Lyon : grève du personnel chez Hollister à Confluence

Lyon : grève du personnel chez Hollister à Confluence
L'entrée de la boutique Hollister du centre commercial de la Confluence - LyonMag

Depuis ce mercredi, une partie des employés de la boutique Hollister du centre commercial de la Confluence est en grève.

Tant pis pour les soldes. Débutée ce mercredi, cette période tant attendue des consommateurs est marquée par une grève du personnel de la boutique de prêt-à-porter Hollister du centre commercial de la Confluence.

En cause, des conditions de travail qui deviennent de plus en plus compliquées pour les salariés. Ouverte en 2013, la boutique est passée de 250 employés à son ouverture à une cinquantaine aujourd'hui. La dose de travail est donc logiquement devenue astronomique pour le personnel.

De plus, les travailleurs souffrent d'erreurs logistiques fréquentes qui détériorent encore un peu plus les conditions.

Dernier point d'achoppement : les salaires. Alors que des primes sur objectifs existent bel et bien, celles-ci sont réservées aux directeurs et aux managers, a expliqué au Progrès Raad Hanimochy, représentant syndical de l'enseigne.

Face à la gronde, la direction de la boutique s'est montrée peu compréhensive, en proposant notamment à certains salariés de remplacer les grévistes.

Le mouvement, qui pourrait se poursuivre au vu de la position de la direction, devrait s'étendre à l'ensemble des boutiques Hollister et Abercrombie & Fitch (propriétaire de la marque) de France.

10 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
Post monétaire le 01/07/2017 à 10:55
Nostromo a écrit le 30/06/2017 à 20h52

Oui, Hamon est le seul à avoir cette vision dure, mais assez réaliste je crois, de notre future société
Il est malheureusement arrivé une génération trop tôt, peut être deux...
Et surtout il est arrivé après le pire président qu'il était possible d'imaginer, sans ambition, sans vision. Le néant absolu
Benoit Hamon ne mérite pas ce qui lui est arrivé.
J'espère qu'il pourra nous revenir vu qu'il est encore jeune et que ses idées sont incontestablement des idées d'avenir (en dehors de tout clivage politique)

Rappelez nous, il faisait comment pour financer son "revenu universel" ?

Dans les pays où ça existe, les revenus viennent de l'exploitation du pétrole ou d'autres ressources naturelles...

En France ?

Signaler Répondre

avatar
Nostromo le 30/06/2017 à 20:52
un brin de lucidité a écrit le 29/06/2017 à 21h55

C'est vrai. Il n'y a que les politiciens malhonnêtes qui parlent de l'importance de 'créer' de l'emploi. Pour l'employeur, ses salariés ce sont des charges lourdes et pénibles qui ne font que ronger les profits à la fin d'une exercice de travail.
Benoît Hamon n'a pas gagné, mais il avait la lucidité d'évoquer l'évaporation de l'emploi avec son idée utopique d'un salaire de base pour tout le monde. Malheureusement, les tendances nihilistes aux Etats-Unis nous montrent un avenir sombre : faites en sorte que les gens tombent malade vite (retour des mines du charbon) et meurent avec certitude lorsque la couverture de santé sera retirée.....

Oui, Hamon est le seul à avoir cette vision dure, mais assez réaliste je crois, de notre future société
Il est malheureusement arrivé une génération trop tôt, peut être deux...
Et surtout il est arrivé après le pire président qu'il était possible d'imaginer, sans ambition, sans vision. Le néant absolu
Benoit Hamon ne mérite pas ce qui lui est arrivé.
J'espère qu'il pourra nous revenir vu qu'il est encore jeune et que ses idées sont incontestablement des idées d'avenir (en dehors de tout clivage politique)

Signaler Répondre

avatar
David69100 le 30/06/2017 à 15:02

250 SALARIES Y a une erreur c'est une boutique de vêtements pas l'usine !

Vu la taille de la boutique y a pas besoin d'être 50 c'est fou !

Signaler Répondre

avatar
POURRISTER le 30/06/2017 à 11:30

avatar
bye! le 30/06/2017 à 11:12

abercrombie et fitch marques de bobos pour mieux exploiter

next

Signaler Répondre

avatar
Post monétaire le 30/06/2017 à 11:06

"............En cause, des conditions de travail qui deviennent de plus en plus compliquées pour les salariés. ............."

Ha merde... encore le fric derrière ces prises de tête ???

M'enfin ! c'est fou cette histoire ! :o)

Vive la rentabilité qui pousse à écraser l'humain et son environnement ! :o)

Signaler Répondre

avatar
un brin de lucidité le 29/06/2017 à 21:55
Nostromo a écrit le 29/06/2017 à 20h48

Il n'y a pas que le commerce
C'est le travail au sens large qui disparait
Qu'on ait la volonté ou pas pour lutter conte ce phénomènes ne change pas grand chose à mon avis
Un magasin, son stock et son personnel couteront toujours plus cher qu'un entrepôt automatisé
Demain, ce seront les transports (avions, trains, bateaux...), après demain, les cours de fac (plus de problème de place dans les amphis) et un peu plus tard la médecine, les prises de sang, et même le psy auquel on aura recours avant de mourir d'ennui
Bref, le monde du travail est plié. Ce n'est qu'une question de temps

C'est vrai. Il n'y a que les politiciens malhonnêtes qui parlent de l'importance de 'créer' de l'emploi. Pour l'employeur, ses salariés ce sont des charges lourdes et pénibles qui ne font que ronger les profits à la fin d'une exercice de travail.
Benoît Hamon n'a pas gagné, mais il avait la lucidité d'évoquer l'évaporation de l'emploi avec son idée utopique d'un salaire de base pour tout le monde. Malheureusement, les tendances nihilistes aux Etats-Unis nous montrent un avenir sombre : faites en sorte que les gens tombent malade vite (retour des mines du charbon) et meurent avec certitude lorsque la couverture de santé sera retirée.....

Signaler Répondre

avatar
Nostromo le 29/06/2017 à 20:48
un brin de lucidité a écrit le 29/06/2017 à 11h14

C'est pareil partout, le commerce. Les patrons se fient des conditions du travail des salariés, exigeant toujours plus sans avoir rien à proposer en contrepartie pour motiver les troupes. Au contraire! c'est marche ou crève aujourd'hui. Méfiez-vous et regardez à l'autre côté de l'Atlantique où les magasins ferment partout et Amazon lorgne le créneau des produits alimentaires. Bientôt nous nous utiliserons le verbe 'amazoning' pour désigner 'faire les courses', il n'y a pas de volonté pour arrêter le rouleau-compresseur qu'incarne Amazon dans notre société aujourd'hui.

Il n'y a pas que le commerce
C'est le travail au sens large qui disparait
Qu'on ait la volonté ou pas pour lutter conte ce phénomènes ne change pas grand chose à mon avis
Un magasin, son stock et son personnel couteront toujours plus cher qu'un entrepôt automatisé
Demain, ce seront les transports (avions, trains, bateaux...), après demain, les cours de fac (plus de problème de place dans les amphis) et un peu plus tard la médecine, les prises de sang, et même le psy auquel on aura recours avant de mourir d'ennui
Bref, le monde du travail est plié. Ce n'est qu'une question de temps

Signaler Répondre

avatar
un brin de lucidité le 29/06/2017 à 11:14

C'est pareil partout, le commerce. Les patrons se fient des conditions du travail des salariés, exigeant toujours plus sans avoir rien à proposer en contrepartie pour motiver les troupes. Au contraire! c'est marche ou crève aujourd'hui. Méfiez-vous et regardez à l'autre côté de l'Atlantique où les magasins ferment partout et Amazon lorgne le créneau des produits alimentaires. Bientôt nous nous utiliserons le verbe 'amazoning' pour désigner 'faire les courses', il n'y a pas de volonté pour arrêter le rouleau-compresseur qu'incarne Amazon dans notre société aujourd'hui.

Signaler Répondre

avatar
Et oui..... le 29/06/2017 à 10:13

Et oui, l'arrière boutique des soldes.
Dommage pour ces salariés d'avoir des patrons aussi imbus de leurs conditions.

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.