Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

Crise : “On a presque touché le fond !”

La crise boursière n’a pas épargné les valeurs régionales qui sont toutes en chute libre. Les explications d’Alain Tholon, analyste financier chez Oddo.

Les conséquences de la crise boursière sur les valeurs régionales ?
Alain Tholon : La totalité des valeurs régionales sont en chute libre. Et cette crise est tellement forte qu’elle touche même des entreprises très performantes. C’est le cas de la SSII Sword qui a vu son cours divisé par deux ! Même chose pour GL events, entreprise d’événementiel très dynamique, dont le cours est passé de 40 à 14 euros.
Certaines valeurs résistent mieux ?
Oui, la casse est plus limitée pour l’assureur April dont l’action est passée de 46 à 32 euros. A noter qu’Akka Technologie, une société d’ingénierie, résiste aussi bien avec une action aujourd’hui à 12,6 euros contre 14,5 euros. Mais la seule valeur pour l’instant qui semble épargnée par la crise c’est Clasquin, spécialisé dans le logistique de transport, qui a réussi à maintenir son cours autour de 15 euros.
Pourquoi nos valeurs régionales sont autant touchées par la crise ?
Parce que beaucoup de ces valeurs ont été achetées par des fonds communs de placement français mais aussi anglo-saxons qui vendent aujourd’hui toutes leurs actions. D’où cet effondrement. Le problème est qu’en période de crise, les investisseurs préfèrent garder les grosses valeurs du CAC 40 et vendent plutôt les valeurs moyennes, c’est-à-dire les valeurs régionales, par crainte de ne pas avoir assez de liquidités.
Que faire aujourd’hui si on a des actions ?
Ne surtout pas vendre, c’est trop tard. Je conseille plutôt d’attendre car le cours de la plupart des valeurs régionales va remonter dans les prochains mois. C’est obligatoire.
Vous conseillez d’acheter ?
Oui. Le cours est tellement bas qu’on peut faire aujourd’hui de bonnes affaires. Moi, je conseillerais de miser sur des valeurs sures comme GL Events ou Sword, dont le cours s’est effondré. Mais qui remontera sans aucun doute.
Quelles sont les perspectives ?
Le plus inquiétant dans cette crise, c’est qu’on n’a aucune visibilité. On ne sait pas vraiment ce qui va se passer dans les mois à venir. Moi, je pense qu’on a presque touché le fond. Même si certaines valeurs peuvent encore perdre 5 % voire 10 % dans les prochaines semaines. Il faut garder espoir. Rien n’est perdu mais tout reste à faire.



Tags : crise financière | alain tholon |

Commentaires 0

Pas de commentaire pour le moment.

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.