Baisse des subventions : le personnel de la Villa Gillet craint pour son avenir

Baisse des subventions : le personnel de la Villa Gillet craint pour son avenir
La Villa Gillet - LyonMag

Ce mercredi, le personnel de la Villa Gillet a annoncé avoir lancé une pétition de soutien.

Selon eux, l'institution culturelle du 4e arrondissement de Lyon "est en danger". Car depuis le rapport de la Chambre régionale des comptes et l'ouverture d'une enquête préliminaire pour abus de confiance, la Région Auvergne Rhône-Alpes a décidé de baisser sa subvention, à hauteur de "-70%" selon les auteurs de la pétition.

"Depuis plusieurs mois des annonces successives de baisses de subventions (à ce jour -57% par rapport à la dotation 2015 dont -70% de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, notre principal financeur) laissent entrevoir au lendemain des Assises une restructuration impliquant des licenciements massifs, voire la fermeture de l’institution qui, à la mi-mai 2016 n’est toujours pas en mesure de connaître les décisions de ses partenaires et d’établir sur des bases fiables son budget prévisionnel de l’exercice en cours", indique le texte qui enjoint les "citoyens attentifs, lecteurs, auteurs, éditeurs, libraires, journalistes, bibliothécaires..." à s'engager pour sauver la Villa Gillet.

"Nous refusons d’être la première variable d’ajustement du budget de l’institution. Chaque jour, notre savoir-faire singulier et notre longue expérience permettent de rendre le débat d’idées et la littérature accessibles au plus grand nombre, et d’engager des projets de qualité avec tous les acteurs des territoires qui travaillent avec nous depuis des années", conclut le personnel qui compte 16 salariés permanents et 65 techniciens employés sur les évènements de l'institution.

Tags :

villa gillet

17 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
Khiel le 13/05/2016 à 23:19
AAA a écrit le 11/05/2016 à 18h06

"16 salariés permanents et 65 techniciens employés sur les événements", c'est une plaisanterie ? En tant que citoyen attentif, lecteur, auteur, et chercheur universitaire en littérature contemporaine, je suis scandalisé par cette pléthore de salariés pour une institution qui ne touche de quelques privilégiés avertis auxquels j'appartiens (L'affirmation "rendre le débat d’idées et la littérature accessibles au plus grand nombre" est un mensonge). Il faut prendre dans la poche de la direction ce que la direction s'octroie, réduire la masse salariale pour redonner un sens à l'esprit d'inventivité qui n'a pas à favoriser l'élitiste mais la création. Cela participe du dévoiement politique et culturel dont le conseiller du 4è arrondissement Emmanuel Hamelin ( impliqué dans le contrôle de gestion de la Villa) a été directement nommé par Nicolas Sarkozy pour service rendu (à lui même) Inspecteur au Ministère de la Culture, après avoir raté son activité professionnelle (dont les traces sont tjs visibles rue de Cuire), raté sa réélection, et dont les compétences culturelles sont voisines des animaux de sa protégée Frigide Barjot...

Enfin un commentaire pour relever le niveau des critiques, qui pataugent bien souvent dans un anti-intellectualisme primaire.
Je partage l'essentiel sur le fond, le gouffre entre les grands discours de la VG et la réalité sociale, le réel apport culturel. Simple reflet d'une mégalomanie cautionnée et financée par des politiques qui fonctionnent plus au copinage et au clientélisme qu'à l'intégrité et aux exigences.
Je n'en sais pas autant que vous sur E. Hamelin mais il est claireque Messieurs Collomb et Képénékian prennent vraiment leurs administrés pour des imbéciles heureux.

Réduction de la masse salariale, à voir... Mais en tout cas, une sérieuse révision des profils et compétences, ça c'est certain ! Quant aux délires des doubles salaires, primes intégrées, voyages autour de la planète soit-disant indispensables (sans déconner ?!)...

Et en plus, il faudrait raquer 6 € pour avoir l'immense privilège de faire partie "du plus grand nombre" écoutant Russel Banks en ouverture des Assises du Roman ?
Quelle imposture, quel gâchis, quelle honte...

Signaler Répondre

avatar
merci le 13/05/2016 à 21:15

Elle vaut bien 2,5 millions d'euros cette villa Gillet ! Alors vendons la vite ! Merci

Signaler Répondre

avatar
WTF?? le 13/05/2016 à 14:16
mudespentes a écrit le 12/05/2016 à 23h41

Question: à qui sert la Villa Gillet ? Quelle arnaque: la direction s'en met plein les poches, organise des événements ouverts à 23 personnes...Génial comme rayonnement !!! 16 salariés ??? Ben, on ne dirait pas, car lieu hermétiquement fermé; croix-roussienne depuis toujours, je rêve d'une réelle ouverture de ce lieu aux habitants, avec organisation d’événements culturels, soirées débats... Pourquoi nos impôts locaux continueraient de remplir le compte en banque de certains, au détriment de tous les autres !!! Que la Villa Gillet ferme telle qu'elle est, pour mieux ré-ouvrir !!!!

Mais vous n'avez qu'a y aller, qu'est-ce qui vous empêche, qu'est-ce qui vous a empêché toutes ces années? Des soirées avec des débats et des échanges avec des auteurs s'y passent depuis 30 ans.

Signaler Répondre

avatar
Merci patron le 13/05/2016 à 10:29

Quand on lit ça et qu'on sait qu'il y a des écoles qui manquent de moyens, difficile de verser une larme pour cette "institution":
https://www.lyonmag.com/article/77772/au-tour-de-la-villa-gillet-d-8217-etre-visee-par-la-chambre-des-comptes
Extrait de l'article de LM:
"Enfin, la Chambre régionale des comptes pointe du doigt la rémunération de Guy Walter, le directeur de la Villa. Ce dernier, par ailleurs rémunéré par les Subsistances, touchait en 2013 8800 euros bruts par mois après avoir augmenté son salaire annuel de 55% en cinq ans. Il s'est également octroyé une prime de 2000 euros en 2010.
Sans compter les notes de frais passées par l'organisateur des festivals Mode d'emploi et des Assises internationales du Roman : 57 000 euros de taxis, restaurants, téléphone en 2013. Sa carte bleue business a vu son plafond de 2500 euros mensuels plusieurs fois dépassé, parfois pour l'achat inutile de matériel dont dispose déjà Guy Walter

Signaler Répondre

avatar
Ridicule le 13/05/2016 à 08:27
un brin de lucidité a écrit le 12/05/2016 à 09h25

De toute façon, tout le monde à Lyon a tourné la page sur le destin de la VG-- vive l'UEFA 2016 et la puanteur de merguez cramés au-dessus la place Bellecour!

Et pour vous vive le litron de rouge, l'alcoolisme, le RSA et être un perdant dans la vie :)

Signaler Répondre

avatar
mudespentes le 12/05/2016 à 23:41

Question: à qui sert la Villa Gillet ? Quelle arnaque: la direction s'en met plein les poches, organise des événements ouverts à 23 personnes...Génial comme rayonnement !!! 16 salariés ??? Ben, on ne dirait pas, car lieu hermétiquement fermé; croix-roussienne depuis toujours, je rêve d'une réelle ouverture de ce lieu aux habitants, avec organisation d’événements culturels, soirées débats... Pourquoi nos impôts locaux continueraient de remplir le compte en banque de certains, au détriment de tous les autres !!! Que la Villa Gillet ferme telle qu'elle est, pour mieux ré-ouvrir !!!!

Signaler Répondre

avatar
Benoui2 le 12/05/2016 à 17:04
Ceinture pour tout le monde a écrit le 12/05/2016 à 14h30

Mince, fini les bons retos et les taxis? :(

Agnes!!!! sors de ce corps!

Signaler Répondre

avatar
Ceinture pour tout le monde le 12/05/2016 à 14:30

Mince, fini les bons retos et les taxis? :(

Signaler Répondre

avatar
Petitparis le 12/05/2016 à 12:11

eh oui la fête est finie comme pour ERAI qui avait bénéficié des largesses de la Région présidée par Queyranne.Il faut arrêter de financer ces structures parasitaires.

Signaler Répondre

avatar
un brin de lucidité le 12/05/2016 à 09:25

De toute façon, tout le monde à Lyon a tourné la page sur le destin de la VG-- vive l'UEFA 2016 et la puanteur de merguez cramés au-dessus la place Bellecour!

Signaler Répondre

avatar
Nostromo le 12/05/2016 à 06:22
AAA a écrit le 11/05/2016 à 18h06

"16 salariés permanents et 65 techniciens employés sur les événements", c'est une plaisanterie ? En tant que citoyen attentif, lecteur, auteur, et chercheur universitaire en littérature contemporaine, je suis scandalisé par cette pléthore de salariés pour une institution qui ne touche de quelques privilégiés avertis auxquels j'appartiens (L'affirmation "rendre le débat d’idées et la littérature accessibles au plus grand nombre" est un mensonge). Il faut prendre dans la poche de la direction ce que la direction s'octroie, réduire la masse salariale pour redonner un sens à l'esprit d'inventivité qui n'a pas à favoriser l'élitiste mais la création. Cela participe du dévoiement politique et culturel dont le conseiller du 4è arrondissement Emmanuel Hamelin ( impliqué dans le contrôle de gestion de la Villa) a été directement nommé par Nicolas Sarkozy pour service rendu (à lui même) Inspecteur au Ministère de la Culture, après avoir raté son activité professionnelle (dont les traces sont tjs visibles rue de Cuire), raté sa réélection, et dont les compétences culturelles sont voisines des animaux de sa protégée Frigide Barjot...

"Chercheur universitaire en littérature contemporaine"...
Ca laisse rêveur
C'est ce qu'on appelle cracher dans la soupe, en littérature vulgaire

Signaler Répondre

avatar
Ridicule le 12/05/2016 à 05:23
AAA a écrit le 11/05/2016 à 18h06

"16 salariés permanents et 65 techniciens employés sur les événements", c'est une plaisanterie ? En tant que citoyen attentif, lecteur, auteur, et chercheur universitaire en littérature contemporaine, je suis scandalisé par cette pléthore de salariés pour une institution qui ne touche de quelques privilégiés avertis auxquels j'appartiens (L'affirmation "rendre le débat d’idées et la littérature accessibles au plus grand nombre" est un mensonge). Il faut prendre dans la poche de la direction ce que la direction s'octroie, réduire la masse salariale pour redonner un sens à l'esprit d'inventivité qui n'a pas à favoriser l'élitiste mais la création. Cela participe du dévoiement politique et culturel dont le conseiller du 4è arrondissement Emmanuel Hamelin ( impliqué dans le contrôle de gestion de la Villa) a été directement nommé par Nicolas Sarkozy pour service rendu (à lui même) Inspecteur au Ministère de la Culture, après avoir raté son activité professionnelle (dont les traces sont tjs visibles rue de Cuire), raté sa réélection, et dont les compétences culturelles sont voisines des animaux de sa protégée Frigide Barjot...

quelques privilégiés avertis auxquels j'appartiens

Ah ah mon pauvre ami mais pour qui est-ce que vous vous prenez.

Merci en tout cas cher privilégié de vous mêler à la plèbe et nous donner votre avis absolument PASSIONNANT sur cette affaire.

Signaler Répondre

avatar
picsou le 11/05/2016 à 20:52

Il faut fermer les robinets et vendre la villa Gillet . Pas de dépenses inutiles de l'argent des français saignés par les socialistes !!

Signaler Répondre

avatar
ehui le 11/05/2016 à 20:01

Les structures confidentielles et élitistes financées par l'argent des autres doivent aujourd'hui fermer, ou devenir rigoureusement privées. Nous ne sommes plus sous Louis XVI.

Signaler Répondre

avatar
pléthore le 11/05/2016 à 19:45

16 salariés permanents? et 65 techniciens employés sur les évènements?? Ah ouais quand même....

Signaler Répondre

avatar
AAA le 11/05/2016 à 18:06

"16 salariés permanents et 65 techniciens employés sur les événements", c'est une plaisanterie ? En tant que citoyen attentif, lecteur, auteur, et chercheur universitaire en littérature contemporaine, je suis scandalisé par cette pléthore de salariés pour une institution qui ne touche de quelques privilégiés avertis auxquels j'appartiens (L'affirmation "rendre le débat d’idées et la littérature accessibles au plus grand nombre" est un mensonge). Il faut prendre dans la poche de la direction ce que la direction s'octroie, réduire la masse salariale pour redonner un sens à l'esprit d'inventivité qui n'a pas à favoriser l'élitiste mais la création. Cela participe du dévoiement politique et culturel dont le conseiller du 4è arrondissement Emmanuel Hamelin ( impliqué dans le contrôle de gestion de la Villa) a été directement nommé par Nicolas Sarkozy pour service rendu (à lui même) Inspecteur au Ministère de la Culture, après avoir raté son activité professionnelle (dont les traces sont tjs visibles rue de Cuire), raté sa réélection, et dont les compétences culturelles sont voisines des animaux de sa protégée Frigide Barjot...

Signaler Répondre

avatar
Benoui2 le 11/05/2016 à 17:54

les 65 techniciens sont ils sous le régime des intermittents?
.. idem pour les 16 salariés?

depuis le temps qu ils voyaient les dérives de gestion, ils auraient pu s y attendre, non? ... et prendre les devants
ou alors, ils avaient peut être une ambition de changer tout de l intérieur?
... ou alor, ce sont peut être de grands naïfs...

je reste perplexe sur cette Villa Gilet, qui apparait a mes yeux comme une fumisterie pour le quidam et une sacré tirelire pour des happy fews... qui connaissent bien les ficelles..

a voir

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.