 à 2 000 qui arrivent à l’ouverture et qui restent jusqu’à la fermeture. Ils scrutent les écrans, surveillent les valeurs qui montent et qui baissent, ils achètent ou vendent... Une vraie salle de spectacle !
Comment vous expliquez ce succès ?
Les Chinois sont des joueurs dans l’âme. Ils aiment parier, perdre, gagner... Mais cet attrait pour la Bourse est aussi lié à l’évolution de l’économie chinoise. A partir des années 1980, la Chine s’est enflammée pour l’économie de marché, et aujourd’hui, les entreprises ont besoin de capitaux pour se développer. Donc elles vont en Bourse pour lever de l’argent et les gens achètent des actions. En fait, la Chine se retrouve dans la même position que Lyon il y a trente ans lorsque j’ai introduit en Bourse des PME lyonnaises qui voulaient se développer.
Le profil de ceux qui investissent en Bourse ?
Ce sont des jeunes, des vieux, des cadres, des retraités... Mais il y a surtout des gens qui se trouvent en bas de l’échelle sociale et qui placent leurs économies. Le problème, c’est qu’ils ne sont pas toujours conscients que la Bourse, c’est aussi de l’incertitude.
Le comportement de ces investisseurs ?
Comme ils n’ont pas de culture boursière, ils achètent à l’instinct. Ou ils lisent la presse, qui elle-même ne comprend pas grand-chose à la Bourse. Ils achètent telle ou telle action parce que tout le monde en parle et parce qu'ils ont entendu dire qu’elle était sous-évalué avant de la revendre quelque jour ou quelques semaines plus tard. Bref, ils passent d’un titre à l’autre sans savoir pourquoi... En ce moment, les valeurs qui ont la cote, ce sont les éoliennes, les minerais, le gaz et les entreprises du secteur pétrolier.
D’autres raisons qui expliquent ce succès ?
Les Chinois pensent que leur pays a encore un énorme potentiel de croissance puisqu’il y a plus de 1,3 milliard d’habitants. Du coup, c’est vrai que le marché intérieur est énorme et ils sont persuadés que la croissance économique va se poursuivre encore vingt ans. De plus, c’est la première fois que les Chinois investissent autant en Bourse, donc pour l’instant ils n’ont jamais vécu de krach boursier et ils n’imaginent pas que tout puisse s’effondrer du jour au lendemain. Alors que tôt ou tard, il y aura un krach.
Pourquoi il y aura un krach boursier ?
Parce que la hausse des valeurs boursières chinoises ne repose pas sur les performances des entreprises, mais sur le fait qu’il n’y a pas assez de titres disponibles. Bref, on assiste en ce moment au gonflement d’une bulle spéculative qui va finir par éclater. Mais ce sera une bonne chose, car les Chinois comprendront qu’il faut être plus prudent avant d’investir en Bourse et deviendront plus réfléchis.
Les entreprises chinoises cotées en Bourse ne sont pas performantes ?
Certaines sont très performantes, mais d’autres ont tendance à exagérer leurs performances et à publier de faux bilans pour faire grimper leur cours de Bourse, d’autant plus qu’il n’y a pas de contrôle et peu de sanctions des autorités chinoises.
Quand la Bourse chinoise peut s’effondrer ?
Je pense qu’au lendemain des Jeux olympiques de Pékin il y aura une sérieuse correction. Mais ensuite, la Bourse chinoise repartira à la hausse jusqu’à l’Exposition universelle de Shanghai en 2010. Puis le marché boursier va chuter et la Bourse chinoise deviendra alors une Bourse comme les autres, c’est-à-dire plus raisonnée et moins spéculative.
Les autorités chinoises ne réagissent pas ?
Les dirigeants chinois sentent bien que la Bourse chinoise est un casino de folie et que les petits porteurs achètent parfois à tort ou à travers. Mais en même temps, ils sont fiers de constater que la Bourse chinoise explose alors que les Bourses occidentales sont moins bien orientées. Pour eux, ça reflète le dynamisme de leur économie.
Mais les patrons chinois ne sont pas conscients du problème ?
Si. Certains comprennent très bien ce qui se passe et c’est pour ça qu’ils préfèrent introduire leur entreprise dans une Bourse européenne. Bien sûr, dans l'immédiat, c'est plus intéressant pour eux de s'introduire à la Bourse de Shanghai, où ils croient pouvoir lever beaucoup d’argent très facilement. Mais sur le long terme, c’est plus risqué et ils préfèrent lever des fonds de manière raisonnable, pour développer des projets précis sans avoir peur de voir leur cours de Bourse s’effondrer du jour au lendemain.

Propos recueillis par Emmanuel Derville



Tags : EFI | Thannberger | Chine |

Commentaires 0

Pas de commentaire pour le moment.

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.