Affaire Preynat : le réalisateur de Grâce à Dieu assigné en référé à Lyon ce lundi

Affaire Preynat : le réalisateur de Grâce à Dieu assigné en référé à Lyon ce lundi
Régine Maire - LyonMag

Régine Maire ne veut pas que son nom soit cité dans le long métrage Grâce à Dieu, qui retrace le combat de La Parole Libérée et qui doit sortir mercredi.

Elle a donc saisi la justice en urgence ; l'audience a lieu ce lundi à 11h devant le Tribunal de Grande Instance de Lyon.

Ex-bénévole du diocèse, Régine Maire a été jugée aux côtés du cardinal Barbarin pour non dénonciation d'agressions sexuelles en marge de l'affaire Preynat. Si elle veut aujourd'hui s'effacer de l'histoire, elle a pourtant un rôle essentiel dans l'accueil et la gestion des victimes présumées du père Preynat. Plutôt que de signaler les faits de pédophilie aux autorités, elle avait organisé une prière entre le prêtre et l'une de ses victimes, Alexandre Hezez. Elle jure également lui avoir conseillé de porter plainte.

La justice pourrait rendre sa décision dans la journée.

20 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
La Plume Libre le 20/02/2019 à 10:50

Quelques éléments qui vous permettront de prendre un peu de recul sur ce film qui "tombe à pic".

Incontestablement, il y’avait un vrai sujet de cinéma possible, autour de cette « affaire Preynat », avec tout le questionnement moral qui s’impose, tant du coté des victimes ("jusqu’où puis-je aller pour obtenir la condamnation d’un prédateur") que du côté de celle qui est mise au banc des accusés dans le film, l’Eglise catholique, qui voudrait pouvoir toujours espérer que le pire des monstres puisse avoir changé, quand le monde soutient : « pédophile un jour, pédophile toujours ».

Ce qui est malheureux, c’est que François Ozon lui-même, dans le dossier de presse, pressent qu’il y’a là un questionnement intéressant: « Est-ce dû (…) à la nature même de la religion catholique, qui est une religion du pardon ? Barbarin dit : « Il y aura toujours une porte ouverte aux pécheurs », tout en affirmant que Preynat doit être sanctionné. Ce discours du « en même temps » est ambigu. »
C’est bien regrettable qu’il ait préféré la caricature plutôt que d’aborder ce qu’il perçoit comme une ambiguïté. On assiste alors au règlement de compte d’un cinéaste avec l’Eglise et avec la Foi. Le summum étant atteint avec ce grossier plaidoyer final pour la débaptisation.

Pourtant, François Ozon ne cesse de s’en défendre : «L’idée n’était pas de faire un film à charge contre l’Eglise».
L’expression est répétée telle un mantra pas moins de 5 fois dans le dossier de presse et chaque comédien est prié de la répéter en chœur. Cette insistance plus que suspecte est en réalité un aveu. Quelle que soit l’issue du procès en cours, l’Eglise aura perdu médiatiquement. Il aurait été plus juste d’attendre que la justice se soit prononcée avant que de livrer cette œuvre sur grand écran.

En quoi consiste la manipulation de François Ozon ?

Il nous fait croire qu’il a fait quasi œuvre documentaire, affirmant avoir repris textuellement les contenus des messages échangées (« Je tenais absolument à les utiliser, même si toutes ces voix off faisaient peur aux financiers »).
L’insistance sur les lectures de ces courriers en voix-off est indigeste, mais c’est une bonne manière d’endormir le spectateur en lui faisant croire que tout ce qu’il voit est vrai. Tous les noms, côté Église, sont d’ailleurs les vrais : le père Preynat, le cardinal Barbarin et Régine Maire. A l’inverse, tous ceux de la Parole Libérée ont été changés, alors que c’est la seule matière sérieuse à laquelle le réalisateur ait, de son propre aveu, eu réellement accès. Si Ozon avait pris la peine de rencontrer la partie adverse, il aurait découvert d’autres mails, révélés en janvier lors du procès : celui d’Alexandre, par exemple, remerciant le cardinal d’avoir été « le supporter de sa démarche, y compris au plan judiciaire ».

Dès le début du film, François Ozon fait comprendre au spectateur qui est le méchant hypocrite dont il faut se méfier. C’est tout l’art du jeu (ou plutôt l’absence de jeu) du comédien qui interprète Barbarin. Il déclame ses textes comme quelqu’un qui réciterait un discours extérieur à lui, avec le charisme et la chaleur d’une huître.
D’ailleurs, pour ceux qui n’auraient vraiment pas compris le message, quand le personnage apparaît, une petite musique inquiétante s’insinue comme pour nous confirmer que le « méchant » entre en scène. On ne saura rien du cas de conscience, des questionnements ou de la sincérité du Cardinal dans cette affaire. De bout en bout dans le film, il manipule et endort son monde avec une froideur calculée.

Le vrai mérite du film consiste en revanche dans la description précise de ce qu’ont vécu les victimes jusqu’en 1991, du silence des familles et des répercussions dramatiques pour chacun.
De ce point de vue, c’est un film nécessaire pour ouvrir les yeux et ne jamais s’habituer à l’horreur indicible. De courage, la plupart de ces hommes incontestablement n’en ont pas manqué.

Mais au final, on reste vraiment déçu. Déçu que des comédiens aussi talentueux se soient compromis dans cette arme de destruction naïve.
En particulier Melvil Poupaud, dont la foi semble sincère (« Je pense que Jésus est mon sauveur ») et qui d’ailleurs remarque finement que les valeurs de l’Evangile sont inversées jusqu’au bout, à travers cette affirmation que le réalisateur met dans la bouche de la femme d’Alexandre :‘’Si tu lui pardonnes, il fait de toi sa victime à vie’’.
Melvil Poupaud explique dans le dossier de presse : « Pour moi, si on a la foi, on ne peut pas dire une chose pareille. Une vraie croyante dirait plutôt : « prions pour que tu trouves la force de pardonner. » Car ce n’est pas nous qui accordons le pardon à l’autre (…), c’est une grâce de Dieu qui nous dépasse et nous rend capable de pardonner même l’impardonnable. Ce qui n’empêche pas (…) une action en justice. Le pardon et la justice sont deux choses différentes. »
Quel dommage que François Ozon n’ait pas écouté son comédien, qui résume en quelques phrases ce qui aurait pu être le début d’un grand film.

Signaler Répondre

avatar
Alfred le 19/02/2019 à 18:51
Feuilleton... a écrit le 19/02/2019 à 18h07

La Justice a tranché en référé...mais cela n'empêchera pas cette pauvre dame de poursuivre au fond.

La Justice normalement c'est pour éviter le lynchage... mais il est vrai que Mgr BARBARIN n'a pas porté plainte...car dans cette histoire c'est surtout lui qui est visé...

Moi qui pensait que c'était les enfants violés que l'église avait sciemment ignorés pendant des années , les vrais victimes d'un "lynchage".

Signaler Répondre

avatar
Bavez, bavez, il en restera toujours quelque chose le 19/02/2019 à 18:09
oula a écrit le 18/02/2019 à 09h27

encore une fois, les autorités religieuses se posent en censeurs, contre la transparence et la vérité des faits

il est temps de laisser derrière nous ces mythologies

Quelle autorités religieuses?
Aucune "autorité religieuse" en tant que telle n'a porté plainte dans cette affaire!

Vous dites vraiment n'importe quoi...

Signaler Répondre

avatar
Feuilleton... le 19/02/2019 à 18:07
La Justice doit encore se prononcer! a écrit le 19/02/2019 à 10h58

Vous vous trompez!
On attend encore une décision de justice...

Bel article de Jérôme CORDELIER dans Le Point qui plaide pour la Justice contre le lynchage fut-il a prétention artistique!

Cf. « Grâce à Dieu » : le malaise Ozon
PARTI PRIS. Dans son film sur l'affaire Preynat-Barbarin, le réalisateur laisse les noms des accusés, qui n'ont pas encore été jugés. Et sont donc présumés innocents. Par Jérôme Cordelier
Modifié le 19/02/2019 à 08:05 - Publié le 18/02/2019 à 14:38 | Le Point.fr

https://www.lepoint.fr/cinema/grace-a-dieu-le-malaise-ozon-18-02-2019-2294239_35.php

La Justice a tranché en référé...mais cela n'empêchera pas cette pauvre dame de poursuivre au fond.

La Justice normalement c'est pour éviter le lynchage... mais il est vrai que Mgr BARBARIN n'a pas porté plainte...car dans cette histoire c'est surtout lui qui est visé...

Signaler Répondre

avatar
Barbatruc le 19/02/2019 à 17:58
La Justice doit encore se prononcer! a écrit le 19/02/2019 à 10h58

Vous vous trompez!
On attend encore une décision de justice...

Bel article de Jérôme CORDELIER dans Le Point qui plaide pour la Justice contre le lynchage fut-il a prétention artistique!

Cf. « Grâce à Dieu » : le malaise Ozon
PARTI PRIS. Dans son film sur l'affaire Preynat-Barbarin, le réalisateur laisse les noms des accusés, qui n'ont pas encore été jugés. Et sont donc présumés innocents. Par Jérôme Cordelier
Modifié le 19/02/2019 à 08:05 - Publié le 18/02/2019 à 14:38 | Le Point.fr

https://www.lepoint.fr/cinema/grace-a-dieu-le-malaise-ozon-18-02-2019-2294239_35.php

C'est oublier que les intéressés eux mêmes ont reconnus les faits.
Les viols pour l'un et d'en avoir été informé pour les autres.

Signaler Répondre

avatar
C.... Comme un corse le 19/02/2019 à 17:44
corsica69 a écrit le 19/02/2019 à 17h31

AURAIT IL OSER DE TOURNER UN FILM SI CA CONCERNAIT LA RELIGION MUSULMANE

C'est tout ce que vous avez trouver pour défendre les prêtres pédophiles et leur complice?

Signaler Répondre

avatar
corsica69 le 19/02/2019 à 17:31

AURAIT IL OSER DE TOURNER UN FILM SI CA CONCERNAIT LA RELIGION MUSULMANE

Signaler Répondre

avatar
Sodoma le 19/02/2019 à 11:31
Marc. a écrit le 19/02/2019 à 11h15

Pendant ce temps le petit peuple oublie les "macronades" telles Benalla, le faux "grand débat" etc. etc.

Vous préféreriez qu'il oublie les dérives récurrentes de la hiérarchie catholique.

Patientez jusqu'à demain pour lire le pavé de Frédéric Martel:

https://www.lexpress.fr/actualite/societe/religion/sodoma-le-poids-des-homosexuels-dans-l-eglise_2062897.html

Signaler Répondre

avatar
Marc. le 19/02/2019 à 11:15

Pendant ce temps le petit peuple oublie les "macronades" telles Benalla, le faux "grand débat" etc. etc.

Signaler Répondre

avatar
La Justice doit encore se prononcer! le 19/02/2019 à 10:58
oui! a écrit le 18/02/2019 à 13h33

dieu merci preynat a été débouté !! la vérité ne se prescrit pas

Vous vous trompez!
On attend encore une décision de justice...

Bel article de Jérôme CORDELIER dans Le Point qui plaide pour la Justice contre le lynchage fut-il a prétention artistique!

Cf. « Grâce à Dieu » : le malaise Ozon
PARTI PRIS. Dans son film sur l'affaire Preynat-Barbarin, le réalisateur laisse les noms des accusés, qui n'ont pas encore été jugés. Et sont donc présumés innocents. Par Jérôme Cordelier
Modifié le 19/02/2019 à 08:05 - Publié le 18/02/2019 à 14:38 | Le Point.fr

https://www.lepoint.fr/cinema/grace-a-dieu-le-malaise-ozon-18-02-2019-2294239_35.php

Signaler Répondre

avatar
oui! le 18/02/2019 à 13:33

dieu merci preynat a été débouté !! la vérité ne se prescrit pas

Signaler Répondre

avatar
CQFD. le 18/02/2019 à 13:00
Le maître des colles a écrit le 18/02/2019 à 11h36

A quand l,un film sur la pedophilie dans l’éducation nationale ? Car comme pour l’eglise ,c’est des repères de pervers et de déjantés ....

Le jour où l'éducation nationale sera informée qu'un de ses employés viole des élèves et qu'elle le laissera à son poste en attendant la prescription des faits

Signaler Répondre

avatar
Expliquer avec intelligence et concision le 18/02/2019 à 12:14
Le maître des colles a écrit le 18/02/2019 à 11h36

A quand l,un film sur la pedophilie dans l’éducation nationale ? Car comme pour l’eglise ,c’est des repères de pervers et de déjantés ....

Votre argument est affaibli par la présomption de supériorité morale de l'église catholique face à la société majoritairement laïque. Les criminels au Vatican ont l'outrecuidance de nous dicter ce que les adultes peuvent faire de leurs organes génitales entre eux, tandis que les enfants sont de la proie facile pour les prêtres qui se trouvent embobinés dans ce vœu de chasteté inhumain et contre nature. En revanche, les fonctionnaires de l'EN, déviants ou pas déviants, ne sont pas reconnus dans leur ensemble comme une source d'orientation éthique ou morale. C'est l'hypocrisie intrinsèque des hommes en noir de Rome qui rebute la plupart des gens intelligents en France aujourd'hui.

Signaler Répondre

avatar
Marcel ! Tournée généraaaale ! le 18/02/2019 à 12:11
Le maître des colles a écrit le 18/02/2019 à 11h36

A quand l,un film sur la pedophilie dans l’éducation nationale ? Car comme pour l’eglise ,c’est des repères de pervers et de déjantés ....

Vous me semblez spécialiste dans ces domaines.

Signaler Répondre

avatar
Le maître des colles le 18/02/2019 à 11:36
CQFD. a écrit le 18/02/2019 à 10h39

La fatwa est un avis juridique donné par un spécialiste de la loi islamique sur une question particulière.

C'est exactement ce que réclame Régine Maire à la justice via son assignation en référé.

A quand l,un film sur la pedophilie dans l’éducation nationale ? Car comme pour l’eglise ,c’est des repères de pervers et de déjantés ....

Signaler Répondre

avatar
CQFD. le 18/02/2019 à 10:39

La fatwa est un avis juridique donné par un spécialiste de la loi islamique sur une question particulière.

C'est exactement ce que réclame Régine Maire à la justice via son assignation en référé.

Signaler Répondre

avatar
Adieu à la démocratie en France le 18/02/2019 à 09:30

Cet incident disgracieux démontre la mort de la démocratie en France sous le talon du macronisme. Maintenant la dictature essaie d'étouffer des crimes de la vaticanerie au détriment de la souveraineté du pays.

Les VRAIS PATRIOTES auraient dû se méfier de l'authenticité de Macron le jour où il a reçu Trump en grande pompe en 2017. La liberté d'expression d'un artiste français comme Ozon est compromise par l'organisation criminelle qu'incarne le Vatican. Triste époque.

Signaler Répondre

avatar
Troll inside le 18/02/2019 à 09:28
Kelbol a écrit le 18/02/2019 à 09h22

Il a de la chance de ne rien faire sur l'Islam sinon c'était la fatwa.....

Il est ou le rapport avec les enfants violés?

Signaler Répondre

avatar
oula le 18/02/2019 à 09:27

encore une fois, les autorités religieuses se posent en censeurs, contre la transparence et la vérité des faits

il est temps de laisser derrière nous ces mythologies

Signaler Répondre

avatar
Kelbol le 18/02/2019 à 09:22

Il a de la chance de ne rien faire sur l'Islam sinon c'était la fatwa.....

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.