Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

Photo d'illustration - LyonMag

Lyon : les salariés de Ouibus en grève surprise ce samedi

Photo d'illustration - LyonMag

Plusieurs bus n’ont pas pu partir de la gare Lyon-Perrache.

Les 17 salariés de Ouibus se sont mis en grève ce samedi matin sans avoir prévenu les usagers, pour une durée indéterminée. Plusieurs bus en direction de Genève et Milan à l'international ainsi que vers Dijon et Paris en France n’ont pas pu rejoindre leurs destinations.

 

La raison avancée par les responsables syndicaux : la direction de la compagnie de bus low-cost a annoncé le transfert de son activité vers un sous-traitant, les cars Faure, la semaine prochaine. Toujours selon les grévistes, la direction leur a demandé de démissionner pour re-signer un contrat en CDI chez ce même sous-traitant.

 

Par ce mouvement de grève, ils veulent obtenir une réunion avec leur direction pour se mettre d’accord sur leurs conditions de transfert. Selon France 3, la direction a, elle, accepté de les rencontrer si seulement les salariés stoppaient le mouvement. Contacté par la chaîne de télévision, la direction de la filiale de la SNCF n’a pas souhaité donner son point de vue sur la situation.



Tags : ouibus | Lyon |

Commentaires 3

Déposé le 30/05/2017 à 13h33  
Par zeus. Citer

aucun respect pour les clients, est-ce la bonne solution pour avoir le soutien du public ?

Surtout qu'ils ont juste à ne pas démissionner. La direction change, c'est à la direction de faire les démarches.

Déposé le 27/05/2017 à 23h43   Depuis l'application iPhone Lyonmag  
Par macron Citer

Je suis de tous cœur avec les chauffeurs y'a une carotte derrière n'est ce pas ce système que macron défendait il faut revoir le secteur du transport

Déposé le 27/05/2017 à 17h56  
Par Bon courage les gars ! Citer

Ces chauffeurs ont raisons d'être très inquiets !!

Si il y a transfert d'activité, les contrats suivent et doivent être repris en l'état par le repreneur.

Donc les deux directions (ouibus/faure) masquent leur vraies intentions.

Une démission, c'est une démission. Rien n'oblige le repreneur a reprendre la personne démissionnaire.

Ensuite qui dit nouveau contrat, dit nouvelles conditions (horaires, salaire, primes etc).

Vous le voyez l'entourloupe est au moins a deux niveaux !!

Ensuite, pour avoir travailler chez le repreneur. Ces chauffeurs doivent s'attendre et se préparer, a plusieurs choses.

Sections de travail en trois fois dans la journée (6h30/9h30//11h15/13h30// 16h30/19h30).

Travailler au moins deux week-ends par mois...

Avoir ses horaires la veille pour le lendemain...

Un turn-over impressionnant...

Des instances représentatives du personnel, complaisantes...

Autant dire, que la présence de syndiqués et élus CGT, présente un risque certain pour le repreneur !

Ces chauffeurs ont "gouter" au low-coast SNCF, ils vont goûter au low-coast "tu bosse et tu te tais" du "privé"...

Défendez vos droits les gars. Saisissez l'inspection du travail et agissez sur le terrain du droit.

Bon courage les gars !!

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.