Edvige : "Un fichier liberticide" selon Tête

Edvige : "Un fichier liberticide" selon Tête

Adjoint au maire de Lyon, Etienne Tête a déposé un recours contre le système Edvige, qui permet notamment de ficher les élus.

Le principe de ce fichier ?
Etienne Tête : Le fichier Edvige, dont le décret d’application a été publié le 1er juillet, va permettre de ficher les élus, les syndicalistes et tous ceux qui sollicitent un mandat, mais aussi les mineurs à partir de 13 ans. Et ce fichier sera géré par la Direction centrale du renseignement, qui regroupe les anciennes directions des RG et de la DST. Ce qui provoque une très forte mobilisation. D’ailleurs, une pétition lancée le 10 juillet a déjà recueilli plus de 70 000 signatures.
Ce que vous reprochez à Edvige ?
C’est un fichier liberticide. Voilà pourquoi j’ai déposé un recours devant le Conseil d’Etat pour faire annuler la création d’Edvige. En m’appuyant sur l’article 8 de la Convention européenne des droits de l’homme, qui garantit le droit au respect de la vie privée et familiale. Sauf en cas par exemple d’atteinte à la sécurité publique ou à la sûreté nationale. Mais le premier article du décret instituant Edvige est beaucoup plus général.
En quoi ces fiches seront différentes des anciennes fiches des RG ?
Elles permettront de noter toutes les informations “nécessaires au gouvernement ou à ses représentants pour l’exercice de leurs responsabilités”. Bref, ça va bien plus loin que les règles fixées par la loi. Du coup, c’est la porte ouverte à toutes les dérives. D’autant plus qu’il sera désormais possible de collecter des informations totalement inutiles, comme l’orientation sexuelle d’un élu. Et je ne vois pas en quoi ça porte atteinte à la sûreté de l’Etat.

0 commentaire
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.