L'égalité femme-homme un an après l'investiture de Macron : un bilan en demi-teinte

L'égalité femme-homme un an après l'investiture de Macron : un bilan en demi-teinte
Photo d'illustration - DR

Il y a un an Emmanuel Macron était élu président de la République. 365 jours après son entrée à l'Elysée, la rédaction de LyonMag a décidé de s'intéresser aux promesses tenues et non tenues du candidat, notamment celle de l'égalité entre les hommes et les femmes.

Lors de sa campagne, Emmanuel Macron avait annoncé des actions pour aider les femmes à obtenir plus d'égalité avec les hommes, dans le domaine du travail, de la vie familiale mais aussi à lutter contre le harcèlement.

Lors d'un déplacement dans une entreprises en mars dernier, à l'occasion de la journée du droit des femmes, le président avait tenu à rappeler que "l'égalité hommes-femmes rend les entreprises plus performantes et plus innovantes". Pour le chef de l'Etat, promouvoir une égalité pareille "est à la fois un devoir politique et moral".

 

A cette même date, le gouvernement avait annoncé les mesures qui allaient être mises en place pour lutter par exemple contre l'écart salarial. Pour Muriel Pénicaud, ministre du Travail, cette digression devrait être supprimer d'ici trois ans.

 

Mais selon Michèle Vianès, présidente de l'association "Regards de femmes" à Lyon, le bilan de cette première année présidentielle est en demi-teinte. Le harcèlement sexuel au cœur des préoccupations du quinquennat, la diplomatie féministe affirmée par le gouvernenement et l'intervention très forte de François Delattre, ambassadeur de France à New-York, concernant la présence de femme dans les accords de paix sont pour elle "des points très positifs".

 

En ce qui concerne la France Métropolitaine et ultramarine, elle reste moins positive. "Il est vrai que la campagne ''Me too'' a permis une prise de conscience et de parole des femmes partout. Et ça s'est un effet qui a permis à tout ce qu'a annoncé le président dans sa campagne d'être reconnu. Les violences et le sexisme, plus ou moins ordinaire […], sont maintenant considérés comme tels. Par ailleurs, concrètement dans les entreprises, […] la participation des femmes à des hauts postes en entreprise, il n'y a rien de nouveau. […] Et en ce qui concerne le congé parental, on voit que financièrement […] il n'y a pas les moyens […] pour mettre cela en place", ajoute à regret, la présidente de l'association "Regards de Femmes". 

3 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
Mensonges d’etat. le 11/05/2018 à 08:07

Ils arrivent déjà pas à reconnaître le mérite chez les hommes . Alors ,pensez vous que tout ses mensonges d’egalités vont s’appliquer ? Que nenni, il n’y a aucune égalité dans l’espece Humaine et on peut le constater malheureusement,tous les jours.

Signaler Répondre

avatar
Tendance le 10/05/2018 à 20:51

L'égalité des sexes, çà mange moins de pain que l'égalité économique ou lutte des classes, c'est comme mettre du fond de teint pour cacher la gangrène.

Signaler Répondre

avatar
kissé le 10/05/2018 à 11:05

C'est qui, Macron ?

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.