Cumul des mandats : les députés LR du Rhône visés par le statu quo de Fillon

Cumul des mandats : les députés LR du Rhône visés par le statu quo de Fillon
Philippe Cochet, ici avec Laurent Wauquiez - LyonMag

Candidat Les Républicains à la présidentielle 2017, François Fillon a décidé de ne pas revenir sur la loi sur le non-cumul des mandats en cas de victoire.

Et comme il prépare actuellement les élections législatives, qui auront lieu en juin, l'ancien Premier ministre doit agir en conséquence auprès des candidats déclarés.
Une centaine en France sont directement concernés par cette loi, puisqu'ils sont déjà maires ou présidents de collectivités.

Dans le Rhône notamment, ils sont trois Républicains à devoir choisir entre l'Assemblée nationale et leur siège local : Philippe Cochet, député-maire de Caluire, Bernard Perrut, député-maire de Villefranche et Christophe Guilloteau, député et président du Département du Rhône. Patrice Verchère a lui anticipé en abandonnant son siège de maire de Cours-la-Ville. Il y a aussi le cas de Laurent Wauquiez, président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes et député de Haute-Loire.
Et enfin, les nouveaux candidats à la députation que sont Alexandre Vincendet et Jérôme Moroge sont de jeunes maires, de Rillieux et de Pierre-Bénite. On les imagine mal tirer un trait sur leur municipalité, trois ans après avoir remporté les élections, dans un contexte fort de passage à droite.

Le problème pour Cochet, Perrut et Guilloteau, c'est qu'ils bottent en touche à chaque fois que la question est posée. "Je donnerai ma position quand je serai sûr qu’elle sera appliquée. Mais je n’envisage pas qu’on ne revienne pas sur cette loi", déclarait en décembre le maire de Caluire au Progrès.

Pour le premier et le deuxième, la préparation de leur succession dans leur mairie respective n'a pas fuité. Pour Christophe Guilloteau, le Rhône semble avoir pris le dessus sur l'Assemblée, il chercherait un candidat pour sa circonscription.

Ils auront tous jusqu'au 14 janvier, date fixée par les Républicains, pour faire connaître leur choix. Et à défaut pousser sur le devant de la scène un nouveau candidat pour les législatives. "Il faudra choisir", tranche de toute manière Jean-François Lamour, président de la commission d'investiture.

X
7 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
Montessuy le 05/01/2017 à 15:07

Moi j'aime bien mon Maire et mon Député. En plus il est Député-Maire

Signaler Répondre

avatar
Philou69 le 04/01/2017 à 13:49

Cela m'étonnerait que jmoroge choisisse de rester Maire
de PB si il est élu député (ce qui est très probable vu la
circo) On gagne plus avec moins d'em... en étant député.
La rumeur dit que l'adjoint majdalani prendrait la suite.

Signaler Répondre

avatar
élus obs le 03/01/2017 à 15:43

Loi évidente, ne serait-ce que pour le conflit d'intérêts entre les collectivités. Un maire doit défendre sa commune, pas l'Etat. Un parlementaire doit travailler pour l'Etat, pas pour son département, etc. Retrouvons les chemins de la démocratie dont les partis se sont très largement écartés !

Signaler Répondre

avatar
bob le 03/01/2017 à 13:21
montreux a écrit le 03/01/2017 à 10h49

Moi je trouve ridicule d'envoyer à l'assemblée des élus qui n ont pas un autre mandat.
Le cumul n 'est pas un problème

Il est tout à fait possible d'être élu municipal et député... ce qui n'est pas possible c'est d'être maire.

L'encrage local à bon dos...

Signaler Répondre

avatar
le monde à l'envers le 03/01/2017 à 12:26
montreux a écrit le 03/01/2017 à 10h49

Moi je trouve ridicule d'envoyer à l'assemblée des élus qui n ont pas un autre mandat.
Le cumul n 'est pas un problème

le parlementaire n'est pas à l'assemblée ou au Sénat pour défendre le bout de gras particulier d'un territoire
Il vote les lois applicables à tous les territoires, des lois d'intérêt général

Le parlement n'est pas pour des querelles de clocher, sa mission est beaucoup plus élevée - Dommage que les mandatés la prennent comme un titre honorifique pour en tirer avantages et privilèges et sont prêts à tuer père et mère pour maintenir cette "royauté" alors que ce sont les contribuables qui sont leurs employeurs et devraient décider eux mêmes de ce qu'ils octroient à leurs mandataires

Signaler Répondre

avatar
Jeansais le 03/01/2017 à 11:45
montreux a écrit le 03/01/2017 à 10h49

Moi je trouve ridicule d'envoyer à l'assemblée des élus qui n ont pas un autre mandat.
Le cumul n 'est pas un problème

C''est bien vrai ça puisqu' ils ont tous le pouvoir d'ubiquité !
homme ( ou1 femme) = 1 mandat renouvelable -1 fois voire 2
Plus de carriérisme dans la vie politique
élu c'est un service - être au service - pas se servir, ni un métier !!
De l'air , de l'air... pour un changement d’ère politique...

Signaler Répondre

avatar
montreux le 03/01/2017 à 10:49

Moi je trouve ridicule d'envoyer à l'assemblée des élus qui n ont pas un autre mandat.
Le cumul n 'est pas un problème

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.