Trop proches de la raffinerie de Feyzin, trois entreprises et 200 emplois obligés de partir

Trop proches de la raffinerie de Feyzin, trois entreprises et 200 emplois obligés de partir
La raffinerie de Feyzin - LyonMag

Validé en octobre, le Plan de prévention des risques technologiques de la Vallée de la chimie prévoit des dispositions pour 10 communes rhodaniennes, situées non loin de la raffinerie de Feyzin.

En cas d’incident majeur pour cette dernière, elles et leurs habitants seraient en première ligne, à commencer par Feyzin et Saint-Fons.
Pour la première nommée, 67 logements et entreprises ont la possibilité de vendre leur bien à l’Etat, ou de rester à condition de réaliser des travaux comme un grand mur pour protéger leur propriété.

La décision la plus radicale de ce PPRT reste l’évacuation de l’île de la Chèvre, simplement séparée de la raffinerie par un mince bras du Rhône. La préfecture du Rhône veut en interdire l’accès et a donc demandé aux trois entreprises sur place, ITC, Plymouth et Domaine de Chapelan, de déménager. Et donc de relocaliser ailleurs près de 200 emplois toutes entreprises confondues.

Une injonction qui passe mal auprès de certains, comme le patron de Plymouth qui révèle au Progrès avoir déposé un recours devant le tribunal administratif de Lyon. Son entreprise est implantée sur l’île de la Chèvre depuis 1935… Et il n’envisage pas de partir au prix fixé par l’Etat qui souhaite verser 70 millions d’euros aux trois entreprises alors qu’un déménagement et l’arrêt temporaire des activités de Plymouth ont été estimés à 50 millions d’euros par son assureur.

9 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
zeus. le 10/01/2017 à 16:48
PPRT a écrit le 09/01/2017 à 09h13

C'est un faut débat. L’État exproprie, certes, mais tout simplement parce qu'une entreprise privée n'a pas le droit de le faire.

Le financement des expropriations est bien en partie pris en charge par les industriels à l'origine des risques.

Pouvez vous m'expliquer comment Total qui ne paie pas d’impôts en France malgré des bénéfices de plusieurs dizaines de milliards d'euro, prend en charge le financement des expropriations ?

D'ailleurs que personne n'oublie que Total va toucher 80 millions d'euro au titre du CICE.

Signaler Répondre

avatar
PPRT le 09/01/2017 à 09:13
zeus. a écrit le 08/01/2017 à 14h41

Je me permets de répondre à votre commentaire qui semble être de bonne foi par une question :

Quand les normes agricoles évoluent, par exemple sur les effluents d'élevage ou sur les locaux de fabrication de fromage à la ferme, qui finance ces mises aux normes ? L'état (avec mes impots, donc moi) ou les agriculteurs ?

La réponse est : les agriculteurs.

Donc ceux qui ont le moins d'argent doivent payer, ceux qui en ont une quantité astronomique (Total) n'ont rien a payer. Normal ?

C'est un faut débat. L’État exproprie, certes, mais tout simplement parce qu'une entreprise privée n'a pas le droit de le faire.

Le financement des expropriations est bien en partie pris en charge par les industriels à l'origine des risques.

Signaler Répondre

avatar
A 7 le 09/01/2017 à 08:39

Quelle solution pour l'autoroute A7 et ses usagers ?

Signaler Répondre

avatar
zeus. le 08/01/2017 à 14:41
polo69 a écrit le 07/01/2017 à 23h06

L'Etat étant le garant de la vie de ses citoyens, il me paraît normal, lorsqu'il impose des normes plus contraignantes, qu'il participe. Le contraire serait choquant et ruineux pour l'activité de la raffinerie. Ici l'Etat est dans son rôle.

Je me permets de répondre à votre commentaire qui semble être de bonne foi par une question :

Quand les normes agricoles évoluent, par exemple sur les effluents d'élevage ou sur les locaux de fabrication de fromage à la ferme, qui finance ces mises aux normes ? L'état (avec mes impots, donc moi) ou les agriculteurs ?

La réponse est : les agriculteurs.

Donc ceux qui ont le moins d'argent doivent payer, ceux qui en ont une quantité astronomique (Total) n'ont rien a payer. Normal ?

Signaler Répondre

avatar
Post monétaire le 08/01/2017 à 12:49
franjo a écrit le 08/01/2017 à 08h02

Pourquoi des travaux de sécurisation de l'environnement ne sont-ils pas imposés à l'exploitant de la raffinerie ? C'est quand même lui le responsable de cette situation !
Le principe du pollueur-payeur a vraiment du mal à s'imposer dans ce pays !!!

Parce que si on leur impose cela, ils se cassent à l'étranger où les lois ne seront pas "dangereuses" pour leurs bénéfices.

ça s'appelle : le chantage à l'emploi, et ça marche très bien ce chantage là.
:o)

Aucune solution sereine dans un système monétaire.

Signaler Répondre

avatar
franjo le 08/01/2017 à 08:02

Pourquoi des travaux de sécurisation de l'environnement ne sont-ils pas imposés à l'exploitant de la raffinerie ? C'est quand même lui le responsable de cette situation !
Le principe du pollueur-payeur a vraiment du mal à s'imposer dans ce pays !!!

Signaler Répondre

avatar
polo69 le 07/01/2017 à 23:06

L'Etat étant le garant de la vie de ses citoyens, il me paraît normal, lorsqu'il impose des normes plus contraignantes, qu'il participe. Le contraire serait choquant et ruineux pour l'activité de la raffinerie. Ici l'Etat est dans son rôle.

Signaler Répondre

avatar
oh ! le 07/01/2017 à 22:40

@zeus Pauvre petit !!!! Arrête de regarder encore ton nombril et de penser qu'à toi !! Grandit !!

Signaler Répondre

avatar
zeus. le 07/01/2017 à 15:59

euh c'est pas l'état qui achete, c'est moi, avec mes impots.

C'est a la raffinerie de payer puisqu'elle met les gens en danger, pas à moi !!!!

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.