Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

Giordano : “Il faut exporter le modèle lyonnais”

Nouveau maire écologiste du 9e arrondissement, Alain Giordano considère que les Verts doivent suivre la stratégie réformiste que Gérard Collomb défend au PS. Interview.

Est-ce que les Verts ne sont pas aujourd’hui dans une impasse ?
Alain Giordano : Non. Moi, chaque fois que je vais à un congrès national des Verts, c’est un véritable bol d’air, car j’ai besoin de leur idéalisme pour avancer en politique. En revanche, je crois qu’ils ont aujourd’hui assez d’élus de terrain pour se servir de leur expérience au lieu de se limiter à une réflexion purement théorique.
Qu’est-ce qui vous pousse à faire ce diagnostic à contre-courant ?
J’ai toujours été chez les Verts un modéré et je reste partisan d’une démarche pragmatique. Tout en restant éloigné des combines d’appareil. Mais j’ai observé le parcours de Gérard Collomb. Après avoir démontré sa capacité à gérer efficacement la ville de Lyon et la Communauté urbaine, il a décidé de rassembler les grands élus PS de province pour défendre une ligne réformiste dans son parti. Pour moi, c’est un exemple à suivre.
Mais certains socialistes reprochent à Collomb de ne plus être de gauche...
Je me souviens même qu’après les élections municipales de 2001, certains Verts m’expliquaient que le maire de Paris allait faire beaucoup plus de choses parce qu’il était plus à gauche que Collomb et qu’il avait plus la fibre écolo... Eh bien moi, je suis complètement revenu de Delanoë, alors que j’ai pu apprécier la méthode Collomb.
Pourquoi vous avez été déçu par Delanoë ?
Parce qu’à force de se fixer des objectifs théoriques un peu trop jusqu’au-boutistes, on finit par ne rien faire ou par avancer moins vite. Prenez par exemple les Vélo’v. Decaux l’a d’abord proposé à la ville de Paris. Mais Delanoë a jugé que c’était irréaliste alors que certains Verts parisiens refusaient d’associer ce marché vélo à celui des réseaux de panneaux d’affichage. Résultat : on l’a fait à Lyon et on a démontré que c’était efficace et pas cher. Et ce n’est qu’après que Paris a suivi.
Vous pensez que pour l’écologie, Lyon est plus en avance que Paris ?
Oui. Avec le Vélo’v, les berges du Rhône, les bâtiments haute qualité environnementale... Ce qui démontre bien que Collomb, même s’il était au départ moins écolo que Delanoë, a été plus efficace parce qu’il est plus ouvert et qu’il a trouvé des solutions opérationnelles.
Vous-même, est-ce que vous êtes bien placé pour faire évoluer les Verts ?
Oui. Car en tant que président du groupe des Verts au conseil municipal, j’ai démontré qu’on pouvait faire avancer beaucoup plus vite les dossiers en s’affirmant comme un partenaire loyal mais exigeant de Collomb. Et je crois même que le 9e arrondissement est particulièrement exemplaire.
En quoi le 9e arrondissement vous paraît exemplaire ?
On a installé une toiture photovoltaïque sur la piscine de Vaise pour produire de l’électricité, on a construit le premier gymnase HQE à la Duchère avec une toiture végétalisée, on a inauguré le premier supermarché HQE à Champvert... Mais ce n’est qu’un début puisqu’on va réaménager le parc du Vallon et le jardin des Saules, mettre en valeur le vallon de la Cressonnière, créer de nouveaux sentiers piétonniers... Sans oublier les rives de Saône.
Comment vous comptez agir pour faire évoluer les Verts ?
Je ne peux rien faire seul. D’ailleurs, si on a réussi à faire bouger les choses à Lyon, c’est qu’on a joué collectif. C’est pourquoi j’ai réuni fin septembre à Lyon Dominique Voynet, maire de Montreuil, Noël Mamère, maire de Bègles, Jacques Boutault, maire du 2e arrondissement de Paris, le député européen Alain Lipietz... Car c'est avec ces élus locaux qu’on arrivera à faire bouger les choses.
Mais en tant que maire d’arrondissement, vous avez quand même des pouvoirs limités.
Le 9e, c’est quand même 50 000 habitants. Ce qui est beaucoup plus que de nombreuses sous-préfectures. Et un maire d’arrondissement, même s’il dépend de la mairie centrale, a les moyens de se faire entendre et de faire avancer des projets pour ses quartiers. Collomb l’a d’ailleurs démontré quand il était à ma place. Alors qu’il était à l’époque dans l’opposition, il a obtenu de Raymond Barre la requalification de Vaise, la rénovation de la Duchère... Ce qui démontre là encore l’efficacité d’une stratégie pragmatique.
Vous pensez que les Verts peuvent écouter un discours aussi pragmatique ?
Ce ne sera pas facile. En tant qu’élu, j’ai l’impression de faire évoluer les choses dans le bons sens. Mais la méthode de travail que nous avons mise au point avec Gérard Collomb, ça marche. Les Verts doivent même exploiter ce bilan pour renforcer leur crédibilité, ce qui leur permettra dans le futur d’exercer de nouvelles responsabilités. Bref, il faut exporter le modèle lyonnais.
Mais certains Verts semblent plutôt tentés par un rapprochement avec José Bové...
Ce serait pour moi une erreur. José Bové mène une action courageuse contre les OGM et c’est un homme sympathique. Mais se rapprocher de lui signifiera plutôt une dérive des Verts vers l’extrême gauche et les partisans de la décroissance. Or, ce côté pur et dur fait plutôt peur aux électeurs. Prenez la voiture : il faut laisser évoluer les gens plutôt que de culpabiliser tous les automobilistes car au final on fera évoluer plus rapidement les choses.
Pour vous, quelle est la bonne méthode ?
Discuter et convaincre. Comme sur les berges du Rhône. Les Lyonnais avaient peur de voir disparaître trop de places de parking mais on a multiplié les réunions. Et  ils ont compris qu’on allait aussi construire des parkings souterrains qui étaient bloqués depuis des années. Du coup, ils ont amendé ce projet en exigeant même plus de verdure.
Certains Verts vous reprochent d’être trop conciliant avec Collomb...
Je ne suis pas un godillot de Collomb ! Sur chaque projet, on se fait entendre. Mais il faut savoir travailler en amont sur chaque dossier. Et non pas se contenter de protester quand les projets sont ficelés.
Mais sur le grand stade de Décines par exemple, vous l’avez suivi sans discuter !
Non. On a obtenu que ce soit l&rs



Tags : Verts | giordano | alain giordano |

Commentaires 0

Pas de commentaire pour le moment.

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.