Levothyrox : plus de 4 000 dossiers de victimes étudiés ce lundi par la justice lyonnaise

Levothyrox : plus de 4 000 dossiers de victimes étudiés ce lundi par la justice lyonnaise
Photo d'illustration - LyonMag

Ce sont précisément 4 113 dossiers de victimes de la nouvelle formule du Levothyrox qui seront étudiés ce lundi par le tribunal d'instance de Lyon.

Autant de patients, victimes d'effets secondaires parfois graves, qui ont assigné le laboratoire Merck, dont le siège est basé dans le 8e arrondissement, pour réclamer des dommages et intérêt.

Les plaignants dénoncent un défaut d’informations lors du changement de la formule du médicament destiné à lutter contre les maladies de la thyroïde, réclament pour cela un forfait de 5 000 euros. Leur avocat, maitre Christophe Lèguevaques, sollicitera également une indemnité de 5 000 euros pour préjudice d'angoisse : "Depuis le début, les malades sont méprisées, déconsidérées. On les traite comme des folles, des affabulatrices. C'est inacceptable parce qu'elles souffrent tous les jours des conséquences de ce changement de formule".

Selon l'avocat, "l'un des objectifs est de se voir reconnaitre ce statut de victimes par la justice pour justement que leur dignité soit retrouvée".

L'audience débutera à 8h30 ce lundi matin, en présence de 200 malades. Le procès est tellement hors norme qu'il a été délocalisé au Double Mixte de Villeurbanne.

Tags :

Levothyrox

Lyon

3 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
Post monétaire le 03/12/2018 à 14:09
encore a écrit le 03/12/2018 à 13h57

"post monétair" vous radotez toujours !

Ce n'est pas moi qui radote, c'est le monde qui produit toujours les mêmes problèmes, les mêmes "actualités"...

mêmes causes produisent les mêmes effets.
:o)

Signaler Répondre

avatar
encore le 03/12/2018 à 13:57
Post monétaire a écrit le 03/12/2018 à 10h43

Les labos font quasiment ce qu'ils veulent,
politique + décideurs économiques = conflits d'intérêts
https://www.marianne.net/politique/le-mari-medecin-de-la-ministre-buzyn-recase-comme-conseiller-juridique-du-gouvernement
les tests coutent cher,
les recours devant la justice coutent cher,

et tout ça, n'existe QUE parce qu'on utilise de la monnaie. La recherche de bénéfice (obligatoire dès qu'on utilise de la monnaie), amènera au chaos total.

Faut-il l'attendre pour enfin poser les problèmes sur la table et construire une civilisation de l'après monnaie ?

"post monétair" vous radotez toujours !

Signaler Répondre

avatar
Post monétaire le 03/12/2018 à 10:43

Les labos font quasiment ce qu'ils veulent,
politique + décideurs économiques = conflits d'intérêts
https://www.marianne.net/politique/le-mari-medecin-de-la-ministre-buzyn-recase-comme-conseiller-juridique-du-gouvernement
les tests coutent cher,
les recours devant la justice coutent cher,

et tout ça, n'existe QUE parce qu'on utilise de la monnaie. La recherche de bénéfice (obligatoire dès qu'on utilise de la monnaie), amènera au chaos total.

Faut-il l'attendre pour enfin poser les problèmes sur la table et construire une civilisation de l'après monnaie ?

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.